EXCLUSIF : Université euro-méditerranéenne de Fès

La BEI approuve son prêt de 70 millions d’euros

,LE MATIN
14 Mars 2017
La-BEI.jpg Le coût global de la construction de l’éco-campus UEMF s’élève à 147 millions d’euros (environ 1,57 milliard de DH), financé à plus de 48% par la BEI.

La Banque européenne d'investissement vient d’approuver un prêt de 70 millions d’euros pour cofinancer la construction de l’Université euro-méditerranéenne de Fès, qui opère actuellement dans des locaux provisoires. L'université, dont la fin des travaux est prévue pour 2019-2020, accueillera environ 7.000 étudiants et 650 membres du personnel provenant de la région euro-méditerranéenne et d’Afrique subsaharienne.

C’est fait. La Banque européenne d'investissement (BEI) vient d’approuver un prêt de 70 millions d’euros (environ 750 millions de DH) en faveur de l’Université euro-méditerranéenne de Fès (UEMF). Cette manne financière est destinée à cofinancer la construction de l’éco-campus UEMF, dont le coût global s’élève à 147 millions d’euros (environ 1,57 milliard de DH), financé à plus de 48% par la BEI.

L’UEMF a accueilli ses premiers étudiants en 2014 dans des locaux provisoires à Fès Shore. La fin des travaux de construction des locaux définitifs est prévue pour 2019-2020. Les bâtiments pourront alors accueillir environ 7.000 étudiants et 650 personnels de diverses nationalités, provenant de la région euro-méditerranéenne et d’Afrique subsaharienne.

Ce projet s'inscrit dans le cadre de la mise en œuvre de l’Initiative royale, objet de la lettre adressée par le Souverain en septembre 2008 à la coprésidence franco-égyptienne de l'Union pour la Méditerranée (UpM), qui proposait la création d’une université euro-méditerranéenne à Fès, et qui avait été adoptée en novembre de la même année à Marseille en marge de la conférence ministérielle des pays membres de l'UpM.

L’UEMF est une université à caractère régional co-développée avec plusieurs partenaires, notamment des universitaires européens. Cette université vise à assurer des formations supérieures et de la recherche dans un cadre basé sur le dialogue interculturel, l'échange et la coopération entre les peuples de l'espace euro-méditerranéen. En clair, il s'agit d'un établissement d’enseignement supérieur et de recherche scientifique et technique constituant une personne morale de droit public, jouissant de l’indépendance administrative, financière, académique, pédagogique, scientifique et culturelle. Selon le secrétariat général de l'UpM, l'université constitue un nouveau centre d’excellence régional contribuant à la stabilité et à l’intégration régionale, en formant une nouvelle génération de jeunes qui puissent jouer un rôle actif, au travers de leurs futurs emplois, dans la transformation de la région en stimulant la coopération entre les deux rives de la Méditerranée. L’UEMF constitue aussi l’un des projets phares de l’UpM.

Elle fait partie de l’initiative intersectorielle de l’UpM Initiative méditerranéenne pour l’emploi (Med4Jobs) et répond à l’objectif stratégique de promotion de l’employabilité des jeunes et de la croissance inclusive dans la région. La promotion de la mobilité étudiante internationale et le renforcement de l’employabilité et des compétences entrepreneuriales des diplômés sont les priorités principales de cette université. «Dans un environnement international, l’UEMF cherche à offrir des programmes multilingues et pluridimensionnels de grande qualité en ingénierie et en sciences humaines et sociales, complétés par des cours transversaux sur l’histoire, les civilisations, le patrimoine et les langues de la région euro-méditerranéenne, les TIC et l’entrepreneuriat», indique l’UpM. Certains de ces programmes sont déjà mis en place et d’autres seront lancés en partenariat avec des établissements d’enseignement supérieur renommés de plusieurs pays euro-
méditerranéens.





E-MATIN
Feuilletez LEMATIN
comme si vous le teniez
entre les mains

L'édition du
29 Mars 2017
est maintenant disponible
pour les abonnés