Myriam El Khomri, ancienne ministre française du Travail, de l'emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social

,LE MATIN
12 Juillet 2017
Myriam-El-Khomri-.jpg

«L’économie sociale et solidaire est à la fois un secteur qui permet de développer une utilité sociale et qui permet en même temps de trouver des réponses durables. Et je pense que le Maroc comme la France ont accueilli des évènements très importants comme la COP 21 et la COP 22 et cela veut dire qu’il y a une énorme énergie. À mon sens, l’entrepreneuriat social est un aimant à talents et à énergie et il faut développer les bonnes pratiques et je sais que par le passé il y a eu cette coopérative des entrepreneurs sociaux solidaires à El Jadida au Maroc, donc il faut former et créer l’écosystème favorable pour développer le maximum de projets. Et je pense que ce développement passe par trois dimensions. Il s’agit tout d’abord de la dimension locale.

Cet aspect ne peut s’épanouir que s’il y a un cadre adéquat sur le plan national et qui permet justement l’émergence d’un écosystème permettant le développement de la question des financements, des microcrédits ou la possibilité de l’épargne salariale… ce qui contribue au développement de l’entrepreneuriat social.
S’agissant de la troisième dimension, elle est transnationale et c’est là tout l’intérêt du MTF aujourd’hui. Car il est question de la diffusion des bonnes pratiques ainsi que de la possibilité de modéliser certains écosystèmes pour les développer massivement. Et dans ce sens, je pense que le Maroc est un phare d’innovation en la matière». 

 





E-MATIN
Feuilletez LEMATIN
comme si vous le teniez
entre les mains

L'édition du
10 Aout 2017
est maintenant disponible
pour les abonnés