Anniversaire de l’accession de S.M. le Roi Mohammed VI au Trône

Dix-sept années de grandes réalisations

El Mahjoub Rouane,LE MATIN
31 July 2016 - 14:10
Dix-sept-annees-de-grandes-realisations-.jpg 1er juillet 2016 : S.M. le Roi Mohammed VI procède, à Tanger, au lancement des travaux de construction de la Maison de développement durable.Ph. MAP

C’est avec une grande fierté que le peuple marocain célèbre cette année le 17e anniversaire de l’accession de S.M. le Roi Mohammed VI au Trône. Dix-sept années de grandes réalisations, aux plans interne et externe, et au niveau des relations arabes, africaines et internationales.

Dix-sept années se sont écoulées depuis l’accession de S.M. le Roi Mohammed VI au Trône. Dix-sept années de grandes réalisations, aux plans interne et externe, et au niveau des relations arabes, africaines et internationales. Dix-sept années couronnées par le retour annoncé du Maroc à l’Union africaine (UA). Il s’agit d’une décision historique qui confirme l’ancrage africain du Royaume et la détermination de S.M. le Roi Mohammed VI à poursuivre son action en faveur du développement durable du continent. Dans le discours adressé par le Souverain au 27e Sommet de l’UA, tenu les 17 et 18 juillet à Kigali, le Souverain a souligné qu’il s’agit d’une décision réfléchie et longuement mûrie. Elle se base sur le choix du Royaume de mener une politique agressive basée sur la coopération Sud-Sud. Résultat : la décision royale a été largement saluée par les pays africains.

En effet, 28 États membres de l’UA ont signé une motion demandant la suspension de la fantomatique «république arabe sahraouie démocratique» des activités de l’UA et de tous ses organes, afin de permettre à l’organisation panafricaine de jouer un rôle constructif et de contribuer positivement aux efforts des Nations unies pour un dénouement définitif au différend régional sur le Sahara. L’année 2015-2016 a aussi été marquée par l’installation du Conseil supérieur de la Fondation Mohammed VI des oulémas africains. Intervenant à l’heure où le monde est de plus en plus secoué par les violences du fanatisme et du terrorisme, cet évènement phare, présidé à Fès par S.M. le Roi, Amir Al-Mouminine, consacre la clairvoyance et la pertinence de la vision royale qui a toujours fait du renforcement et de la consolidation des valeurs nobles de l’Islam tolérant la meilleure arme de lutte contre l’extrémisme. En effet, le Maroc, qui souscrit intégralement à toutes les résolutions du Conseil de sécurité visant à faire échec à ce fléau, s’emploie par tous les moyens dont il dispose à assécher les terreaux du fanatisme et à extraire les racines du terrorisme. En témoignent les projets structurants et de développement ainsi que les programmes de formation lancés par S.M. le Roi à travers le Royaume dans l’objectif de doter notamment les jeunes et les femmes d’une éducation ouverte et ancrée dans les valeurs et les référentiels authentiques de la société.

De même, la réalisation de la justice sociale, l'amélioration des conditions de vie des citoyens et la consolidation de leur pleine citoyenneté ont été érigées en priorité par S.M. le Roi, qui mène une quête permanente de l'équité, de davantage d'inclusion et de l'éradication des différentes formes de pauvreté et d'exclusion sociale, à travers l’Initiative nationale pour le développement humain. Ainsi et grâce à la Haute Sollicitude royale, toutes les grandes villes du Royaume bénéficient désormais d’un grand projet qui prend en considération les éléments fondamentaux qui structurent les métropoles tournées vers l'avenir, à savoir l'environnement urbain pour améliorer la qualité de vie. Ce projet vise à améliorer les conditions de vie des habitants, notamment à travers la mise en place et le renforcement des structures de proximité. Cette attention s’exprime essentiellement en termes d’actions concrétisées à travers les projets de développement économique et social qui ont conduit à l’épanouissement de la population, ainsi qu'à la consolidation de la politique de décentralisation et de déconcentration. Les actions menées ont permis l’éradication de l’habitat insalubre, le développement des villages de pêche, le renforcement des infrastructures de base… De même et grâce à l’intérêt particulier que S.M. le Roi accorde au développement du sport, celui-ci a enregistré de manière constante un progrès régulier et continu tant au niveau de l’infrastructure que des performances sportives.

