Formation professionnelle

Forte impulsion royale aux projets de réinsertion professionnelle des jeunes

,LE MATIN
20 Aout 2016
LE-ROI-Formation-professionnelle.jpg 27 janvier 2016 : S.M. le Roi Mohammed VI procède, à la commune Mzamza Al Janoubia (province de Settat), à l’inauguration de l’école Mohammed VI de formation dans les métiers du bâtiment et des travaux publics.

La qualification des jeunes ne peut être assurée sans un dispositif de formation destiné à améliorer leur performance. C’est pourquoi Sa Majesté le Roi Mohammed VI accorde un grand intérêt aux différents projets structurants visant le renforcement de la qualité de la formation professionnelle.

Dans Son discours du Trône, adressé à la nation le 30 juillet 2015, Sa Majesté le Roi Mohammed VI a souligné qu’«Étant donné que la formation professionnelle est devenue aujourd’hui la clé de voûte dans tous les secteurs de développement, on devrait passer de l’enseignement académique classique à une double formation garantissant aux jeunes la possibilité d’obtenir un emploi. Dans ce cadre, il faut renforcer les instituts de formation aux différentes filières, notamment les nouvelles technologies, l’industrie automobile, l’aéronautique, les professions médicales, l’agriculture, le tourisme, le bâtiment et bien d’autres. Parallèlement à cela, il faut assurer une formation professionnelle renouvelée et de haute qualité, plus particulièrement dans les filières qui nécessitent des études supérieures». Cet extrait du discours royal témoigne de l’intérêt particulier qu’accorde le Souverain aux jeunes et à leur avenir. En empruntant la voix de la formation professionnelle en tant qu'outil de développement, les jeunes auront l’opportunité d’intégrer efficacement le marché du travail. Assurer leur qualification et leur insertion professionnelle reste l’une des priorités pour combattre toutes les formes d'exclusion et de discrimination.

Toujours dans le cadre de Son souci de garantir une vie professionnelle et un emploi stable aux jeunes, le Souverain a veillé personnellement à mettre en place des structures capables de répondre aux exigences économiques. Les nombreux projets réalisés et en cours de réalisation confirment cet engagement essentiel pour l'avenir aussi bien des citoyens que de la Nation.
On peut citer comme exemple l’inauguration, le 27 janvier 2016 à la commune Mzamza Al Janoubia (province de Settat), de l’école Mohammed VI de formation dans les métiers du bâtiment et des travaux publics, l'inauguration le 10 juin 2016 à Salé du centre de formation professionnelle de la prison locale El Arjat, le lancement le 13 juin 2016 à Kénitra des travaux de construction d'un Centre de formation professionnelle dans les métiers de l'automobile, ainsi que l’inauguration d’un Complexe dédié entre autres à la formation des jeunes, réalisé par la Fondation Mohammed V pour la solidarité dans le courant de l’année 2016.

Une stratégie en cohérence avec les orientations royales

Conformément aux Orientations royales et prenant en compte les directives du Souverain dans son discours du 30 juillet 2015, le ministère de l’Éducation nationale et de la formation professionnelle a donné le coup d’envoi, le 30 mars 2016, de la stratégie nationale de la formation professionnelle à l’horizon 2021.
Cette stratégie vise à assurer la formation pour tous, partout et tout au long de la vie. Elle s’assigne pour objectif la formation et la qualification de 10 millions de citoyens à l'horizon 2021 parmi lesquels 530.000 jeunes âgés de 13 à 14 ans, 2,4 millions de lauréats de la formation professionnelle initiale, 5,2 millions de bénéficiaires de la formation continue, 1,05 million de bénéficiaires de la formation qualifiante et de la formation en «soft skills» et 210.000 bénéficiaires des formations destinées aux populations à besoins spécifiques.
Pour atteindre ces objectifs, il était également question de s’appuyer sur une approche contractuelle, via des contrats programmes entre l'État et les différents partenaires et opérateurs de la formation publics et privés.
Des contrats programmes qui définissent notamment les moyens à mobiliser, les modes d'évaluation et les mécanismes de planification, de suivi et de contrôle.

Rappelons que la cérémonie de lancement de cette stratégie a été marquée par la signature de 25 conventions couvrant différents domaines d’intervention du dispositif de la formation professionnelle au Maroc. In fine, cette nouvelle feuille de route rejoint les dispositions de la Constitution qui accorde une attention particulière à la formation professionnelle, garantissant ainsi ce droit à tous les citoyens tout au long de la vie.





E-MATIN
Feuilletez LEMATIN
comme si vous le teniez
entre les mains

L'édition du
24 Juillet 2017
est maintenant disponible
pour les abonnés