E-commerce

Paiement mobile

La solution nationale activée avant septembre 2018

author Moncef Ben Hayoun,

L’interopérabilité est la capacité qu’ont les usagers à échanger de l’argent via des solutions offertes par différents fournisseurs/acteurs de paiement mobile.

Les premières offres de paiement mobile sont en cours de lancement en interne par les acteurs, notamment les banques. La solution sera activée au niveau national une fois le test de l’interopérabilité entre les différents acteurs passé avec succès. Ce test doit avoir lieu au plus tard en juin 2018.

X

Le 20 juillet 2018, la 3ème édition du Morocco Today Forum (MTF)

Inscrivez-vous pour suivre cet événement en LIVE !

Le paiement mobile fait son entrée au Maroc. Les premières offres sont en cours de lancement par les acteurs (banques, opérateurs télécoms…). Suivra le test de l’interopérabilité entre les offres mises en place par les différents intervenants. 
Ce test doit intervenir au plus tard en juin 2018, selon une source proche du dossier. L’interopérabilité est la capacité qu’ont les usagers à échanger de l’argent via des solutions offertes par différents fournisseurs/acteurs de paiement mobile. Pour le paiement mobile (également appelé m-payment ou Mobile Payment), le principe de l’interopérabilité entre intervenants a été accepté, à  l’issue de longues négociations entre les différentes parties prenantes. Une fois le test de l’interopérabilité réussi, le paiement mobile sera officiellement lancé comme une solution nationale. Cette étape doit intervenir avant septembre 2018, selon les milieux 
bancaires. 
Avant d’y arriver, de différents acteurs planchent sur le test de leur solution en interne ainsi que la mise en place progressive de l’écosystème. C’est le cas notamment d’Attijariwafa  bank, BCP, BMCE Bank of Africa et CIH Bank. Début avril, le top management de BMCE Bank avait déclaré que sa solution était fin prête et qu’elle était en test, en partenariat avec un client qui a un réseau de distribution.
Pour CIH Bank, la promotion de sa solution auprès des clients est dans les starting-blocks. 

Des comptes mobiles devront être proposés aux particuliers et commerçants. Ils permettront, entre  autres, le transfert d'argent entre utilisateurs via le mobile et le payement des commerçants, clients de la banque. Au Maroc, ce sont surtout les banques qui se positionnent sur ce marché, au vu de l’importance du potentiel de ce dernier pour la bancarisation des  populations et la canalisation des dépôts : deux activités qui étaient jusque-là leur apanage. 
Cependant, le marché devra être animé par plusieurs acteurs dont des établissements de paiements et des sociétés télécoms. Rappelons que le projet de «Solution nationale de paiement mobile» a été initié par Bank Al-Maghrib (BAM) et l’Agence nationale de réglementation des télécommunications (ANRT), dans l'optique d’encourager l’utilisation des paiements électroniques et de réduire la circulation du cash, jugé coûteux, tout en favorisant l’inclusion financière. 
Un comité stratégique – regroupant, outre BAM et l’ANRT, les principales banques de la place, les trois opérateurs télécoms, les ministères des Finances et de l’Industrie – a été mis en place pour piloter ce projet. Ce comité a été chargé de définir les principales règles de place nécessaires au bon fonctionnement des  opérations inter-opérées, de mener la syndication et d’affiner le modèle économique de la solution nationale pour qu'elle soit largement diffusée et à bas coût.
Les travaux menés ont permis d’identifier les premiers flux des transactions qui pourraient être dématérialisées : versement des prestations sociales de faibles montants, transferts nationaux entre particuliers de faibles montants également, achats des  particuliers dans le commerce de détail, paiement de factures de services en réseau, achat de recharges téléphoniques et paiement des  fournisseurs par les commerçants de détail. 

 

Services

S'inscrire à la Newsletter