Éditorial

Clarifications

Par Omar Dahbi,LE MATIN
09 November 2014 - 17:37

S’il y avait des interrogations, des spéculations ou des supputations sur la position du Royaume sur les différents aspects de l’affaire du Sahara marocain, on peut dire que, depuis le jeudi 6 novembre 2014, il n’y en a plus. Toutes les clarifications nécessaires ont été apportées par le discours adressé par S.M. le Roi à la nation à l’occasion du 39e anniversaire de la Marche verte.

Le message royal a été on ne peut plus clair sur les trois dimensions de ce conflit artificiel : nationale, régionale et internationale. Le tout obéissant à une règle précise, ferme et indiscutable : la souveraineté du Royaume sur ses provinces du Sud est une ligne rouge qui est, et demeurera, infranchissable. «La souveraineté du Maroc sur l’ensemble de son territoire est immuable, inaliénable et non négociable», a insisté le Souverain tout en rappelant que «Le Sahara est une question d’existence et non une question de frontières». Si l’intégrité territoriale est la cause de tous les Marocains, c’est parce qu’elle est, d’abord, une cause juste, et, ensuite, car ils sont conscients que ceux qui ont monté de toutes pièces cette fausse affaire l’ont fait pour tenter de freiner l’élan de développement du Maroc.

Sur le plan intérieur, S.M. le Roi a souligné la ferme volonté de l’État d’aller de l’avant dans la politique de développement des provinces du Sud tout en améliorant les aspects liés à la gouvernance et en recadrant les approches socioéconomiques y afférentes. Le discours de S.M. le Roi a ainsi décrété la fin de l’économie de rente et des privilèges indus qui provoquaient des sentiments d’injustice chez certaines catégories de citoyens. La cause nationale n’est pas un fonds de commerce et la patrie ne peut faire l’objet d’une quelconque mercantilisation de la part d’une minorité qui instrumentalise la cause nationale à des fins personnelles. Pour mettre fin à ce genre de pratiques et dans un souci d’équité, le Souverain a annoncé la révision radicale du mode de gouvernance dans les provinces du Sud et la mise en œuvre de la régionalisation avancée pour permettre aux citoyens de cette région de participer à la gestion de leurs affaires locales et de veiller ainsi, eux-mêmes, sur le respect des règles de transparence, de responsabilité et d’égalité des chances. Le tout dans le cadre d’un dialogue national.

«Nous entendons ainsi opérer une rupture avec le mode de gouvernance précédent, et permettre aux fils de la région de participer à la gestion de leurs affaires locales, dans un cadre de transparence, de responsabilité et d’égalité des chances. Dans cette perspective, Nous appelons à l’ouverture d’un dialogue national franc et d’un débat responsable et sérieux sur les différentes idées et conceptions envisageables, en vue d’élaborer des réponses claires à toutes les questions et les préoccupations des populations de la région, et ce, dans le cadre de l’unité nationale et de l’intégrité territoriale du pays», a annoncé le Souverain. Avec la mise en œuvre de cette décision de S.M le Roi, il est clair que l’on assistera à la fin des positions mitigées que certains entretiennent à des fins personnelles. «Nous savons très bien qu’il y a ceux qui servent la Patrie avec dévouement et sincérité, et ceux qui, en revanche, veulent mettre la Patrie au service de leurs intérêts. Ceux-là ont fait de l’extorsion une doctrine immuable. Ils ont érigé la rente et les privilèges en droits imprescriptibles, faisant de la cause nationale un fonds de commerce instrumentalisé au service de leurs intérêts propres», a dit S.M. le Roi.

S’agissant de la dimension régionale du dossier du Sahara, il est clair que la stratégie de pérennisation du conflit menée par l’Algérie menace la région tout entière. «Faute de faire assumer sa responsabilité à l’Algérie en tant que principale partie dans ce conflit, il n’y aura pas de solution. Et faute d’une perception responsable de la situation sécuritaire tendue qui sévit dans la région, il n’y aura pas de stabilité», a indiqué le Souverain avant de souligner que «Si le Maroc n’a ni pétrole, ni gaz, alors que l’autre partie possède un “billet vert” dont elle croit qu’il lui ouvre les portes, au mépris du droit et de la légalité, nous avons, en revanche, nos principes et la justesse de notre cause. Mieux encore, nous avons l’affection des Marocains et leur attachement à leur Patrie».

Cette donnée régionale, à savoir l’hostilité algérienne, est indissociable de l’aspect international de l’affaire du Sahara auquel S.M. le Roi a consacré une grande partie du discours de l’anniversaire de la Marche verte. Tout en saluant les efforts du secrétaire général des Nations unies, des grandes puissances, avec une mention spéciale pour les États-Unis, pour leur contribution à la recherche d’une solution au conflit artificiel du Sahara, le Souverain a néanmoins exigé de la communauté internationale une position claire et une rupture avec les attitudes ambiguës qui tentent de concilier les revendications de toutes les parties. «Si Nous saluons leur soutien aux efforts déployés par le Maroc et au processus de négociation sur la base de l’Initiative d’autonomie, Nous n’en exigeons pas moins aujourd’hui une position claire sur ce conflit. Alors qu’ils réaffirment que le Maroc est un modèle en matière de progrès démocratique, un pays actif dans l’action menée pour garantir la sécurité et la stabilité dans la région et un partenaire dans la lutte anti-terroriste, ils abordent avec une certaine ambiguïté la cause de l’intégrité territoriale de notre pays», a souligné S.M. le Roi. Le Souverain a également rappelé les fondamentaux de la position marocaine dont l’inaliénable principe de la souveraineté marocaine sur son Sahara et la prédisposition du Maroc à négocier sur la base du Plan d’autonomie élargie que le Royaume installe désormais de manière claire, et ce, par la voix de sa plus haute autorité comme étant le maximum qu’il peut offrir pour la solution définitive du conflit.

L’ensemble des clarifications ainsi apportées d’une manière ferme, inébranlable, le Souverain a conclu le discours du 39e anniversaire de la Marche verte en réitérant son aspiration à voir les enfants du Sahara réunis dans leur patrie. «C’est avec la plus grande espérance et beaucoup d’optimisme que Nous aspirons à voir les enfants du Sahara réunis dans leur Patrie. Nous sommes persuadé de leur adhésion à de nouvelles marches dédiées au développement et à la création des conditions d’une vie libre et digne, au profit de tous les citoyens, où qu’ils se trouvent», a conclu S.M. le Roi.







E-MATIN
Feuilletez LEMATIN
comme si vous le teniez
entre les mains

L'édition du
21 Janvier 2017
est maintenant disponible
pour les abonnés