Enseignement

Le soutien scolaire, un passage obligé

,LE MATIN
18 Octobre 2014
Le-soutien-scolaire.jpg Les cours de soutien peuvent vite remédier à un éventuel échec scolaire.

Les cours de soutien scolaire sont devenus un phénomène qui prend plus d’ampleur chaque année. Face à la dégradation de la qualité de l’enseignement, essentiellement dans les écoles publiques, ces cours sont devenus la solution idéale pour de nombreux élèves et pour leurs parents.

Si les cours de soutien scolaire étaient réservés, autrefois, aux élèves aisés ou qui avaient un niveau scolaire très bas, de nos jours, la donne a complètement changé. Ces cours sont devenus presque nécessaires pour la majorité des élèves. En effet, rares sont les collégiens ou les lycéens qui ne suivent pas cette tendance. À cause de la dégradation de la qualité de l’enseignement dans les écoles publiques, les élèves éprouvent souvent des difficultés importantes lors de leur parcours scolaire, surtout pour certaines matières essentielles. Pour pallier cela, plusieurs d'entre eux recourent au soutien scolaire privé qui a pris, ces dernières années, un essor phénoménal.

«Tout le monde est conscient que le système scolaire marocain est en pleine crise et l'école publique n'assure plus son rôle d'une manière efficace depuis très longtemps.
La majorité des parents, comme moi d’ailleurs, n’ont plus confiance en ce système éducatif. C’est pourquoi je me sens obligé de faire des économies pour pouvoir inscrire mes deux enfants (une fille au lycée et un garçon au collège) dans des cours de soutien privé. Heureusement que le bon niveau de mes enfants qu'ils ont acquis depuis qu'ils ont commencé à suivre des cours supplémentaires m'encourage à ne pas baisser les bras. Je dois tout faire pour leur avenir», confie Mouad, 49 ans, délégué médical et père de famille. Celui-ci n’est pas le seul parent à croire en l’efficacité des cours de soutien.

Nombreux sont les enseignants qui assurent qu’ils ont commencé à donner des cours de soutien non seulement pour des raisons financières, mais aussi parce qu’une grande partie des élèves et des parents sont demandeurs.
«Les parents viennent parfois me supplier pour que je donne des cours de soutien à leurs enfants. Et si j’accepte de le faire, ce n’est pas uniquement pour l’argent, mais aussi dans un souci de solidarité, car même s’il faut avouer que c’est rentable, les heures supplémentaires sont un effort additionnel qu’on doit fournir. Les cours sont généralement donnés le soir ou le week-end, c’est-à-dire au moment où nous sommes censés nous reposer…», affirme Redouane, instituteur dans un collège à Casablanca.

Afin de permettre à un plus grand nombre d’élèves d’avoir accès à ces cours de soutien, une nouvelle plate-forme dédiée à l’enseignement vient de voir le jour. Il s’agit de : «Allo-oustad.ma», premier service de soutien scolaire par Internet. Le but est de permettre aux élèves d’obtenir de l’assistance en ligne auprès de professeurs spécialement formés et outillés. «L'idée de la création d’un portail dédié au soutien scolaire est venue à partir de mon vécu quotidien, puisque je suis en contact permanent avec les élèves et leurs parents.
L’accompagnement scolaire est parmi les grandes préoccupations des familles, qui recourent beaucoup aux cours de soutien scolaire, mais qui le vivent comme une contrainte et un fardeau, que ce soit en termes de coût (une heure de cours de soutien peut aller jusqu’à 300 DH), ou en termes d’effort physique, puisque les séances traditionnelles de soutien scolaire se terminent tard le soir, et en général nécessitent un déplacement en dehors de chez soi. Notre site apporte justement les solutions à ces problèmes», indique Amine Azzouzi, cofondateur du site Allo-oustad.ma. Et de poursuivre : «Au niveau du coût, plusieurs packs avec des tarifs dégressifs sont disponibles, à partir de 144 DH l'heure.

Par ailleurs, le service est sans engagement, et est facturé en fonction de la durée de chaque appel, ce qui fait que la recharge non consommée reste disponible pour de prochains appels.
Aussi, cette nouvelle solution apporte plus de confort aux parents et à l’élève qui n’a plus besoin de se déplacer. Ce dernier assiste depuis chez lui à une véritable séance de soutien scolaire avec un professeur dédié. Le service est disponible du lundi au jeudi de 16 h à 23 h, et le week-end de 9 h à 23 h».
Lancé le 8 octobre dernier, le site a pu, en une semaine de service toucher de nombreux élèves ; plus de 200 sont déjà inscrits. Pour cette première phase de lancement, toutes les matières scientifiques sont disponibles à savoir : mathématiques, physique, chimie et sciences de la vie et de la terre (SVT) pour le programme du collège et lycée marocain.

Par ailleurs, la plateforme met en relation directe l’élève et le professeur, qui communiquent à travers une classe virtuelle. «L’élève et son professeur peuvent discuter, partager des fichiers.... c'est l'élève qui définit son besoin par rapport à la séance de révision.
Le professeur l'assistera et lui proposera des fiches de révision pour la leçon en question, et s’il souhaite plutôt une aide sur des exercices, le professeur l’oriente et lui donne les pistes de résolution», explique Azzouzi.

Et de conclure : «Nos professeurs sont spécialement formés sur le programme marocain, chacun dans son domaine, et sont dotés d'outils pédagogiques pour assister au mieux l'élève. Et je peux vous assurer que les feed-back recueillis de la part des élèves sont excellents».



Étude de l’association Enseignement public & informatique

D’après une récente étude réalisée par l’association Enseignement public & informatique (EPI) sur les habitudes des élèves marocains, la tendance générale chez les écoliers est la nécessité du soutien scolaire. Ils estiment qu'il permet d'améliorer les résultats scolaires (9% seulement parmi les questionnés ne recourent pas au soutien scolaire). Les élèves y recourent, pour la plupart, pour mieux comprendre les cours, compenser le manque de travail chez soi ou pour apprendre la méthodologie de travail. Certains élèves ont recours au soutien scolaire pour plusieurs matières (jusqu'à 5), mais la plus grande partie d'entre eux le font seulement pour 2 matières (48%). Parmi les élèves ayant répondu par l'affirmative, 71% utilisent Internet pour le soutien scolaire, accèdent à des sites plutôt qu'à des forums, et consultent les exercices plus que le cours.

E-MATIN
Feuilletez LEMATIN
comme si vous le teniez
entre les mains

L'édition du
22 Avril 2017
est maintenant disponible
pour les abonnés