Patrimoine culturel

Le film documentaire «Essaouira, la mémoire ruinée (1918-1949)» projeté à Dar Souiri

,LE MATIN
09 January 2017 - 17:54
Patrimoine-culturel-b.jpg Ce film documentaire vise à susciter l’admiration de la beauté invisible d’Essaouira.

Le film documentaire «Essaouira, la mémoire ruinée (1918-1949)», réalisé par Abdel Souiri, a été projeté samedi dernier, au centre culturel Dar Souiri à Essaouira, en présence d’une assistance nombreuse venue découvrir le passé riche de la Cité des Alizés.

À travers les témoignages de deux chercheurs en histoire et spécialistes du patrimoine, Abdelkader Mana et Mohamed Zirari, cette œuvre tente de faire découvrir aux générations actuelles l’histoire rayonnante de cette belle ville portuaire. Ce documentaire est agrémenté de photos nostalgiques datant des 19e et 20e siècles, qui font revivre la mémoire d’Essaouira. Ce film documentaire vise à susciter l’admiration pour la beauté invisible, qui constitue une attractivité culturelle et artistique à même de contribuer à faire d’Essaouira une destination touristique phare, a souligné le réalisateur lors du débat ayant suivi la projection.

«Essaouira, la mémoire ruinée» (1918-1949) se focalise sur les relations économiques entre Essaouira et l’Europe, mais aussi sur les synagogues, les consulats, les écoles françaises et d’enseignement religieux à Essaouira, qui ont fait jadis sa renommée au niveau international. Il tente également de mettre en valeur la contribution des différentes ethnies et religions à l’économie et au patrimoine culturel de la Cité des Alizés. Abdel Souiri, cet infographiste, photographe et jeune réalisateur, a voulu mettre en exergue la cohabitation, la tolérance et le vivre ensemble ayant de tout temps marqué cette ville. Ce jeune réalisateur compte d'ailleurs filmer prochainement un documentaire sur la tolérance et la cohabitation à Essaouira en s’appuyant principalement sur les témoignages de personnes ayant vécu cette période.

«J’ai appris, au fur et à mesure du tournage, à mieux approcher et connaître ma ville, moi qui appartiens à cette génération qui ne connaît pas grande chose sur l’histoire d’Essaouira et sur cette mémoire commune», a-t-il déclaré devant l’assistance. Abdel Souiri a indiqué que pour réaliser ce documentaire, il a dû faire face à plusieurs contraintes, notamment la rareté des ouvrages académiques sur l’histoire d’Essaouira. L’assistance a salué l’initiative de tourner un film documentaire sur cette cité, qui met en valeur la mémoire commune et contribue à la construction de la dimension spirituelle d’Essaouira. Les activités culturelles programmées comprennent également le vernissage de l'exposition de sculptures de Khalil Hilal (artiste d'Essaouira), le vernissage de l'exposition-photos de Abdallah Mira, à l'occasion de la Journée mondiale de la Douane, en plus d’une soirée poétique, en hommage à la poète tunisienne Sonia Abdellatif, avec la participation de poètes d'Essaouira, Casablanca, Meknès et Tétouan, ainsi qu’une soirée de lecture poétique, avec la participation de poètes d'Essaouira. Le programme se clôturera en apothéose le 28 janvier avec une fête culturelle et artistique pour la célébration du Nouvel An amazigh 2967 avec la participation d’intervenants, poètes et artistes musiciens. 







E-MATIN
Feuilletez LEMATIN
comme si vous le teniez
entre les mains

L'édition du
24 Janvier 2017
est maintenant disponible
pour les abonnés