Nation

Lors d’une rencontre à Washington

Mustapha El Khalfi met à nu les contrevérités fallacieuses des ennemis de l’intégrité territoriale du Maroc

author LE MATIN

Le ministre délégué chargé des Relations avec le Parlement et la société civile, porte-parole du gouvernement, Mustapha El Khalfi, a déconstruit, lors d'une rencontre organisée vendredi dernier au National Press Club à Washington, les contrevérités et les allégations mensongères véhiculées par les ennemis du Maroc au sujet de la réalité du conflit autour du Sahara marocain, en s’appuyant sur des preuves et des faits historiques qui ne souffrent aucune ambiguïté et n’admettent aucune interprétation.
Lors de son exposé dans le cadre de cette rencontre initiée par le réseau maroco-américain sous le thème : «Les conséquences des informations mensongères (fake news)», M. El Khalfi a expliqué comment ce genre d’informations mènent à l’adoption de positions non viables qui entravent le règlement de plusieurs dossiers, dont celui du Sahara marocain, citant les exemples de déclarations et de propos erronés qui dénaturent la vérité ou empêchent de parvenir à un règlement définitif de ce conflit artificiel.

Parmi les exemples de contrevérités sur lesquelles s’est attardé M. El Khalfi, il y a celle selon laquelle la zone située à l’est du dispositif de défense au Sahara est «une zone libérée», alors qu’elle est une zone qui relève de la responsabilité des Nations unies représentées par la Minurso. Il s’agit d’un exemple réel de la propagande séparatiste qui veille à véhiculer des données «alléguant que les murs de sable sont des murs de séparation alors qu’ils ont des objectifs de défense et de sécurité et ont joué un grand rôle dans la stabilité et l’efficacité de la mise en application de l’accord de cessez-le-feu et par la suite en matière de lutte contre le trafic de drogues, la contrebande, la traite des personnes et les réseaux terroristes et extrémistes», a-t-il dit. Le ministre a également réfuté l’allégation selon laquelle la population du Sahara est exclue de la gestion des affaires de la région, soulignant que cette dernière connaît l’organisation d’élections régulières et a connu un recensement général de la population conformément aux normes des Nations unies. 

 

Services

S'inscrire à la Newsletter