Carrière

Comment bien communiquer sur son travail

Nabila Bakkass ,LE MATIN
17 Juillet 2017
Comment-bien-communiquer.jpg Le collaborateur doit saisir les opportunités naturelles, notamment lors des présentations des projets, des briefings réguliers ou des débriefings après les événements.

En entreprise, il est important de bien communiquer sur son travail et de mettre en valeur ses mérites afin de gagner la confiance et la reconnaissance des autres. Toutefois, cette démarche n’est pas toujours aisée et requiert, au-delà de la maîtrise des techniques de communication, «d'avoir la capacité de l’évaluer de façon objective et aussi d'être conscient de ses propres atouts et talents, en toute neutralité», souligne Malgorzata Saadani, coach consultante certifiée ICC, DG d'ANC Communications.

Éco-Conseil : Certains collaborateurs ne sont pas reconnus pour leur travail parce qu’ils ne savent pas en parler. Qu’en pensez-vous ?
Malgorzata Saadani : C’est tout à fait vrai. Je dirais même plus : nombreux sont ceux qui ne font pas grand-chose, pourtant ils brillent en société, juste parce qu’ils savent bien parler d'eux-mêmes. C’est très injuste et si certains de vos lecteurs se reconnaissent dans la catégorie des travailleurs sérieux, discrets et non récompensés, il est temps pour eux d’agir afin de mettre en valeur les vrais mérites. Ces choses étant dites, apprendre à parler de soi est l’un des exercices les plus difficiles qu’il soit. Avant tout, il doit respecter l’équilibre délicat et flexible entre la modestie et la fierté.

Quelles sont les raisons qui expliquent cette situation ?
En premier lieu, je citerais les facteurs liés au parcours personnel et au caractère individuel : l’éducation familiale et scolaire restrictive, l’apprentissage d'une modestie mal calibrée (excessive) et enfin la nature timide de la personne. En ce qui concerne le contexte strictement professionnel, l’incapacité de parler de son travail peut aussi résulter des facteurs liés à la culture de l’entreprise et aux défaillances de la communication interne. Enfin, il y a un troisième groupe de facteurs relatifs au style du management : la faiblesse du leadership ou le déficit d’attention d’un responsable qui n’a pas le temps ou l’envie d’analyser de manière objective le travail individuel de chacun des collaborateurs. Dans ces conditions, mettre en valeur ses mérites devient un véritable challenge.

Quelles sont les astuces pour mieux parler de son travail et obtenir la reconnaissance des autres ?
Je commencerai par la condition de départ, à savoir accomplir ses missions de manière exemplaire. Ça sonne comme une banalité, mais nous n’avons pas tous la même idée de l’excellence, ce qui peut mener à des interprétations diverses et à des malentendus. Pour bien parler de son travail, il faut donc avoir la capacité de l’évaluer de façon objective et aussi être conscient de ses propres atouts et talents, en toute neutralité.
Parfois, il nous est plus facile de pointer les défauts plutôt que les qualités de ce que nous avons réalisé. Pourtant, admettre la pertinence de certaines idées est une condition nécessaire pour en parler plus facilement par la suite. Ensuite, il faut saisir les opportunités naturelles : lors des présentations des projets, des briefings réguliers ou des débriefings après les événements. Une fois devant les gens, évoquer les faits et les initiatives en respectant les bonnes techniques de prise de parole en public, surtout en matière de contenu structuré et d’expression vocale soignée.
Enfin, il est toujours utile d’avoir parmi les collègues des alliés et des ambassadeurs : les premiers soutiendront et apprécieront publiquement nos idées, et les seconds parleront de nous à notre place, en animant une discussion en notre faveur.

Comment éviter de tomber dans le piège de l’arrogance ?
Compte tenu des nouveaux modèles de communication et d'une certaine grossièreté des comportements en général, ce piège est réel et il faut être très prudent en parlant de soi pour ne pas obtenir l’effet contraire de celui que nous cherchons, parce qu’en exagérant, nous pouvons facilement susciter l’ennui, l’agacement ou le ridicule. Nous veillerons donc à présenter nos réalisations dans des contextes bien précis et nous trouverons les mots justes et calibrés, en exposant en premier lieu les faits illustrés de chiffres et d’images réelles. Dans la sphère verbale, nous éviterons l’excès de «je» et de «moi», tout en admettant l’utilisation de ces pronoms de temps à autre. Enfin, parler de soi est un thème où la prédominance du facteur socioculturel est très importante et il faut absolument y réfléchir avant de faire un périlleux copier-coller des techniques de communication trouvées sur internet et venues d'autres régions du monde.





E-MATIN
Feuilletez LEMATIN
comme si vous le teniez
entre les mains

L'édition du
10 Aout 2017
est maintenant disponible
pour les abonnés