Espagne-UPM

Madrid réitère son soutien au secrétaire général

,MAP
20 Septembre 2012

Le ministre espagnol des Affaires étrangères et de la Coopération José Manuel Garcia-Margallo a réitéré, mercredi, le soutien de son pays au secrétaire général de l'Union pour la Méditerranée (UpM), Fathallah Sijilmassi, se félicitant de son «engagement actif» vis-à-vis de cette organisation.

«L'actuelle structure opérationnelle de l'Union pour la Méditerranée, axée sur des projets concrets, revêt une importance capitale pour promouvoir la création d'emplois et le développement socio-économique dans la région», a souligné Garcia-Margallo lors d'une rencontre avec Sijilmassi au siège de l'UpM à Barcelone (nord-est de l'Espagne).

Selon un communiqué de l'UpM, le chef de la diplomatie espagnole a, également, salué l'élection de la Jordanie à la co-présidence sud de l'UpM, alors que la coprésidence nord est assumée par les institutions européennes, estimant que «nous avons désormais la possibilité de donner une nouvelle impulsion au partenariat euro-méditerranéen».

Pour sa part, Sijilmassi a informé son interlocuteur des projets de coopération, approuvés dernièrement par l'UpM, notamment la construction d'une université européenne (Euromed-UM) dans la ville de Fès, l'initiative Emploi en Méditerranée (Med4Jobs), le projet d'autoroute trans-maghrébine et la réalisation d'une usine de dessalement d'eau à Gaza, précise le communiqué.

L'UpM «constitue plus que jamais une plate-forme de coopération régionale pour le développement et la mise en œuvre de projets concrets», a-t-il dit soulignant la détermination de l'union à consolider la coopération avec l'Espagne pour la mise en œuvre de programmes au profit de la société civile, particulièrement le soutien aux jeunes entrepreneurs et à l'emploi des jeunes dans la rive sud.

Les discussions entre les deux parties ont porté sur les «changements en cours dans les deux rives de la Méditerranée ainsi que les importants défis que doit relever l'UpM», a indiqué le communiqué, précisant que les deux parties ont également convenu de «développer des synergies communes à même d'établir un cadre de coopération basé sur des actions concrètes».

La visite du ministre espagnol au siège de l'Union est la première depuis son entrée en fonction en décembre 2011, selon la même source.





E-MATIN
Feuilletez LEMATIN
comme si vous le teniez
entre les mains

L'édition du
25 Mars 2017
est maintenant disponible
pour les abonnés