Marché de l’immobilier

Les prix montent de 7,6% et les ventes baissent de 2% au premier trimestre 2017

Lahcen Oudoud,LE MATIN
22 Juin 2017
Marche-de-limmobilier-b.jpg La hausse des prix du résidentiel a touché aussi bien les appartements (8,4%) que les villas (9%) et dans une moindre mesure les maisons (2%).

Les indicateurs du marché de l’immobilier se présentent différemment au début de cette année. Les prix ont, en effet, marqué une hausse de 7,6% au moment où les ventes ont baissé de 2% au premier trimestre 2017, selon l’indice des prix des actifs immobiliers publié par Bank Al-Maghrib. La hausse des prix a été favorisée par le résidentiel (7,1%), le foncier (7,9%) et les biens à usage professionnel (11,7%). Le repli des transactions provient de baisses de 1,4% pour le résidentiel, 5,4% pour le foncier et de 1% pour les actifs à usage professionnel.

L’évolution du marché de l’immobilier n’a rien de réjouissant aux premiers mois de cette année. L'activité affiche, en effet, une hausse soutenue des prix, au moment où les ventes accusent une baisse. L’indice des prix des actifs immobiliers (IPAI) au titre du 1er trimestre 2017 publié par Bank Al-Maghrib montre, ainsi, que les prix ont flambé de 7,6%, résultat des progressions de 7,1% pour le résidentiel, de 7,9% pour le foncier et de 11,7% pour les biens à usage professionnel. Par contre, les ventes des biens immobiliers ont reculé de 2% au cours de la même période.
Le rythme de hausse des prix des biens immobiliers s’accélère ainsi par rapport à 2016. Pour toute l’année écoulée, ils ont, en effet, enregistré une hausse de 0,9%, après 1,2% l’année précédente. Une évolution qui a découlé d’une progression des prix du foncier de 2,1% après 1,2% et de ceux des locaux à usage commercial de 4,7%, alors qu’ils avaient baissé de 2% en 2015. Pour ce qui est des prix des biens résidentiels, ils se sont «quasi stabilisés» en 2016, après une hausse de 1,7% une année auparavant, selon les chiffres de la Banque centrale.

Pour le premier trimestre de l’année en cours, l’accroissement des prix du résidentiel a touché aussi bien les appartements (8,4%) que les villas (9%) et dans une moindre mesure les maisons (2%). Ce qui s’est accompagné d’un repli de 1,4% des ventes du résidentiel, notamment pour les maisons (-8,9%), mais aussi les villas (-1,2%) et les appartements (-0,9%).

S’agissant de l’immobilier commercial, les chiffres de BAM montrent une nette augmentation des prix des bureaux (17,9%), mais aussi de leurs ventes (30,3%). Par contre, ces deux indicateurs se présentent différemment pour les locaux commerciaux qui ont connu une croissance à deux chiffres des prix (10,6%) et une baisse de 2,7% des transactions. Concernant le foncier, les prix se sont renchéris de 7,9% et les ventes se sont repliées de 5,4% par rapport au premier trimestre 2016. Par ville, Meknès a connu la plus forte progression des prix des actifs immobiliers (12,42%), suivie d’Oujda (11,03%), Fès (10,55%), Tanger (10,27%), Agadir (8,83%), El Jadida (8,16%), Casablanca (7,96%) et Marrakech (7,14%). À Rabat, les prix n’ont augmenté que de 2,49%. 





E-MATIN
Feuilletez LEMATIN
comme si vous le teniez
entre les mains

L'édition du
10 Aout 2017
est maintenant disponible
pour les abonnés