Société

Mohamed Lyoubi : Nous avons confiance en l’esprit citoyen des Marocains et leur volonté et détermination à vaincre ce virus

Souad Badri Souad Badri,

Mohamed Lyoubi : Nous avons confiance en l’esprit citoyen des Marocains et leur volonté et détermination à vaincre ce virus

La gestion de la pandémie du nouveau coronavirus au Maroc est donnée en exemple au niveau mondial. C’est ce qu’a réaffirmé le directeur de la Direction de l'Epidémiologie et de Lutte contre les Maladies, dans un entretien accordé à notre collègue Aziza Ghallam dans "Assahra Al Maghribia".  Mohamed Lyoubi, que les Marocains ont pris l’habitude de suivre au quotidien pour avoir le bilan de la situation pandémique au Maroc, a indiqué que le Royaume est parvenu à gérer la pandémie dès le début en décrétant rapidement l’état d’urgence sanitaire, puis le confinement, l’isolement et le suivi des cas contacts pour les identifier avant l’apparition des symptômes, l’augmentation des tests de dépistage et l’adoption du protocole de traitement à l’Hydroxychloroquine. Des mesures qui ont permis la baisse du taux de mortalité et du nombre de cas sévères admis en réanimation.

Evoquant la gestion de la phase post-confinement, M. Lyoubi a expliqué qu’elle respectera les mêmes mécanismes du confinement, notant que les Marocains devront s’adapter à ce virus et reprendre leurs activités et leur rythme de vie normale, mais dans le respect total des mesures de sécurité sanitaire. « Le grand challenge de la période à venir est de retrouver une activité normale tout en maintenant le même niveau de précautions et de veille pour éviter le pire des scénarios et parvenir à une phase où le virus ne représentera plus de danger social », a indiqué M. Lyoubi.

Pour la levée du confinement, le responsable au ministère de la santé a proposé de procéder graduellement à une reprise d’activités économiques qui ne sont à risque et de commencer par les régions qui comptent le moins de cas de la Covid-19 et où le R0 est le plus maitrisé.  Il a par ailleurs rappelé que quel que soit la stratégie adoptée, l’axe central reste le respect des mesures barrières notamment la distanciation physique, le port du masque et l’hygiène des mains.

 

Questions à Mohamed Lyoubi, directeur du la Direction de l'Epidémiologie et de Lutte contre les Maladies

Nous sommes aux portes d’une levée du confinement qui dure depuis plus de 3 mois. Comment vous évaluez cette période ?

Je tiens à rappeler que le confinement sanitaire n’était pas une décision du ministère de la santé uniquement. Il s’agit d’une décision souveraine que notre pays a décidé dans le cadre d’une stratégie nationale de lutte contre la pandémie. Grâce à cette stratégie, notre pays a pu décréter le confinement très tôt, devançant ainsi plusieurs pays développés où l’on a noté une propagation rapide du virus. Notre pays, Dieu merci, a pu éviter cette situation. Nous sommes un exemple cité dans le monde entier grâce à un déploiement efficace de la stratégie de lutte contre la pandémie de la Covid-19. Pour la période post-confinement, les mêmes mécanismes, maintenant bien assimilés et respectés par les citoyens, seront maintenus. Il est vrai que l’on a noté quelques dépassements et un relâchement de certains, mais nous avons réussi, de manière générale, à maitriser la situation. Les chiffres nous le prouvent d’ailleurs ! Tout cela a été réalisé grâce à la décision rapide de confinement, en plus des autres mesures sanitaires comme l’isolement, le suivi des cas contacts, la maitrise et l’augmentation des tests de dépistage et l’adoption d’un protocole de traitement unifié. Ces mesures ont engendré une baisse du taux de mortalité et des cas sévères admis aux services de la réanimation. Il est évident que notre pays ne peut pas continuer à maintenir le confinement, mais nous allons devoir nous adapter à ce virus, comme nous le faisons avec de nombreux autres virus ou bactéries dont on ne parle pas beaucoup et qui pourtant représentent un risque pour la santé et provoquent même le décès. Nous devons donc reprendre notre rythme de vie normale et nos activités, mais il va falloir réadapter les programmes sanitaires élaborés pour d’autres maladies. Il faut également reprendre le travail dans les centres de santé qui étaient réservés exclusivement pour accueillir les malades de la covid-19, pour s’occuper des autres malades et pathologies. Seule condition, le respect strict des mesures de sécurité et d’hygiène et la veille sanitaire pour éviter une deuxième vague de contagion.

Quel est le défi à relever pour la prochaine phase ?

Le virus va perdre sa capacité infectieuse, nous allons certainement nous y adapter. Le défi sera donc de reprendre le cours normal de notre vie mais dans le respect des mesures barrières jusqu’à ce qu’on soit certain que le virus n’est plus dangereux. En tant que techniciens et scientifiques, nous proposons de procéder à une levée progressive du confinement notamment pour les activités économiques qui ne présentent pas un niveau élevé de risques, et dans les zones géographiques qui marquent une stabilité au niveau des indicateurs épidémiologiques. Nous présentons nos recommandations au ministre de la santé qui doit en discuter avec les membres du comité scientifique chargé de la lutte contre la pandémie. Nos propositions sont basées sur des données et indicateurs épidémiologiques comme le niveau de reproduction du virus, le R0, le taux de létalité, le taux de guérison et le taux de mortalité. Une fois passé en dessous de 0,8, le taux de reproduction devient satisfaisant. Nous surveillons également le nombre de cas actifs qui devrait être de 10 sur 100.000 personnes. Maintenir un équilibre entre le risque de contamination et la capacité de notre infrastructure sanitaire est un élément que nous avons surveillé tout au long de cette période et que nous continuerons à contrôler à l’avenir.  

