Menu
Search
Dimanche 19 Mai 2024
S'abonner
close
Dimanche 19 Mai 2024
Menu
Search

Hydrogène vert : le Maroc ambitionne de devenir un acteur majeur du secteur

Le Maroc aspire à devenir un acteur majeur de l'hydrogène vert en Afrique du Nord, en misant sur son rôle pionnier dans les énergies renouvelables, avec l'idée de l'exporter vers l'Europe tout en l'exploitant localement dans la production d'engrais, secteur économique crucial.

No Image
Fin juillet, S.M. le Roi Mohammed VI a réaffirmé dans le Discours du Trône les ambitions du Royaume, appelant le gouvernement à "une mise en oeuvre rapide et qualitative" de "l'Offre Maroc" pour l'hydrogène vert. Le Souverain a souligné l'importance de "valoriser les atouts dont dispose Notre pays en la matière et répondre au mieux aux projets portés par les investisseurs mondiaux dans cette filière prometteuse".

>> Lire aussi : Hydrogène vert : Le 1er projet marocain sera développé à Tan-Tan

L'hydrogène est récupéré à travers l'électrolyse de l'eau qui sépare ce gaz de l'oxygène. Il est dit "vert" quand il est produit grâce à de l'électricité issue d'énergies renouvelables : éolienne, solaire ou hydraulique. Porteur de grands espoirs dans le cadre des efforts planétaires de réduction des émissions carbone, c'est un vecteur d'énergie pouvant servir aussi bien à décarboner la sidérurgie, la cimenterie, les engrais, la chimie, que le stockage d'énergies propres.

Le Maroc vise le premier rang au Maghreb, même si le secteur est "embryonnaire et les grands projets mondiaux ne verront pas le jour avant trois à cinq ans", explique à l'AFP Samir Rachidi, directeur de l'Institut marocain de recherche Iresen. A la mi-août, le ministère de l'Economie a annoncé avoir réservé environ 1,5 million d'hectares du domaine public pour accueillir "huit sites de production d'hydrogène et d'ammoniac verts".

Les médias marocains ont fait état de projets d'investisseurs australiens, indiens, allemands, français ou britanniques. Le Maroc se jette dans la mêlée avec l'avantage d'avoir déjà misé fortement ces 15 dernières années sur les énergies propres qui fournissent 38% de l'électricité produite actuellement, et ambitionne d'atteindre 52% en 2030.

Lancer une filière d'hydrogène vert nécessite cependant une électricité peu onéreuse face à des pays rivaux comme la Mauritanie ou l'Egypte. L'objectif est de ne pas dépasser un coût de production d'un à deux dollars par kilo d'hydrogène vert, a expliqué Ahmed Reda Chami, président du Conseil économique, social et environnemental (CESE) à l'hebdomadaire "La Vie Eco".

Pour Samir Rachidi, il faut aussi établir "une chaîne de valeur industrielle qui commence par les usines de dessalement d'eau de mer (pour l'électrolyse), le stockage d'électricité, jusqu'au transport et la commercialisation de l'hydrogène".

Le Maroc a programmé d'ajouter 7 stations de dessalement à son parc de 12 usines, afin d'affronter en parallèle le stress hydrique qui menace son agriculture, autre secteur clef. Pour Rabat, l'hydrogène vert est crucial également car cette énergie peut servir à la production d'ammoniac, base des engrais agricoles azotés, un secteur dont le pays est l'un des leaders mondiaux grâce à ses immenses réserves de phosphates.

Surfant sur une forte demande mondiale qui a fait s'envoler le prix à 1.000 euros la tonne depuis le Covid-19 et la guerre en Ukraine, le Groupe OCP compte produire en 2027 un million de tonnes d'ammoniac vert (à partir d'hydrogène vert), et le triple en 2032.

Le reste du Maghreb se positionne aussi sur l'hydrogène vert. Selon un rapport du cabinet Deloitte paru cet été, l'Afrique du Nord sera la première région du monde exportatrice d'hydrogène vert en 2050, rebattant les cartes de l'énergie mondiale.

>> Lire aussi : Hydrogène vert : Le Maroc et l'Égypte futurs leaders mondiaux (Deloitte)
Lisez nos e-Papers