Rendez-vous annuel

«Port Finance International» organisé pour la deuxième fois au Maroc

,LE MATIN
18 Septembre 2015
Rendez-vous-annuel.jpg

Le Maroc a abrité pour la deuxième fois la conférence «Port Finance International». L’édition 2015 de ce rendez-vous annuel qui réunit les professionnels et les experts a été organisée à Casablanca mercredi et jeudi derniers par Partner Port Mondial avec le soutien du ministère de l’Équipement, du transport et de la logistique. Le Maroc y a exposé sa riche expérience.

Et de deux pour le Maroc ! Après avoir abrité l’édition 2014 de la conférence «Port Finance International», en septembre de l’année dernière, il a encore accueilli l’édition 2015 de ce rendez-vous annuel qui réunit les professionnels et les experts «afin d’explorer les ports de la région, les infrastructures de transport et de logistique et mettre l’accent sur la facilitation des échanges et la compétitivité logistique», selon les organisateurs. L’objectif était également «d’explorer les opportunités offertes à ceux qui souhaitent miser sur la position géographique unique du Maroc, mais également sur sa situation politique, financière et industrielle». Cet évènement a été organisé à Casablanca, mercredi et jeudi derniers, par Partner Port Mondial avec le soutien du ministère de l’Équipement, du transport et de la logistique.
Le choix du Maroc pour l’organisation de cet évènement s’explique, selon les organisateurs, par l’attractivité dont bénéficie le secteur des ports du Royaume, la réforme portuaire et la stratégie de développement du secteur à l’horizon 2030.

En effet, comme l’a relevé le ministre de l’Équipement, du transport et de la logistique, Aziz Rabbah, dans une allocution lue en son nom à l’ouverture de cette conférence, le Maroc a défini une nouvelle stratégie ambitieuse pour le développement de ses infrastructures portuaires à l’horizon 2030. Cette stratégie, qui a été basée sur la notion de pôle portuaire, permettant de lier le développement portuaire à une région et à son environnement, vise, explique-t-il, à consolider la position du Maroc en tant que plateforme logistique mondiale offrant accès aux marchés européens, d’une part, et africains, d’autre part. Le ministre, cité par la MAP, a rappelé que cette stratégie préconise la création de cinq nouveaux ports qui sont Nador-West Med, Kénitra Atlantique, Safi Atlantique, Dakhla et le nouveau port gazier de Jorf Lasfar. La stratégie, ajoute-t-il, repose également sur l’extension des infrastructures existantes et la requalification de certains sites portuaires qui ne répondent plus actuellement aux exigences du transport maritime et du trafic portuaire.

Ce qui a permis au Maroc, note le ministre, de se hisser à la seizième place sur le plan mondial en termes de connectivité maritime et la première place sur le continent africain, selon le dernier classement de la Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement. Ce qui constitue une nette avancée, puisqu’avant 2007, le Maroc occupait la 84e place dans ce classement, indique-t-il.

Modèle «Landlord Ports»
«Avec 38 ports sur les deux rives méditerranéenne et atlantique, dont 13 ouverts au commerce international, le secteur des ports assure environ 98% des échanges du Maroc avec l’extérieur, soit plus de 100 millions de tonnes par an», a rappelé Rabbah, cité par la MAP.

Autre chantier, le Maroc aligne progressivement l’organisation institutionnelle de ce secteur sur les meilleures pratiques internationales, en faisant évoluer son mode de gouvernance vers le modèle «Landlord Ports», selon le ministre. Ce qui s’est traduit par la création d’importantes opportunités pour améliorer davantage le système de gestion des ports marocains, notamment à travers l’émergence d’une nouvelle dynamique de Partenariat public-privé dans la réalisation des projets portuaires. 





E-MATIN
Feuilletez LEMATIN
comme si vous le teniez
entre les mains

L'édition du
20 Mai 2017
est maintenant disponible
pour les abonnés