Filière oléicole

De jeunes agriculteurs s'initient à la conduite moderne de l'olivier

,LE MATIN
19 Mars 2017
Filière-oléicole.jpg

Plus de 300 jeunes agriculteurs, de la région de Fès-Meknès, ont bénéficié de 12 sessions de formation dispensées par la Fédération interprofessionnelle marocaine de l'olive, la Banque européenne pour la Reconstruction et le Développement et la FAO. Ce programme s’inscrit dans un projet d’appui à la filière oléicole co-financé par les deux institutions.

«Le secteur de l’huile d’olive au Maroc joue un rôle de premier plan dans le Plan Maroc vert. Dans le cadre de ce programme, les priorités du gouvernement pour le développement de cette filière portent sur l’agrégation, l’amélioration de la qualité, une plus grande efficacité de la filière, le développement du marché local de l'huile d'olive et le soutien à l’exportation de produits made in Morocco», a déclaré Michael George Hage, représentant de l'agence des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) au Maroc.
La FAO, la Banque européenne pour la reconstruction et le développement, la Fédération interprofessionnelle marocaine de l'olive et la Direction régionale de l’agriculture de Fès-Meknès ont pris l’initiative d’organiser une série d’ateliers sur la taille de l’olivier au profit de 300 jeunes agriculteurs des provinces de Sefrou, Taza et Taounate. Ces formations ont pris fin le 18 mars. Selon un communiqué de la FAO, «ces efforts de formation s’inscrivent dans un projet d’appui à la filière oléicole co-financé par les deux institutions (...) L’idée est d’attirer des jeunes à exercer le métier très important de la taille et de former des prestataires de services dans la région» précise le communiqué. «En renforçant les institutions de la filière oléicole et en mettant l’accent sur la qualité de la production, le Maroc pourra enfin consolider la filière oléicole au niveau national, permettant ainsi la création de précieux emplois dans les zones rurales et l’augmentation des exportations», a souligné Mohamed Sadiki, secrétaire général du ministère de l’Agriculture et de la pêche maritime. Selon ce dernier, la surface réservée à l'olivier a atteint 1 million d’hectares à fin 2016. Le Plan vert Maroc table sur 1,2 million d’hectares en 2020. Cette réalisation représente une croissance de 31% par rapport à la superficie enregistrée en 2009 et qui s’établissait alors à 773.000 hectares. «Le niveau de la production réalisé a connu une augmentation soutenue pour atteindre le record de 1,570 million de tonnes en 2013-2014 jamais atteint auparavant», a précisé Mohamed Sadiki. Selon Fellah Trade, le portail du Crédit Agricole du Maroc, la production moyenne d’olive a atteint 1,326 million de tonnes en 2015 contre 783.000 tonnes en 2009, soit un accroissement de presque 70%. 





E-MATIN
Feuilletez LEMATIN
comme si vous le teniez
entre les mains

L'édition du
28 Juillet 2017
est maintenant disponible
pour les abonnés