Menu
Search
Dimanche 19 Mai 2024
S'abonner
close
Dimanche 19 Mai 2024
Menu
Search

La Bourse de Casablanca inaugure la première édition du Casablanca Chess Week

La cloche de la Bourse de Casablanca a sonné deux fois, ce lundi. La première fois pour annoncer l’ouverture de la session de négociation régulière, et la deuxième fois pour annoncer, symboliquement, le lancement de la «Casa Chess Week».

La Bourse de Casablanca inaugure la première édition du Casablanca Chess Week
Organisateurs, responsables de la ville et invités lors du lancement de l'événement.Ph. Seddik

La métropole abrite un événement particulier dédié au jeu d’échecs, organisé à l’initiative de la Bourse de Casablanca et de la Société de développement local (SDL) Casablanca Events & Animations. «Casa Chess Week», manifestation culturelle et sportive qui tourne autour de ce jeu millénaire de stratégie, se poursuivra jusqu’au 4 juin prochain. «Le jeu des échecs à la portée de tous» est le thème de cette première édition autour de laquelle gravitent 17 événements répartis dans les quatre coins de la métropole : les espaces publics et culturels, les établissements scolaires, la Bourse de Casablanca, le Complexe Al Amal, la «Mahkama du Pacha» (actuel siège du Conseil de la région de Casablanca-Settat), le siège de l'Académie régionale de l’éducation et de la formation et l’École nationale de commerce et de gestion de Casablanca, entre autres. L’événement s’invitera ainsi à Anfa, Sidi Moumen, Ben M’sik, Aïn Sebaâ, Hay Hassani et Dar Bouâzza.

Dans une déclaration à «Le Matin», Mohamed Tissir, maître international originaire de Casablanca, 3 fois champion du Maroc, champion d’Afrique en 1999 et dirigeant de la «Bahreïn Chess Academy», a indiqué que cet événement ouvre une nouvelle voie au futur de cette discipline au Maroc. «Cette manifestation est une action précurseur qui aura un grand impact, dans la mesure où elle fait le lien entre les amateurs du jeu d’échecs et le monde de l’entreprise, en l’occurrence les investisseurs et les hommes d’affaires. C’est aussi une belle occasion pour le jeu d’échecs national de tirer profit des évènements organisés dans le cadre de cette semaine, qui atteste que ce sport peut être très diversifié et toucher toutes les composantes de la société», a-t-il expliqué. À l’ouverture de l’événement, Mohamed Jouahri, DG de Casablanca Events & Animations, s’est dit réjoui que la SDL prenne part à un événement lié à cette discipline qui fait la promotion de valeurs nobles, telles que le fairplay, le respect et l’estime. «Pour la SDL, c’était une occasion rêvée, lorsque la Bourse de Casablanca est venue vers nous pour nous présenter ce projet. Nous avons aussitôt franchi le pas, car c’était important pour nous de promouvoir ce genre de discipline, qui est en même temps à caractère sportif et culturel», a-t-il déclaré.

De son côté, le wali de la région de Casablanca-Settat, Saïd Ahmidouch, s’est dit éprouver une estime spontanée à la fois pour ce jeu et pour les personnes qui ont un rôle à jouer dans l’organisation. «Je souhaite que l’on puisse pérenniser cet événement et l’institutionnaliser dans la région, afin qu’il devienne un événement de référence et de qualité, ainsi que pour améliorer cette discipline dans notre pays, permettant à des générations de nos jeunes et nos enfants de s’y intéresser». Plusieurs activités ponctueront la «Casa Chess Week», à savoir des tournois, des matchs d’exhibitions, des débats académiques, des démonstrations de familiarisation avec le jeu d’échecs et des master-classes pour les joueurs confirmés, ainsi que des conférences. La première s’est déroulée le jour du lancement de l’événement, autour du thème «Chess and Economics». Cette conférence a exploré les points communs entre l’analyse économique et l’analyse échiquéenne, mettant en exergue l’intérêt de comprendre le jeu d’échecs lorsqu’on fait face à des décisions business ou des choix de trading boursier. À ce propos, Mohamed Tissir estime qu’il existe un parallèle entre l’entrepreneur et le joueur d’échecs dans la prise de décision.

«L’investisseur, tout comme le joueur d’échecs, se base toujours sur des données réelles dans sa démarche, loin de toute considération sentimentale et de toute action aventurière qui pourrait représenter un risque. Je pense que cela constitue une harmonie et un point de rencontre entre les deux, vu que durant une partie, le joueur d’échecs cherche constamment à éviter les pas qui pourraient représenter une menace ou un piège», a-t-il souligné. Et de conclure : «Il faut reconnaître que ces capacités et ces particularités ne sont pas le seul propre de l’investisseur ou du joueur d’échecs, dans la mesure où dans la vie de tous les jours, nous sommes amenés à faire une réflexion avant d’entreprendre n’importe quel acte, afin d’éviter de tomber dans des conséquences parfois fâcheuses».

Lisez nos e-Papers