Politique monétaire

La Banque centrale du Japon opte encore pour le statu quo

,LE MATIN
16 Mars 2017
La-Banque-centrale-du-japon-.jpg Après avoir innové en 2016 pour tenter d'extirper l'archipel de sa torpeur, la BoJ a choisi de temporiser, observant tous azimuts. Ph. AFP

Avec une modeste embellie en vue, la Banque du Japon (BoJ) a décidé de maintenir, jeudi, sa politique monétaire. Pour la quatrième fois de suite, la réunion du gouverneur Haruhiko Kuroda et de ses pairs s'est soldée sur un statu quo. Après avoir innové en 2016 pour tenter d'extirper l'archipel de sa torpeur, la BoJ a choisi de temporiser, observant tous azimuts, souligne l’AFP. Dans son viseur, il y a d'abord, «les développements de l'économie américaine et son impact sur la politique monétaire», souligne l’Institution monétaire citée par l’agence de presse tricolore. La Fed a relevé ses taux directeurs à deux reprises depuis l'élection de Donald Trump en novembre (voir article), un signe de confiance qui doit en théorie doper le dollar et, le cas échéant, rendre le cours du yen plus avantageux pour les groupes exportateurs japonais.

Il y a ensuite les risques politiques en Europe, avec le Brexit, nommément cité dans le communiqué de la BoJ, qui se profile et l'élection présidentielle française. «Ces événements pourraient mettre en question l'existence de l'Union européenne et de l'euro», indiquait récemment dans une note Yasunari Ueno, économiste chez Mizuho Securities, cité par l’AFP. Il y a aussi l'administration Trump, dont les accents protectionnistes auront sans nul doute un impact sur l'ordre économique mondial. Les grandes lignes pourraient se dessiner à Baden-Baden (Allemagne), où se réunissent aujourd’hui et demain les grands argentiers du G20 avec l'espoir d'ancrer les États-Unis dans le multilatéralisme. 





E-MATIN
Feuilletez LEMATIN
comme si vous le teniez
entre les mains

L'édition du
24 Aout 2017
est maintenant disponible
pour les abonnés