Un intérêt royal qui a fait que le sport soit inscrit dans la Constitution comme étant un droit fondamental de l’Homme, car il constitue un levier fort de développement humain, d’inclusion, de cohésion sociale et de lutte contre la misère, l’exclusion et la marginalisation. Dans le monde, l’engagement multidimensionnel du Maroc a été plus d’une fois salué par la communauté internationale, d’où l’élection du Royaume à la coprésidence du Forum global de lutte contre le terrorisme (GCTF), une importante plateforme qui rassemble nombre de pays de différentes régions du monde pour promouvoir la coopération multilatérale, en appui aux efforts de l'ONU pour le développement de la stratégie mondiale de lutte contre le terrorisme. Les résultats concrets de sa politique anticipative dans la lutte contre le terrorisme à travers le dispositif de sécurité renforcée Hadar, le démantèlement de plusieurs filières de recrutement de jihadistes ou de cellules qui préparaient des actes terroristes font désormais du Maroc un partenaire sérieux et incontournable pour l’ensemble des pays de la région et du monde.

La Vision royale est également fortement centrée sur le co-développement durable à dimension écologique et environnementale. Ainsi, le Maroc, conscient des effets des changements climatiques et de leur impact dévastateur sur l’environnement, le développement et sur les conditions sociales des populations, a très tôt accordé une importance particulière aux facteurs écologiques (énergies renouvelables, respect de l’environnement…), ainsi qu’à l'examen des questions liées à la sécurité alimentaire.

Aujourd’hui, l’engagement du Maroc dans cette action fructueuse se reflète aussi dans la bonne appréciation des enjeux environnementaux, en organisant la 22e session de la Conférence-cadre des Nations unies sur les changements climatiques qui se tiendra à Marrakech du 7 au 18 novembre prochain. Pendant 15 jours, les yeux du monde entier seront braqués sur la ville ocre où se dérouleront des débats et des négociations déterminants pour l’avenir de la planète et de l’humanité et qui verront la participation de près de 30.000 représentants de 193 pays. Bref, la tenue de la COP 22 au Maroc offre l'occasion de renforcer le débat public sur l'ensemble des enjeux liés à l'environnement et au climat (eau, déchets, préservation de la biodiversité, désertification, pollutions...), d'évaluer les politiques publiques en la matière en vue de donner un nouvel élan sur une question vitale pour l'avenir des populations, d'autant plus que le Maroc est engagé dans des programmes ambitieux dans le domaine des énergies renouvelables et non fossiles. En prélude à la COP 22, la ville de Tanger (nord du pays) a abrité du 18 au 19 juillet la Conférence des pays riverains de la Méditerranée (Med COP 22).

Organisée en partenariat avec la région de Tanger-Tétouan-Al Hoceïma, la COP-Med a réuni des Chefs de gouvernement, des ministres des pays du pourtour méditerranéen ainsi que des experts et des représentants de bailleurs de fonds. Selon Assia Bouzekri, présidente de la Commission de préparation de la Med COP 22 et vice-présidente du Conseil régional de Tanger-Tétouan-Al Hoceïma, l'organisation de cette rencontre constitue une étape importante visant à échanger et à rapprocher les points de vue entre l'ensemble des acteurs civils et institutionnels, des experts et des chercheurs pour préparer la COP 22. Sur le plan des relations bilatérales, un nouveau cadre de partenariat stratégique lie le Maroc au Conseil de coopération des États du Golfe arabe, à la Russie, à la Chine et à l’Inde.

Ce partenariat gagnant-gagnant s’articule autour de trois volets, à savoir le dialogue politique, le partenariat économique, commercial et financier, et les échanges humains et la coopération culturelle, scientifique et technique. Dans ce cadre, le Royaume, grâce à sa position géographique, mais aussi à ses ressources humaines et aux accords de libre-échange qu'il a conclus avec de nombreux pays, a le potentiel pour devenir un hub pour les investissements étrangers en Afrique. Portée par Sa Majesté le Roi Mohammed VI, la politique africaine du Maroc constitue un avantage de taille pour ces partenaires étrangers. Quatrième destination des investissements directs étrangers (IDE) sur le continent, première destination en Afrique du Nord pour les IDE entrants, premier investisseur en Afrique francophone, le Maroc dispose de plusieurs atouts lui permettant d'être le moteur-clé d'une dynamique régionale. 







E-MATIN
Feuilletez LEMATIN
comme si vous le teniez
entre les mains

L'édition du
21 Janvier 2017
est maintenant disponible
pour les abonnés