Eaux et forêts

Recrutement de 65 ingénieurs et techniciens forestiers

Samir Benmalek,LE MATIN
19 Avril 2017
Eaux-et-forets-b.jpg Cette opération de recrutement connait, au titre de cette année, un renforcement de la présence d’ingénieurs femmes au sein du HCEFLCD.

Le haut commissaire aux Eaux et forêts et à la lutte contre la désertification (HCEFLCD), Abdeladim Lhafi, a présidé récemment une cérémonie d'accueil et d'insertion de 65 nouveaux ingénieurs et techniciens, lauréats notamment de l'École nationale forestière d'ingénieurs de Salé et de l'Institut royal des techniciens spécialisés des eaux et forêts, en vue de renforcer le levier dynamique des ressources humaines et réaliser les objectifs du second plan décennal 2015-2024.

Le taux d'encadrement de ce plan émanant de la stratégie de développement du secteur des eaux et forêts et de la lutte contre la désertification passe avec ce recrutement à 27%, comparativement à 2010, où il était de 20%, indique le HCEFLCD dans un communiqué.

Après avoir adopté une politique rigoureuse dans la gestion des flux de compétences pour compenser les départs à la retraite et qui a permis, dans le cadre de la gestion prévisionnelle des emplois et des compétences (GEPEC), d’assurer sans rupture l’encadrement technique, le HCEFLCD a mis en place une politique de profils et de métiers dans le cadre de sa stratégie 2005-2014, visant la diversification des profils et la couverture diversifiée de ses missions, précise le communiqué. Dès leur arrivée, les nouvelles recrues bénéficient d’un programme d’accompagnement et sont parrainées durant 12 mois par des tuteurs expérimentés à même de faciliter leur intégration, souligne la même source.

Cette formation préalable à la prise de poste permet de doter ces nouveaux cadres des connaissances nécessaires dans le cadre de leurs activités quotidiennes, de s’imprégner de la culture du HCEFLCD, de ses programmes et projets basés sur une approche patrimoniale, partenariale, territoriale et intégrée. Cette opération de recrutement connait, au titre de cette année, un renforcement de la présence d’ingénieurs femmes au sein du HCEFLCD, avec l’intégration de 10 femmes sur les 36 cadres ingénieurs forestiers recrutés (28%), poursuit le communiqué, notant qu’il est prévu le recrutement de 9 techniciennes, et ce, pour la première fois dans le corps de techniciens forestiers. Lors de cette cérémonie, le HCEFLCD a présenté l’approche du système de gestion intégrée de la mobilité (SGIM), qui établit un système transparent et fiable pour gérer la mobilité territoriale et ses cadres et techniciens, en tenant compte des compétences, des profils et des caractéristiques spécifiques aux postes et aux écosystèmes forestiers dans lesquels ils évoluent.

Par ailleurs, le HCEFLCD a rappelé les défis à venir qui consistent à faire du cadre du Haut Commissariat un porteur de la conscience écologique qui répond aux exigences du présent sans sacrifier les droits des générations futures qui sont des droits inscrits dans la Constitution du Royaume.
Le développement durable prend tout son sens lorsqu’il réussit à concilier les exigences de la croissance avec la préservation des équilibres écologiques, dans une projection de la philosophie du développement humain, relève le communiqué, ajoutant que par la même occasion, le HCEFLCD a rendu hommage à 43 cadres et fonctionnaires, au terme de leurs missions. 





E-MATIN
Feuilletez LEMATIN
comme si vous le teniez
entre les mains

L'édition du
14 Juin 2017
est maintenant disponible
pour les abonnés