La rencontre se propose de débattre de cette problématique à travers une approche pluridisciplinaire en traitant, entre autres, de thèmes relatifs aux jeunes et le monde du travail, les jeunes et l’entrepreneuriat, la place des jeunes dans la gouvernance territoriale, les média et la société, ainsi que des enjeux socioculturels qui confrontent cette catégorie sociale qui représente une force motrice et un atout majeur face aux défis de demain, lit-on dans une présentation de l'événement. 

«En adoptant une politique managériale adéquate, l'Etat est à même de renforcer la contribution des jeunes dans le développement de leur pays. Faute de quoi, et en face de l’exclusion et de la marginalisation, les jeunes se transforment en agents destructeurs, entravant, voire ruinant, le progrès de leur nation», relève la même source.

Le colloque prévu les 25 et 26 avril, ambitionne ainsi de discuter des politiques managériales à même de puiser dans le potentiel illimité qu’offre la jeunesse du 21e siècle, ce qui interpelle, indique-t-on, différents acteurs dont les responsables politiques, appelés à soutenir le dialogue avec les jeunes et à les encourager dans leurs initiatives entrepreneuriales, associatives et politiques en préparant le cadre favorable à cet effet, les enseignants et les pédagogues, sollicités plus que jamais dans le développement de la créativité et de l’esprit de l’innovation chez les jeunes étudiants qui affrontent un monde hyper compétitif ainsi que les professionnels conviés à accompagner et à orienter les jeunes.