Menu
Search
Dimanche 03 Mars 2024
S'abonner
close
Dimanche 03 Mars 2024
Menu
Search
Accueil next Économie

FAO : les prix mondiaux des produits alimentaires stables en novembre

Les prix mondiaux des produits alimentaires se sont stabilisés en novembre 2023 par rapport au mois précédent et inscrits en repli de 10,7% comparés au niveau observé en novembre 2022. C’est ce qu’indique l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO). Cette évolution est marquée notamment par une hausse des prix des huiles végétales et un fléchissement des cours internationaux des céréales.

Les prix des céréales ont accusé une baisse mensuelle de 3% en novembre dernier, selon la FAO.
Les prix des céréales ont accusé une baisse mensuelle de 3% en novembre dernier, selon la FAO.
L’accalmie se poursuit sur le front des prix internationaux des produits alimentaires. Après avoir baissé en octobre dernier, ils se sont stabilisés en novembre, a indiqué l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO). L’Indice FAO des prix des produits alimentaires, qui suit l’évolution mensuelle des prix internationaux de denrées alimentaires échangées dans le monde entier, s’est établi en moyenne à 120,4 points en novembre, soit le même niveau observé un mois et en repli de 10,7% par rapport à novembre 2022.

Il a été tiré vers le bas notamment par les prix des céréales qui ont accusé une baisse mensuelle de 3%. Ce recul a concerné notamment les cours internationaux des céréales secondaires (-5,6%), «ce qu’on peut imputer en premier lieu à la forte régression des prix du maïs, tandis que ceux du blé affichaient une diminution de 2,4%», explique la FAO.

Pour l’Indice des prix de tous les types de riz, «il s’est maintenu depuis le mois dernier dans un contexte d’évolution contrastée des prix pour l’ensemble des provenances et segments du marché», relève l’agence onusienne.

S’agissant de l’Indice FAO des prix des huiles végétales, il a marqué une progression de 3,4% sur un mois. Il est soutenu notamment par les prix internationaux de l’huile de palme qui se sont accélérés de plus de 6% en novembre. En parallèle, les prix mondiaux de l’huile de tournesol ont progressé «modérément», tandis que les cours des huiles de soja et de colza se sont inscrits en léger recul en novembre.

Idem pour l’Indice FAO des prix des produits laitiers qui a augmenté de 2,2% par rapport à octobre et celui des prix du sucre qui s’est apprécié de 1,4% sur un mois et de 41,1% sur un an, en raison de la détérioration des perspectives de production dans deux des principaux pays exportateurs, la Thaïlande et l’Inde, qui font face à des conditions météorologiques très sèches sous l’effet du phénomène El Niño. En revanche, l’Indice FAO des prix de la viande a connu un retrait de 0,4% sur un mois.

Production céréalière record en vue

La FAO a revu à la hausse ses prévisions pour les récoltes de la campagne en cours. Elle estime désormais la production céréalière mondiale en 2023 à 2,823 milliards de tonnes, en accroissement de 0,9% comparée à l’année dernière et supérieure de 10,3 millions de tonnes au dernier record en date, atteint en 2021. Les prévisions portant sur la production de blé de la Russie et de la Turquie et celle du maïs des États-Unis ont été relevées, tandis que la production attendue en Argentine et au Brésil a été légèrement ajustée à la baisse. Les prévisions relatives à la production de maïs pour le Mexique et l’Union européenne ont elles aussi été réduites. La FAO prévoit également une hausse de 0,8% de la production mondiale de riz en 2023-2024 par rapport à la dernière campagne de commercialisation.

Les prévisions de la FAO indiquent également que les stocks mondiaux de céréales à la clôture des campagnes de 2024 augmenteraient de 2,7% par rapport à leurs niveaux d’ouverture et enregistreraient un nouveau record. Selon les dernières prévisions, le rapport stocks/utilisation de céréales dans le monde en 2023-2024 s’élèverait à 30,8%, indiquant un niveau d’offre encore confortable dans l’ensemble. Il en ressort aussi que les échanges mondiaux de céréales en 2022-2023 devraient s’établir à 468,4 millions de tonnes, soit un repli de 1,8% par rapport au niveau de 2022-2023.
Lisez nos e-Papers