La 15ème édition de cet exercice connaît la participation d’unités et d’observateurs militaires de 15 pays représentant l’Afrique, l’Europe et l’Amérique du Nord, en l’occurrence l’Allemagne, le Canada, l’Espagne, la France, la Grande Bretagne, la Grèce, l’Italie, le Burkina Faso, le Tchad, l’Egypte, le Mali, la Mauritanie, le Sénégal, la Tunisie, en plus des États-Unis d’Amérique et du Royaume du Maroc, indique un communiqué de l'Etat-Major Général des Forces Armées Royales (FAR). 
L’exercice englobera des entraînements terrestres, aériens, aéroportés et une simulation tactique, précise le communiqué, ajoutant qu'il comprendra également une formation aux activités du commandement et des entraînements sur les opérations de lutte contre les organisations extrémistes violentes.
Par ailleurs, et au titre des activités civilo-militaires parallèles à l’exercice, des prestations médico-dentaires vont être dispensées au profit des populations locales, dans la région de Tiznit, par des équipes médicales constituées de médecins et d’infirmiers des FAR et de l’Armée américaine, a fait savoir la même source. En marge de l’édition 2018 de l’exercice African Lion, une manœuvre aéronavale maroco-américaine, dénommée "Lighthning HandShake", est prévue en Atlantique au large des côtes marocaines.
Cette manœuvre connaîtra la participation, entre autres, de la frégate Mohammed VI et du porte-avions USS Harry Truman de la Marine américaine, ainsi que des avions de chasse des deux pays.
L’Exercice "African Lion 2018" et la manœuvre aéronavale "Lighthning HandShake" ont pour objectifs de consolider la formation, l’échange d’expérience et de savoir et de renforcer la coopération et la maîtrise opérationnelle entre les différentes composantes.