Culture

Entretien avec Habib Mazini, Ecrivain Marocain

«Le livre renoue avec la femme comme lien nécessaire à la vie»

LE MATIN

«Le livre renoue avec la femme comme lien nécessaire à la vie»

L'écrivain marocain Habib Mazini sort un nouveau livre qui sera présenté à la Villa des arts de Casablanca le 29 février prochain. L'auteur du «Complexe du hérisson», du «Jardinier du désert» et de «La faillite des sentiments» explore un autre registre pour dépeindre la complexité de la nature humaine.

Le Matin : «La mère promise» est le titre de votre nouveau livre. Quel en est le sujet ?

Habib Mazini : Ce sont des retrouvailles avec des sources sacrées qui irriguent notre existence : la terre, l'identité, la femme. Je rappelle qu'il s'agit d'un orphelin qui s'est réfugié dans une grue et en a fait à la fois son lieu de travail et d'habitat. Le quotidien, il ne connait pas, ou alors à partir de ses hauteurs élevées qui lui font apparaître les hommes d'ici-bas comme de petites créatures qui s'affairent misérablement. Le livre raconte l'histoire de Driss, un jeune grutier, qui retrouve Casablanca pour un travail ponctuel : la construction des Twins au Maârif. C'est l'occasion de quitter sa guérite et ses hauteurs pour se mélanger aux habitants. Commence alors pour lui une découverte de ses racines, de l'autre et surtout de la femme.

On décrit ce livre comme un bel hommage à la féminité. Justement en quoi ce livre représente-t-il un hommage?

Le livre renoue avec la femme en tant que lien indispensable à la vie et à l'autre. Le héros du livre croise Malika, précisément son sein gauche, dans un bus bondé, et à travers le bel et voluptueux organe, sa vie prend un sens. Comme obsédé, le regard du jeune Driss se civilise et voit dans le corps féminin la perfection de la vie. À travers son périple casablancais, le roman relate la rencontre de nombreux peintres et auteurs avec le sein gauche. Pas le sein érotisé ou gratuitement provocateur ! Non. Il s'agit plutôt d'artistes et d'auteurs torturés comme Klimt, Shile ou P. Roth qui l'ont évoqué à leur manière. La femme y est présente, en définitive elle est l'objet de cette analyse collective que permet la Halka, longtemps considérée comme notre seul espace de liberté.

Comment écrivez-vous ? D'où vient votre inspiration ?

Je marche beaucoup, ce qui me permet d'observer et de réfléchir. La marche est vraiment ma muse, le reste est une question de travail. Je lis beaucoup, principalement le soir. Les auteurs américains m'ont beaucoup influencé.

Comment s'est imposé à vous le thème de l'orphelin qui renoue avec son pays ?

J'avais envie d'évoquer notre mal-vie marocain. Nous râlons et dénigrons sans cesse notre pays et nous-mêmes. La Halka s'est imposée comme une forme et j'en ai usé comme un divan pour sonder les cœurs des Marocains. Ma Halka se veut savante et a la prétention de ne réunir que l'élite. J‘y ai joué au psychanalyste, du reste la présence de la femme et le titre du roman témoignent de ce souci.

Un écrivain est bien placé pour analyser ce qui l'entoure. Se projeter dans la tête de l'autre, n'est-ce pas là votre métier ?

Le romancier a cette chance de camper plusieurs rôles, avec plus ou moins de réussite. Mes livres traitent de personnages ou de sujets importants. J'ai évoqué l'eau, l'impossibilité d'être juste, la corruption, l'ambition malveillante, l'indigence de la culture, le terrorisme,etc. J'interviens aussi dans la Littérature jeunesse que j'aborde avec plus d'exigence et dans laquelle je m'investis beaucoup. Le Prix Atlas, ma nomination au Prix Saint-Exupéry et la programmation de l'Oeuf de Noé au lycée Al Jabr en sont une reconnaissance. Nous avons besoin des écrivains parce qu'ils nous réconcilient avec nous-mêmes, avec l'autre. La culture nous montre qu'un autre monde existe, dans lequel les contraintes matérielles sont relativisées, et où l'être peut se surpasser ou s'avilir.

Combien de temps vous a-t-il fallu pour écrire ce livre ?

J'ai mis deux ans pour écrire “la Mère Promise”. C'était l'occasion de plonger dans le monde de la peinture où j'ai appris beaucoup de choses. Côté marocain, le peintre A. Raji est pour moi une agréable surprise. Le choix de son tableau pour illustrer la couverture de mon livre me ravit.

Comment est née l'idée de l'intrigue que vous racontez dans ce nouveau livre ?

