Circulation lymphatique

La rétention d’eau ne touche pas que les femmes

,LE MATIN
17 Juillet 2012
sante.jpg Le manque d’exercices physiques et la mauvaise alimentation accentuent le risque de la rétention d’eau.

● L’eau représente environ 65% de notre poids total, un équilibre garanti par le bon fonctionnement des organes de régulation, le foie, les reins et le cœur.
● Toutefois, quand le corps humain emmagasine plus d’eau qu’il n’en évacue, et quand la circulation lymphatique est mauvaise, l’eau quitte les vaisseaux sanguins pour se stocker dans les tissus, créant ainsi la rétention d’eau.

La rétention d’eau ou œdème est un déséquilibre qui intervient lorsque le corps humain retient plus d’eau qu’il n’en élimine, par les voies naturelles. L’organisme humain tente de maintenir l’équilibre entre l’eau que nous consommons (eau de boisson et celle contenue dans les aliments) et celle que nous perdons (transpiration, urines…). Cet ajustement est assuré par un organe vital qui n’est autre que le rein.  La dilatation des vaisseaux sanguins favorise également l’œdème, car l’eau quitte les vaisseaux, pour gagner les tissus. Sous l’effet de la gravité, la rétention d’eau est plus manifeste dans les chevilles et les pieds. Plusieurs éléments peuvent être la cause de la maladie. Les plus récurrents sont l’alimentation déséquilibrée, le manque d’exercices physiques, la position debout ou assise prolongée ou fréquente, ainsi qu’un mauvais fonctionnement du cœur ou du rein, dans le cadre d’une insuffisance rénale. La dilatation des vaisseaux peut être considérée comme une cause de la rétention d’eau, due à mauvais fonctionnement du foie, entre autres. Quelques médicaments, pris pour résoudre un souci d’hypertension, peuvent également être cités en cause.

Les femmes sont les plus touchées
La rétention d’eau touche beaucoup plus de femmes que d’hommes. En effet, en plus des causes susmentionnées, d’autres peuvent causer l’œdème chez la femme. La plus importante reste les fluctuations hormonales, constatées en période prémenstruelle ou lors de la grossesse, lorsque le ventre exerce une forte pression sur le corps, favorisant ainsi une dilatation des vaisseaux sanguins, qui ne sont plus capables d’assurer une bonne circulation sanguine. À l’approche des cycles menstruels, l’activité hormonale, favorisant la production de l’œstrogène crée un déséquilibre. La personne atteinte d’une rétention d’eau notera une sensation de rétention d’eau dans les seins et l’abdomen. «Je n’ai pas eu de problèmes particuliers lors de ma première grossesse. Mon travail était tout proche de chez moi et en rentrant, j’en profitais pour faire un petit tour et quelques courses. Mais ma deuxième grossesse a été un peu compliquée, je devais faire attention et je me suis un peu trop reposée à mon avis. À la fin de ma grossesse, mes chevilles étaient toutes gonflées le soir et la sensation que j’avais était bizarre, je ne comprenais pas et mon gynécologue m’a prescrit un régime, après avoir diagnostiqué une rétention d’eau.», confie une patiente.
En effet, pendant la grossesse, le corps produit environ 50% plus de sang et de fluides que d’habitude afin que le fœtus soit bien installé. Cela peut entrainer des gonflements, mais cela a son importance pour aider à nourrir et à protéger le bébé. Pendant la grossesse, les fluctuations d’hormones peuvent également contribuer à la création d’œdèmes, ce qui amène à un gonflement des mains, du visage, des chevilles, du cou et des autres extrémités. La rétention d’eau pendant la grossesse permet de garder un corps souple, pour accompagner les multiples changements physiques qui ont lieu au cours de la grossesse. Le surplus de liquide contenu dans les tissus et les muscles du corps est aussi important pour préparer le corps à l’accouchement.

Une alimentation salée
Une alimentation riche en sel peut également causer la rétention d’eau, car le sel contient du sodium, un élément chimique qui fixe les molécules d’eau dans l’organisme, l’empêchant ainsi, d’en évacuer. Or, notre alimentation nous fait consommer beaucoup de sel. Alors que 1 à 2 grammes de sel sont suffisants par jour, notre consommation contient parfois, 5 à 6 fois cette quantité. Le manque de protéines ou le manque de leur «assimilation» par le corps humain peut être à l’origine d’un œdème. Après un repas riche en protéines, le foie transforme certains acides aminés en une sorte de protéine appelée albumine, qu’il déverse dans l’appareil circulatoire. L’albumine continue de circuler dans le sang jusqu’à ce qu’elle soit complètement dégradée. En présence d’albumine, l’eau contenue dans les tissus corporels est attirée vers les vaisseaux capillaires, et cette albumine l’empêche de fuir vers les tissus. Par conséquent, si l’albumine vient à manquer, l’eau s’accumulera dans les tissus.

