Menu
Search
Jeudi 20 Juin 2024
S'abonner
close

L'industrie automobile marocaine atteint un record jamais réalisé à l'export

Signe de la reprise économique, importations comme exportations affichent une croissance à deux chiffres à fin août. Des secteurs comme l'automobile et les phosphates enregistrent même des records pour la période. Mais le déficit commercial s'est creusé de 22% à 136 milliards de DH.

L'industrie automobile marocaine atteint un record jamais réalisé à l'export

Les exportations marocaines restent sur leur trend haussier. À fin août, elles ont accéléré de 23,8% sur un an à 201,15 milliards de DH. «Cet accroissement concerne les exportations de l’intégralité des secteurs, essentiellement le secteur des phosphates et dérivés, celui de l’automobile et celui du textile et cuir», indique l'Office des changes. L'automobile continue de mener la course et enregistre un niveau d'exportations jamais enregistré durant la même période, atteignant 52,25 milliards de DH, soit une hausse du plus du quart (+25,5%) sur un an. Cette évolution s’explique, principalement, par la hausse des ventes du segment de la construction et celles du câblage.

Les expéditions des phosphates et dérivés arrivent deuxièmes avec 46,312 milliards de DH (+42,2% sur un an). Il s'agit aussi d'un record pour les périodes similaires des 4 dernières années. Une performance attribuée à la fois aux engrais naturels et chimiques, à l’acide phosphorique et aux phosphates.

Enfin, les ventes du secteur agriculture et agroalimentaire, troisième secteur exportateur, s'élèvent à 43,86 milliards de DH, en augmentation de 7,8% sur un an, en raison d'une hausse simultanée des exportations de l’industrie alimentaire et de l’agriculture, sylviculture & chasse. Pour le textile et cuir, les ventes à l'étranger s’accroissent de 23,6%, grâce à la hausse des vêtements confectionnés et des articles de bonneterie. Les ventes de chaussures demeurent, quant à elles, quasiment stables. Néanmoins, les exportations du textile et cuir restent en deçà de celles réalisées durant la même période de 2017 à 2019.

Les achats de biens d'équipement en hausse de 14,4%

Les importations de marchandises augmentent également à la même vitesse (en pourcentage) que les exportations : +23,2% à 337,69 milliards de DH. Les achats de la totalité des groupes de produits enregistrent une croissance, selon l'Office des changes. Ainsi, celles des produits finis de consommation affichent +38,7% qui s’explique essentiellement par l’augmentation des achats des voitures de tourisme, des parties et pièces pour voitures de tourisme et des médicaments & autres produits pharmaceutiques, du fait essentiellement des acquisitions de vaccins anti Covid-19. «De son côté, la facture énergétique augmente de 30,6% au titre des huit premiers mois de l’année 2021, principalement en raison de la hausse des approvisionnements en gas-oils et fuel-oils attribuable à l’accroissement des prix de 23,8%», précise l'Office. Le niveau des importations des produits énergétiques à fin août 2021 demeure, toutefois, inférieur à celui affiché durant la même période entre 2017 et 2019.

Quant aux biens d'équipement, ils marquent une progression de 14,4% à près de 80 milliards de DH, signe que l'investissement se ressaisit.

Au vu de ces évolutions, le déficit commercial s’établit à 136,54 milliards de DH, en hausse de 22,3% sur un an. Le taux de couverture des importations par les exportations, quant à lui, demeure quasi stable : 59,6% à fin août 2021 contre 59,3% à fin août 2020.

Les transferts MRE à un plus haut de cinq ans

Sur les 8 premiers mois de l’année, la balance des échanges de services affiche un excédent en légère baisse de 2,3% à 40,07 milliards de DH. Les Voyages, principale composante des échanges de services, affichent un solde excédentaire en baisse de 21%. C'est principalement le résultat du recul de 17,6% des recettes voyages à 20,27 milliards de DH et de 9,1% des dépenses voyages à 6,3 milliards.

Les transferts de fonds effectués par les Marocains résidant à l’étranger (MRE), eux, s’établissent à 63,73 milliards de DH, soit une hausse de 45,7% et un record sur les 5 dernières années pour les huit premiers mois de l'année.

Concernant les investissements directs étrangers (IDE), leur flux enregistre, à fin août, une hausse de 16,9% en raison d'une croissance de 16% des recettes (19,98 milliards de DH), plus importante que celle des dépenses (7,42 milliards, soit +14,6%). Pour les investissements directs marocains à l’étranger (IDME), ils atteignent 12,2 milliards, soit le plus haut niveau atteint durant la même période au titre des cinq dernières années. Cet accroissement reste légèrement inférieur à celui réalisé par les cessions de ces investissements (+7,4 milliards). Ainsi, le flux net des IDME baisse de 16,4% sur un an.

 

 

 

Lisez nos e-Papers
Nous utilisons des cookies pour nous assurer que vous bénéficiez de la meilleure expérience sur notre site. En continuant, vous acceptez notre utilisation des cookies.