Menu
Search
Lundi 24 Juin 2024
S'abonner
close

Maroc-UE : Il est temps de se focaliser sur l’aboutissement des projets de coopération (Oliver Varhelyi )

Maroc-UE : Il est temps de se focaliser sur l’aboutissement des projets de coopération (Oliver Varhelyi )
Le Commissaire européen à l'élargissement et à la politique européenne de voisinage, Oliver Varhelyi, a effectué hier une visite de travail au siège de la CGEM. ph saouri

Les relations entre le Maroc et l’Union européenne (UE) sont passées par plusieurs phases durant lesquelles les priorités et les besoins exprimés ont évolué chemin faisant. Après la crise Covid et son énorme impact sur les relations de coopération économique, les nouvelles provenant de l’Ukraine, entre autres, posent pour le Maroc et ses voisins européens de nouveaux défis imposant de facto l’urgence d’avancer, voire d’aller encore plus loin. Et ce n’est pour rien que le Commissaire européen à l'élargissement et à la politique européenne de voisinage Oliver Varhelyi effectue actuellement une visite de travail au Maroc. «Il est temps de se focaliser sur l’aboutissement des projets. Avec les moyens qui seront mis en place, notamment les 1,6 milliard que l’UE investira pour soutenir la transition énergétique et numérique du Maroc, nous sommes conscients que cela va aussi générer des investissements privés. Et si nous sommes arrivés à un accord avec le gouvernement, il ne nous faudra pas seulement la contribution du secteur privé mais aussi la confirmation que les projets définis sont les plus adéquats et qu’ils pourraient aboutir à un changement profond de l’économie marocaine», a souligné, ce mercredi, le commissaire européen lors d’une visite de travail au siège de la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM).

Pour la Confédération qui reçoit pour la première fois un haut représentant de l’Exécutif de l’Union européenne, cette mission tombe à point nommé pour discuter du rôle essentiel que les relations entre entreprises marocaines et européennes peuvent jouer. «Notre pays trace aujourd’hui son chemin sur une voix libérale, pro-business et pro-UE (…). La Méditerranée est une des régions du monde les plus affectées par le changement climatique. Elle est aussi une des régions les plus touchées par la hausse des prix de l’énergie et des denrées. Nous pouvons changer cela, ensemble ! Avec plus d’investissements verts au Maroc, nous pouvons atteindre nos objectifs climatiques et développer notre résilience et indépendance énergétique. Pour cela, nous devons avoir un cadre régulatoire et de coopération pour la transmission de l’énergie et pour les investissements, entre autres», a expliqué, pour sa part, Chakib Alj, président de la CGEM.

À l'évidence, le secteur privé joue un rôle fondamental dans les relations internationales et de voisinage. Dans son allocution, Chakib Alj a ainsi mis l’accent sur l’importance de l’intégration économique des marchés, qui est même devenue une question de sécurité. «La géopolitique nous montre qu’il faut diversifier les marchés, surtout des matières primaires et de l’agroalimentaire afin d’augmenter notre résilience. Le Maroc peut en effet servir de tête de pont pour l’UE en Afrique au regard, notamment, de la zone de libre-échange africaine. Nous avons avant tout de grandes opportunités d’intégration bilatérale dans plusieurs domaines pour réduire l’instabilité économique, renforcer la résilience et créer plus d’emplois locaux. Et qui dit plus d’emploi dit une meilleure gestion de l’immigration», ajoute Chakib Alj.

Lisez nos e-Papers
Nous utilisons des cookies pour nous assurer que vous bénéficiez de la meilleure expérience sur notre site. En continuant, vous acceptez notre utilisation des cookies.