Équilibre nutritionnel et exercices physiques
Évidemment, quand les symptômes de rétention d’eau se manifestent, la consultation d’un médecin est toujours préférable. Du fait de la multitude des causes de la rétention d’eau, le traitement prescrit par le spécialiste sera personnalisé. À côté, plusieurs «réflexes» sont à adopter, notamment réduire la quantité de sel que l’on consomme, ainsi que celle de liquides que l’on ingère. En cas d’œdème, il est également conseillé de s’allonger en surélevant les pieds, de telle sorte à ce qu’ils soient à un niveau supérieur à celui des hanches. La pratique d’exercices physiques fréquemment et la réduction de poids peuvent également éviter une grande exposition à la rétention d’eau, mais le plus important est la patience. Car même en appliquant les directives du médecin et les quelques conseils précités, la connaissance des causes de l’œdème et sa maîtrise nécessitent quelques jours, pour résorption de l’eau.


Explications :  

«Des fois, la chaleur de l’été peut entraîner une légère rétention d’eau»

❶Qu’est-ce que la rétention d’eau ?
C’est l’accumulation anormale d’eau dans l’organisme alors qu’elle doit normalement être éliminée par les urines. Cette rétention peut se faire dans les tissus sous la peau (surtout celle des membres inférieurs), au niveau des poumons ou au niveau des séreuses (plèvres péricarde et péritoine).

❷Quelles en sont les causes ?
Parmi les causes les plus fréquentes, on retrouve l’insuffisance cardiaque, c’est-à-dire l’incapacité du cœur à assurer un débit normal, il y a aussi l’insuffisance rénale et l’insuffisance hépatique due à certaines affections du foie telle que la cirrhose. Il y a également certaines maladies du tube digestif et des insuffisances circulatoires veineuses. Des fois sans cause évidente, la chaleur de l’été peut entraîner une vasodilatation et donc une légère rétention d’eau.

❸Quelle est la population «à risque» ?
Les sujets les plus exposés : les femmes plus que les hommes, les personnes atteintes d’une maladie cardiaque, une maladie rénale ou une maladie du foie, les personnes ayant une surcharge pondérale et celles qui ont une profession qui les exposent à une position debout ou assise prolongée. Les personnes sédentaires, les diabétiques, les sujets qui ont des problèmes des veines des membres internées (varices, phlébites...) et enfin certaines personnes qui consomment des médicaments qui dilatent les vaisseaux.

❹Quelles sont les conséquences de la rétention d’eau sur la santé de l’individu ?
Les conséquences peuvent être sous forme de douleurs aux membres inférieurs, des lourdeurs et des fourmillements parfois lorsque la rection est importante on peut remarquer un suintement voir même courir le risque de surinfection.
Au niveau des poumons et des séreuses, les patients peuvent faire de la toux, de l’essoufflement et un ballonnement abdominal et ils peuvent se présenter dans un tableau de suffocation voire en état de choc.
Parfois, la rétention est tellement discrète qu’elle peut passer inaperçue et ce n’est que la trace laissée par les chaussettes qui attire l’attention des patients.

❺Comment prévenir et guérir cette maladie ?
• Éviter les ambiances chaudes, les positions debout ou assises trop prolongées.
• Surélever les jambes.
• Opérer les drainages veineux
• Prendre les veinotoniques.
• Utiliser les bas de contention élastique (parfois nécessaires).
• Pratiquer des activités physique et sportive.
• Perdre du poids.
• Traiter la cause de la rétention.





«Rétention d’eau» et «varices»

Les varices sont des veines anormalement dilatées dans lesquelles le sang circule mal. Elles se forment le plus souvent au niveau des jambes et des cuisses, où elles apparaissent comme des veines bleuâtres et tordues, plus ou moins saillantes. Ce problème veineux concerne en majorité les femmes. Il est généralement dû à une altération de la paroi veineuse et des valvules (sortes de clapets chargés d’éviter la stagnation du sang dans les membres inférieurs). Inesthétiques, les varices peuvent aussi entraîner des complications, notamment favoriser l’apparition d’oedèmes ou de gonflements, sensation de jambes lourdes et de fourmillements, douleurs, crampes nocturnes…Si les causes sont différentes, les mesures de prévention contre les varices sont les mêmes que celles employées pour la rétention d’eau, il est donc préférable de suivre ces recommandations, pour éviter des troubles qui touchent les veines.

E-MATIN
Feuilletez LEMATIN
comme si vous le teniez
entre les mains

L'édition du
12 Juillet 2017
est maintenant disponible
pour les abonnés