Redoutez-vous une deuxième vague de contamination à la Covid-19 ?

Je pense que les Marocains ont saisi les risques que peut engendrer le non-respect des mesures de prévention sanitaire et sont déterminés à les respecter et ce pour éviter de vivre la même situation que celle que nous avons vécu à la mi-avril et durant laquelle nous avons enregistré des records de cas de contamination. Mon grand souhait est bien évidemment de ne pas vivre le scénario d’une deuxième vague, mais il faut dire que nous ne disposons pas actuellement de données précises qui pourront nous permettre de nous projeter à long terme. La guerre n’est pas terminée, la prudence est toujours de mise pour se protéger, protéger sa famille et son pays. Nous avons confiance en l’esprit citoyen des Marocains et leur volonté et détermination à vaincre ce virus.

De nombreux Marocains ont pris l’habitude de vous suivre au quotidien pour connaitre les derniers chiffres de la pandémie. Pourquoi on ne vous voit plus à ce rendez-vous ?

Il existe des circonstances qui ont fait que je ne présente plus ce bilan quotidien. Comme vous savez, je travaille sous une hiérarchie administrative. En ma qualité de directeur de la direction des épidémies, je suis rattaché au secrétaire général du ministre de la santé. Quand on me demande d’assurer le rôle de communication à propos de la situation épidémiologique, je le fais ! Mais quand on ne me le demande pas, je ne m’y oppose pas. Aujourd’hui, je communique avec vous dans le cadre de ma mission. J’ai été honoré de prendre en charge cette mission d’informer les citoyens et les tenir au courant de la situation, et j’ai été bien accueilli de leur part. Mais, il ne faut pas oublier que nous sommes toute une équipe de travail. Eux ou moi, c’est la même chose. Cette mission est confiée actuellement au coordonnateur national du centre national des urgences sanitaires. Ce point de presse vise certes à informer les citoyens, mais le plus important c’est le travail dans les coulisses, les efforts consentis par les équipes de veille sanitaire, du suivi de la situation pandémique, de l’évaluation des risques et de la proposition des mesures efficaces et adéquates pour lutter contre ce virus.  

Lire l'intégralité de l'entretien en langue arabe dans Assahra Al Maghribia 

 

Services

Météo

Casablanca 10 juillet 2020

61.7°F

16.5°C

Meteo Casablanca
  • 28.1°C
    cloudy
  • 23.2°C
    mostlycloudy
  • 21.6°C
    mostlycloudy
  • 23.3°C
    cloudy
  • 25°C
    clear

Météo d'autres villes >

Horaires de Prière

Casablanca 10 juillet 2020

  • As-sobh : 04:40
  • Al-chourouq : 06:25
  • Ad-dohr : 13:41
  • Al-asr : 17:20
  • Al-maghrib : 20:48
  • Al-ichae : 22:18

Horaires d'autres villes >

Pharmacies de garde

Trouvez la pharmacie de garde dans votre quartier et ville!

Voir toutes les pharmacies de garde >

Programmes TV

En ce moment
Chaine : Bein Sports Global
PSG vs Elverum - EHF Champions League - Handball 2020

03:00

Chaine : 2M Maroc
Forsa taniya

03:55

Chaine : TMC

00:00

Chaine : Disney Channel

00:00

Tous les programmes TV >

Horaires de train

Retrouvez les horaires de vos trajets en un seul clic !

Voir tous les horaires de train >

Météo

Casablanca 10 juillet 2020

61.7°F

16.5°C

Meteo Casablanca
  • 28.1°C
    cloudy
  • 23.2°C
    mostlycloudy
  • 21.6°C
    mostlycloudy
  • 23.3°C
    cloudy
  • 25°C
    clear

Météo d'autres villes >

Horaires de Prière

Casablanca 10 juillet 2020

  • As-sobh : 04:40
  • Al-chourouq : 06:25
  • Ad-dohr : 13:41
  • Al-asr : 17:20
  • Al-maghrib : 20:48
  • Al-ichae : 22:18

Horaires d'autres villes >

Pharmacies de garde

Trouvez la pharmacie de garde dans votre quartier et ville!

Logo pharmacie

Voir toutes les pharmacies de garde >

Bourse de Casablanca

+0.43 %

+0.44 %

Voir la Bourse >

Programmes TV

En ce moment
Chaine : Bein Sports Global
PSG vs Elverum - EHF Champions League - Handball 2020

03:00

Chaine : 2M Maroc
Forsa taniya

03:55

Chaine : TMC

00:00

Chaine : Disney Channel

00:00

Tous les programmes TV >

S'inscrire à la Newsletter

X