L'accord de libre-échange entre l'Ukraine et l'Union européenne, qui doit être ratifié mardi par le Parlement ukrainien, n'entrera pas en vigueur avant fin 2015, a annoncé vendredi la Commission européenne à l'issue de discussions avec l'Ukraine et la Russie, qui y est fortement opposée.

La zone de libre-échange était la principale mesure économique prévue dans l'accord d'association entre l'UE et l'Ukraine signé en juin. Jusqu'ici, la Commission avait toujours assuré que cette zone serait créée «rapidement», même de façon provisoire, en attendant sa ratification par l'Ukraine et les pays membres de l'UE.

«Nous allons repousser l'accord de libre-échange au 31 décembre de l'année prochaine», a déclaré le commissaire européen au Commerce, Karel De Gucht, lors d'un point de presse.

Il avait reçu dans l'après-midi les ministres ukrainien des Affaires étrangères, Pavlo Klimkine, et russe de l'Economie, Alexeï Oulioukaev. 

De son côté, le président ukrainien Petro Porochenko a affirmé à Kiev que l'accord d'association entrerait en vigueur le 1er novembre après sa ratification simultanée mardi par les Parlements ukrainien et européen. 

Cet accord comporte à la fois un volet politique et un volet commercial. Il a suscité la colère de Moscou, qui estime que l'Ukraine ne peut pas disposer de liens commerciaux privilégiés à la fois avec la Russie, comme c'est le cas actuellement, et l'UE.

«Cela nous laisse 15 mois pour continuer les discussions (....) Nous nous sommes entendus pour prolonger pour la même période les mesures commerciales provisoires», qui réduisent fortement les taxes douanières sur certains produits ukrainiens à destination du marché européen, a expliqué Karel De Gucht.

Ces mesures provisoires décidées en mars offrent à l'Ukraine d'importantes réductions des droits de douanes sur toute une série de produits, lui permettant selon la Commission de faire quelque 500 millions d'euros d'économies en année pleine.