L'idée m'est venue au contact de la peinture. De nombreux tableaux mettent en relief le sein gauche plus que le droit. Je me suis interrogé et commencé mes recherches. Le livre avance quelques explications, mais j'avoue que j'étais loin de la fin adoptée par le roman. J'ai appris, dernièrement, qu'autrefois les personnes âgées très malades et ne pouvant s'alimenter recourent au sein comme ultime moyen pour se nourrir. Comme quoi parfois la réalité dépasse la fiction. Bébé ou vieillard sénile, le sein se veut notre source nourricière. Entre les deux âges, il l'est toujours… mais autrement. Qui va s'en plaindre !

Comment voyez-vous l'évolution de la littérature marocaine ?

Je suis malheureusement pessimiste quant à son évolution. La consommation du produit culturel marocain reste très marginale. J'ai consacré un livre à l'agonie de la culture dont le titre est évocateur : «le Jardinier du désert». La réalité culturelle marocaine m'attriste, c'est un fait.

Le Printemps arabe vous donne-t-il de l'espoir ?

Beaucoup d'espoir. Surtout la Tunisie dont le projet de Constitution, s'il se concrétise, va la hisser au rang d'exemple. Le Printemps arabe nous a réconciliés avec notre dignité. Nos voisins nous ont montré que l'asservissement n'est pas une fatalité. Pour la première fois, la presse mondiale nous évoque autrement.

Avez-vous rencontré des problèmes par rapport à l'édition de ce livre ?

Aucun souci à ce niveau. C'est plutôt au niveau de la distribution que le problème se pose. Le livre ne se trouve pas dans tous les points de vente.

Vos projets...

Je finalise un beau livre pour enfants qui contient six contes magnifiquement illustrés par H. Kabouri. Je le voudrais semblable aux vieux livres d'autrefois. Aussi je tape aux portes des banques et autres sponsors…
--------------------------------------------------------------------------

Repères biographiques

Né en 1954 à Settat, docteur en sciences économiques de l'université de Montpellier, il enseigne à l'université Hassan II de Casablanca et publie aussi bien des romans pour adultes que des contes pour enfants. Parmi ses publications, «La faillite des sentiments» (Afrique Orient, 2000), «La Révolte du 30 février» (Yomad, 1999), «Le Règne de Poussin Ier» (Yomad, 1999), «La Vie en laisse» (L'Harmattan, 1997) et «La basse Cour des miracles» en 1992.

Services

Météo

Casablanca 03 décembre 2022

65.3°F

18.5°C

Meteo Casablanca
  • 17.5°C
    cloudy
  • 15.4°C
    cloudy
  • 16.6°C
    cloudy
  • 17.7°C
    mostlycloudy
  • 17.6°C
    cloudy

Météo d'autres villes >

Horaires de Prière

Casablanca 03 décembre 2022

  • As-sobh : 06:45
  • Al-chourouq : 08:15
  • Ad-dohr : 13:26
  • Al-asr : 16:04
  • Al-maghrib : 18:27
  • Al-ichae : 19:46

Horaires d'autres villes >

Pharmacies de garde

Trouvez la pharmacie de garde dans votre quartier et ville!

Voir toutes les pharmacies de garde >

Programmes TV

En ce moment
Chaine : Canal+
Rugby : Pro D2

03:48

Chaine : Ushuaïa TV
Biodiversité : les sanctuaires de l'espoir

03:30

Chaine : Bein Sports HD9
Manchester City vs Brentford - English Premier League 2022/2023 Week 16

02:30

Chaine : Bein Sports News
Al Hassad

04:00

Tous les programmes TV >

Horaires de train

Retrouvez les horaires de vos trajets en un seul clic !

Voir tous les horaires de train >

Météo

Casablanca 03 décembre 2022

65.3°F

18.5°C

Meteo Casablanca
  • 17.5°C
    cloudy
  • 15.4°C
    cloudy
  • 16.6°C
    cloudy
  • 17.7°C
    mostlycloudy
  • 17.6°C
    cloudy

Météo d'autres villes >

Horaires de Prière

Casablanca 03 décembre 2022

  • As-sobh : 06:45
  • Al-chourouq : 08:15
  • Ad-dohr : 13:26
  • Al-asr : 16:04
  • Al-maghrib : 18:27
  • Al-ichae : 19:46

Horaires d'autres villes >

Pharmacies de garde

Trouvez la pharmacie de garde dans votre quartier et ville!

Logo pharmacie

Voir toutes les pharmacies de garde >

Programmes TV

En ce moment
Chaine : Canal+
Rugby : Pro D2

03:48

Chaine : Ushuaïa TV
Biodiversité : les sanctuaires de l'espoir

03:30

Chaine : Bein Sports HD9
Manchester City vs Brentford - English Premier League 2022/2023 Week 16

02:30

Chaine : Bein Sports News
Al Hassad

04:00

Tous les programmes TV >

Restez informés de l'actualité en continu