«HOMERe High Opportunity for Mediterranean Executives Recruitment» est un programme novateur de stages transnationaux en entreprises entre neuf pays, à savoir l'Algérie, l'Egypte, l'Espagne, la France, la Grèce, l'Italie, le Liban, le Maroc et la Tunisie. Il vise à améliorer les compétences des jeunes diplômés et leurs perspectives d'employabilité au retour, souligne dans un communiqué l'UpM, dont le siège est basé à Barcelone. 

Le lancement officiel du projet «HOMERe» dans la ville française de Marseille sera l'occasion de débattre de la transition des jeunes diplômés vers la vie active en Méditerranée et du rôle de levier que peuvent jouer les stages transnationaux en entreprises pour accéder au marché du travail.

Les témoignages concrets des premiers participants permettront d'illustrer le fonctionnement d'«HOMERe» et sa valeur ajoutée pour les jeunes diplômés et pour les entreprises, ajoute le communiqué. 

Les objectifs du projet «HOMERe», labellisé le 4 décembre 2014 par l'UpM, seront présentés pour la première fois aux chefs d'entreprises et responsables de formation de la région lors de son lancement officiel à la Villa Méditerranée à Marseille, précise la même source.

Cet événement réunira une centaine d'acteurs économiques et académiques des deux rives de la Méditerranée autour des problématiques d'employabilité et de mobilité des jeunes diplômés, ainsi que de développement des entreprises en Méditerranée.

«HOMERe» répond à deux grands objectifs poursuivis par l'Union pour la Méditerranée, que sont l'emploi des jeunes, en pleine conformité avec les objectifs de l'Initiative méditerranéenne pour l'emploi (Med4Jobs), et le développement du secteur privé dans la région. En améliorant l'accès des étudiants à la mobilité internationale et à l'acquisition de compétences en situation professionnelle, ce programme contribue à renforcer leurs opportunités au marché du travail tout en soutenant le développement des entreprises, notamment des PME, en Méditerranée, indique l'UpM.

Initié par le Réseau méditerranéen des ecoles d'ingénieurs et de management (Rmei) et les conseillers du Commerce extérieur français, le projet est promu par un consortium régional réunissant également l'Association des Chambres de commerce et d'industrie de la Méditerranée (Ascame), l'Union méditerranéenne des Confédérations d'entreprises (Businessmed), l'Office de Coopération économique pour la Méditerranée et l'Orient (OCEMO), l'Union des Universités de la Méditerranée (Unimed), Campus France, ainsi que des organisations professionnelles représentatives au niveau de chaque pays : AIFE (Egypte), Asmex (Maroc), CEIMI (Algérie), CNI (Italie), OIT (Tunisie), entre autres.