Arts visuels

La créativité s’expose au Musée de la photographie de Marrakech

,LE MATIN
03 Mai 2015
Arts-visuels.jpg

Le Musée de la photographie et des arts visuels de Marrakech abrite, du 1er mai au 30 septembre prochain, une exposition d’œuvres de sept artistes contemporains marocains sous l’intitulé «Traces of the future» (Traces du futur).

Cette exposition, qui réunit les travaux de Mounir Fatmi, Leila Alaoui, Jamila Lamrani, Ahmed Hajoubi, Amina Benbouchta, Younes Baba-Ali et Abdeaziz Zerrou, se fonde sur des propositions d’artistes alliant la critique sociale et le parti pris sur des questions qui constitueront sans ambages des enjeux majeurs de la société de demain.
Selon ses initiateurs, l’allusion au futur évoque «un horizon d’attente» dans la mesure où «Traces of the future» constitue «le lieu d’un système de référence commun aux œuvres et au public».

En effet, les artistes évoquent des thèmes familiers en maintenant une navigation permanente entre mondes imaginaires et réalités quotidiennes. Ainsi, que ce soit par la remise en cause des barrières physiques ou mentales, par le récit d’expériences migratoires ou encore par le dévoilement des contradictions de l’époque actuelle, ils traduisent un monde où composer avec les contraires est nécessaire. Originaire de Tanger, Mounir Fatmi a poursuivi ses études en arts plastiques à Casablanca puis à Rome. Ses vidéos, installations, peintures et sculptures ont été sélectionnées dans le cadre de plusieurs biennales, notamment à Venise, Sharjah (Émirats arabes unis), Séville, Dakar et Gwangju (Corée du Sud), comme elles ont été emmenées dans les plus beaux sites d’exposition du monde, de Paris à Zurich, de New York à Düsseldorf, de Londres à Moscou et de Doha à Tokyo. Il est récipiendaire de plusieurs prix et distinctions, dont le Prix de la Biennale du Caire, l’Uriôt Prize d’Amsterdam et le Grand Prix Léopold Sédar Senghor de la Biennale de Dakar.

Née en 1982 à Paris, la photographe Leila Alaoui a d’abord fait des études d’histoire et de sciences politiques à Toulouse avant des études professionnelles à New York. Portant un intérêt tout particulier aux identités culturelles et à la migration où elle s’est distinguée notamment avec la série très remarquée «Les Marocains», hommage à la diversité ethnique et culturelle du Royaume, Leila Alaoui a participé à plusieurs expositions tant au Maroc, en Europe, aux États-Unis qu’au Moyen-Orient, ainsi qu’à moult biennales de photographie. Diplômée de l’Institut national des beaux-arts de Tétouan en 1998, Jamila Lamrani fait appel aux objets du quotidien le plus banal et à des matériaux simples et ordinaires pour façonner son travail. Elle a pris part à de nombreuses expositions au Maroc et à l’étranger, notamment la Biennale de l’art africain contemporain à Dakar. Formé comme sa prédécesseure à l’Institut national des beaux arts de Tétouan, Ahmed Hajoubi allie le moderne et le traditionnel tout en puisant dans le patrimoine. Les créations de ce fils de Guercif se distinguent par cette touche de féerique et de profond à la fois. Il compte plusieurs expositions à son actif. Amina Benouchta, la doyenne des artistes exposants, a fait des études d’anthropologie au Canada et les beaux arts à Paris. Peintre, photographe et sculptrice, elle a monté sa première exposition en 1991 à Rabat et expose, depuis lors, aussi bien au Maroc qu’à l’étranger. L’une des fondateurs du Collectif 212, elle a réalisé d’étonnantes installations où les motifs inscrits dans les tableaux envahissent l’espace. Lauréat de l’École supérieure des arts décoratifs de Strasbourg et de l’École supérieure d’art d’Aix-en-Provence, Younes Baba-Ali a participé à moult expositions dans le Royaume qu’ailleurs, notamment en Belgique, en Suisse, en Macédoine, en Pologne, au Royaume-Uni, en Espagne et en France. Considéré comme l’un des jeunes plasticiens au Maroc, Abdelaziz Zerrou est diplômé de l’Institut national des beaux arts de Tétouan. Ayant une démarche artistique résolument contemporaine, l’enfant de Casablanca est co-créateur du Collectif «Jeunes artistes africains» qui a pour ambition de soutenir la créativité artistique dans le continent. 





E-MATIN
Feuilletez LEMATIN
comme si vous le teniez
entre les mains

L'édition du
14 Juin 2017
est maintenant disponible
pour les abonnés