Économie mondiale

Le FMI confirme l'accélération de la croissance en 2017

Mariem Tabih,LE MATIN
24 Juillet 2017
Le-FMI.jpg Les économistes du FMI sont aujourd'hui sur la même longueur d'onde que ceux de l'OCDE, qui escomptent une croissance globale de 3,6% en 2018. Ph. AFP

Malgré un ralentissement aux États-Unis, le FMI confirme l'accélération de la croissance mondiale en 2017. Le Fonds table ainsi sur une progression de 3,5% portée par le dynamisme en zone euro et en Chine.

L’accélération à 3,5% de la croissance mondiale pour 2017 a été confirmée par le Fonds monétaire international (FMI). La révision à la baisse de ses attentes pour les États-Unis est compensée par plus de dynamisme en zone euro et en Chine. Dans ses perspectives économiques mondiales actualisées publiées lundi, le FMI table de même sur une croissance globale de 3,6% en 2018, un chiffre là encore sans changement par rapport à ses précédentes prévisions, qui remontent au printemps, indique Reuters. Les économistes du Fonds sont, aujourd'hui, sur la même longueur d'onde que ceux de l'Organisation du commerce et du développement économiques (OCDE), qui escomptent eux aussi 3,5% de croissance globale en 2017 et 3,6% en 2018. Pour eux, l'économie mondiale entretient sa dynamique et les progressions de la production industrielle et du commerce mondial se maintiennent bien au-dessus de leur rythme de 2015-2016, même s'ils ont légèrement ralenti par rapport à leurs plus hauts récents de fin 2016-début 2017. La stabilité des anticipations par rapport à celles publiées en avril masque cependant des différences entre pays.

Ainsi, le FMI revoit sensiblement en baisse, comme il l'avait indiqué fin juin, ses prévisions pour la croissance américaine à 2,1% pour 2017 comme pour 2018, soit 0,2 et 0,4 point de moins que précédemment, en prenant comme hypothèse que la politique budgétaire de l'administration Trump «sera moins expansionniste que prévu».
Mais il est dans le même temps plus optimiste pour la Chine, où le début d'année plus fort qu'attendu et le maintien pour une période prolongée d'une politique de soutien à l'activité l'ont conduit ce mois-ci à revoir en hausse ses anticipations pour 2017 (+0,1 point à 6,7%) et 2018 (+0,2 point à 6,4%). S'agissant de la zone euro, il entrevoit maintenant une croissance de 1,9% cette année (+0,2 point) et 1,7% l'an prochain (+0,1 point).

À noter que ces révisions prennent en considération celles annoncées récemment pour l'Allemagne (1,8% en 2017 et 1,6% en 2018), la France (1,5% en 2017 puis 1,7% en 2018), l'Italie (1,3% en 2017 et 1,0% en 2018) et l'Espagne (3,1% en 2017 et 2,4% en 2018). «Avec les États-Unis, la Grande-Bretagne est la seule économie avancée dont le FMI revoit les perspectives à la baisse, tablant sur 1,7% de croissance cette année (-0,3 point par rapport à avril) et 1,5% (inchangé) l'an prochain», rapporte l’agence de presse. Celles pour le Japon varient peu : 1,3% en 2017 (+0,1 point) et 0,6% en 2018. Le FMI juge que les risques susceptibles de remettre en cause son scénario de croissance mondiale sont «globalement équilibrés dans le court terme, quoiqu’ils restent plutôt de nature baissière à moyen terme.» Il note que le rebond pourrait être plus fort et plus soutenu en Europe, «où les risques politiques se sont atténués» après les élections dans plusieurs pays, dont la France, alors que Fonds s'inquiétait en début d'année des risques de montée du protectionnisme dans plusieurs pays. 





E-MATIN
Feuilletez LEMATIN
comme si vous le teniez
entre les mains

L'édition du
10 Aout 2017
est maintenant disponible
pour les abonnés