Marrakech

Près de 50 enfants bénéficient d’une réparation chirurgicale faciale

Mokhtar Grioute,LE MATIN
14 Juillet 2017
reparation-chirurgicale.jpg L'opération a été marquée par l’organisation d’ateliers pratiques avec des équipes malienne de Bamako et française de Caen par visioconférence.

La cité ocre a abrité, du 10 au 12 juillet, «Les estivales scientifiques SOS Face Marrakech», opération solidaire destinée à prendre en charge les patients souffrant de malformations au visage, moyennant une réparation chirurgicale.

«Les estivales scientifiques SOS Face Marrakech» ont été organisées à l’initiative du Centre hospitalier universitaire (CHU) Mohammed VI, la Faculté de médecine et de pharmacie de Marrakech et le service de chirurgie maxillo-faciale et esthétique de l’hôpital Ibn Tofaïl, en collaboration avec l’Association «SOS Face Marrakech» et d’autres partenaires aussi bien nationaux qu’internationaux.

Cette action a été centrée sur la fente labio-palatine ou «bec de lièvre», maladie congénitale responsable de malformations du palais et des lèvres chez les enfants. Cette opération citoyenne solidaire a permis, à la fois, à une cinquantaine d’enfants porteurs de fentes labio-palatines de retrouver le sourire et, aussi, la prise en charge d’une centaine de patients nécessiteux atteints de malformations.

Aux yeux de ses initiateurs, cet événement scientifique, académique et social s’insère dans les prérogatives de l’équipe de chirurgie maxillo-faciale et esthétique du CHU Mohammed VI et, plus particulièrement, de l’Association «SOS Face Marrakech» qui «lutte contre la défiguration affectant la dignité de l’être humain et entrainant l’exclusion sociale du patient et constituant un défi quotidien pour le chirurgien».

«En plus de son volet humanitaire, cette manifestation a également été marquée par l’organisation de conférences et d’ateliers pratiques pour un échange d’expertises avec des équipes malienne de Bamako et française de Caen, grâce à la visioconférence», a fait observer la Pr Nadia Mansouri, chef de service de la chirurgie maxillo-faciale et esthétique à l’hôpital Ibn Tofaïl et présidente de «SOS Face Marrakech». Ces ateliers ont profité à quelque 50 jeunes chirurgiens marocains qui seront appelés à l’avenir à s’occuper de l’enfant souffrant de malformations, a-t-elle précisé, notant que ces derniers ont été encadrés par des enseignants spécialisés provenant des Facultés de médecine de Marrakech, de Rabat et de Casablanca. «Ces Estivales ont aussi offert l’opportunité au CHU Mohammed VI de Marrakech de s’ouvrir davantage à l’international et de raffermir son engagement en faveur de la coopération Sud-Sud, en associant les jeunes chirurgiens africains actuellement en formation au Centre», a-t-elle indiqué.

Cette action, qui se caractérise par son aspect multifacettes, s’intègre dans la stratégie hospitalo-universitaire tendant à faire de la médecine humanitaire et solidaire non seulement une priorité de santé publique, mais aussi un mécanisme structuré en matière de formation continue avec le souci de toujours rapprocher le médecin de son environnement social.

Après avoir signalé que cette action a également bénéficié à des patients adultes qui ont laissé trainer la malformation depuis leur plus tendre enfance et qui font l’objet de moult souffrances, la Pr. Mansouri a souligné que d’importants efforts sont en cours dans l’optique de «mettre de l’ordre dans le foyer marocain de la chirurgie maxillo-faciale et esthétique pour que les différents CHU du Royaume puissent à cet effet dégager une vision commune». 





E-MATIN
Feuilletez LEMATIN
comme si vous le teniez
entre les mains

L'édition du
15 Juillet 2017
est maintenant disponible
pour les abonnés