Parlement européen

Des députés européens soulignent le caractère incontournable du partenariat avec le Maroc

,LE MATIN
10 January 2017 - 23:13
Parlement-europeen-2017.jpg Pour la députée européenne Rachida Dati, «le Maroc n’est pas un allié ordinaire».

Le Maroc est un partenaire incontournable dans tous les domaines, ont souligné, lundi dernier, plusieurs députés européens. Lors d'un échange au sein du Parlement européen, ils ont mis en avant le rôle important que joue le Royaume dans la lutte contre le terrorisme, dans la gestion des flux migratoires et la coopération avec l’Afrique.

Lors d’un échange de vues, au sein de la commission des affaires étrangères du Parlement européen, avec Nicholas Westcott, directeur général Afrique du Nord et Moyen-Orient du service d’action extérieure de l’UE sur la décision de la Cour de justice de l’UE (CJUE) concernant l’accord agricole avec le Maroc, des députés européens de divers groupes politiques ont unanimement souligné la nécessité de redynamiser la coopération entre les deux parties, mettant en exergue le rôle que joue le Royaume pour la stabilité et la sécurité de l’ensemble de la région et dans le domaine de la migration.

Pour la députée européenne Rachida Dati, «le Maroc n’est pas un allié ordinaire, c’est un allié de confiance, indispensable dans la lutte contre le terrorisme, dans la gestion des flux migratoires, et un partenaire privilégié pour établir une coopération refondée avec l’Afrique». «Le Maroc est vraiment un exemple à suivre pour l’Union européenne et pour chacun de ses États membres dans les domaines précités», a-t-elle noté, souhaitant que l’année 2017 «nous permette de reconstruire cette relation de confiance que nous avons nous même fragilisée, car à défaut, l’Europe le paiera cher». Après avoir signalé que «la Cour de justice de l’UE a su rappeler des principes intangibles en rectifiant la décision du Tribunal de première instance. D’une part, en confirmant la validité de l’accord commercial de 2012 entre l’Union européenne et le Maroc.

D’autre part, en rappelant que pour saisir une juridiction, internationale de surcroît, il faut avoir un intérêt et une qualité à agir et une reconnaissance juridique, déboutant ainsi le Front Polisario», Mme Dati a regretté qu’il ait fallu plus d’un an de contorsions juridiques pour répondre à «une décision uniquement politique». Mme Dati a, dans ce contexte, mis en garde l’UE contre toute action qui compromettrait à l’avenir le partenariat avec le Maroc. «Attention de ne pas scier la branche de la sécurité des Européens et du développement africain dont nous avons besoin grâce au Maroc !» a-t-elle averti. L’eurodéputé français Aymeric Chauprade est allé dans le même sens, en appelant l’UE à tourner la page de l’arrêt de la Cour et à envisager un partenariat plus vigoureux et plus dense sur de nouvelles bases de confiance et de respect des engagements avec le Maroc qu’il a qualifié d’îlot de stabilité dans une région en proie à de multiples périls.







E-MATIN
Feuilletez LEMATIN
comme si vous le teniez
entre les mains

L'édition du
21 Janvier 2017
est maintenant disponible
pour les abonnés