Menu
Search
Dimanche 16 Juin 2024
S'abonner
close
Dimanche 16 Juin 2024
Menu
Search

Hakim Ziyech a-t-il subtilement conditionné son retour par le départ de Vahid Halilhodzic ?

En annonçant son intention de ne plus revenir en sélection nationale, mardi au micro d’Abu Dhabi Sports, Hakim Ziyech n’a pas omis de glisser, pour la troisième fois, le terme « mensonges ». L’attaquant des Blues a encore nommément indiqué que son problème était Vahid Halilhodzic. S’agit-il donc d’une réaction emportée qui tend à tirer la sonnette d’alarme ou d’un départ irréversible ?

Hakim Ziyech a-t-il subtilement conditionné son retour par le départ de Vahid Halilhodzic ?

Interrogé sur son avenir avec la sélection marocaine après avoir été écarté par Vahid Halilhodzic, en marge de sa participation en Coupe du Monde des Clubs FIFA 2022, Hakim Ziyech a confié mardi à la chaîne émiratie Abu Dhabi Sports qu'il "ne reviendra pas en sélection nationale". Quelques minutes après, la toile s'est enflammée avec des centaines d'articles annonçant la retraite internationale de la star de Chelsea, au Maroc, mais aussi en Belgique, en France et en Grande Bretagne. Toutefois, en se focalisant sur le choix des mots prononcés par l'attaquant des Blues mardi, sur ses expressions faciales et sur les raisons qu'il a évoquées, on se demande si Ziyech a vraiment fait allusion à un départ irréversible. D'abord, le natif de Dronten n'a en aucun cas utilisé le terme "jamais", qui aurait peut-être mis fin au débat, se contentant de la réplique : « Je ne reviendrai pas ». Hakim a bel et bien évoqué une "décision finale", mais a immédiatement enchaîné avec les deux raisons principales qui ont motivé cette décision : le pépin avec Vahid Halilhodzic et "les mensonges qui vont avec". « Bien sûr que je suis frustré, comme tout le monde ! C'est une décision qu'il a prise et je dois la respecter. Après, quand les mensonges ont suivi, pour moi tout était clair. Comme je l'ai répété, je ne reviendrai pas ». Tels étaient donc les deux facteurs qui ont poussé l'ailier de Chelsea à prononcer la rupture.

Ziyech évoque le « mensonge » pour la 3e fois

En plus d'être en froid avec le sélectionneur du Maroc, Ziyech lui reproche clairement de mentir. Ce n'est pas la première fois que l'attaquant des Blues évoque le mensonge. « La prochaine fois quand tu parles, dis la vérité ! », avait-il écrit sur une story Instagram en octobre dernier, juste après une conférence de presse de Vahid. En novembre 2021, le joueur avait ensuite tout réfuté dans une déclaration accordée à l’émission du célèbre Freestyler marocain Soufiane Touzani « Tiki Taka » : « Non, je n’ai pas refusé de jouer. Je ne me suis jamais placé au-dessus du groupe. Je traite chaque joueur avec respect et tous ceux qui me connaissent et ont travaillé avec moi le savent », avait répondu Ziyech. Pour le numéro 22 des Blues, l'ambiance est donc insupportable en sélection, avec un coach qui l'accuse ouvertement d'être un trublion et des coéquipiers qui cautionnent par leur silence. Face à ces conditions, le joueur préfère "se concentrer sur la carrière en club" et c'est ce point qui attise le doute quant aux véritables portées de la déclaration de Ziyech.

La FRMF a-t-elle choisi son camp ?

En prenant les mots de Hakim sans contextualiser, l'on comprendrait qu'il se retire définitivement, mais le fait de manifester autant de désarroi et de pointer du doigt le responsable tout en répétant qu’il a été victime de mensonge nous fait penser aussi à un message indirect à la FRMF. Ziyech aurait peut-être enfin opté pour la confrontation, adoptant le même style de son rival. « Il ne reviendra pas en sélection tant que je suis ici », avait lancé Halilhodzic en conférence de presse, jeudi dernier à Maâmora. La déclaration de Ziyech ce mardi prend donc des allures de réponse, du tac au tac et dans un style tout aussi radical. Bien qu'elle soit perçue par la majorité comme l'annonce d'une retraite internationale, la déclaration de Hakim Ziyech peut donc aussi sonner comme un ultimatum lancé à la Fédération Royale marocaine de football. Cette dernière avait poussé Hervé Renard à faire le déplacement jusqu’à Amsterdam pour se réconcilier avec le joueur en juin 2017. Cette fois-ci, la FRMF se retient curieusement d’intervenir, même pour rapprocher les visions, donnant ainsi l’impression d’avoir choisi le camp de Vahid Halilhodzic. 

Lisez nos e-Papers
Nous utilisons des cookies pour nous assurer que vous bénéficiez de la meilleure expérience sur notre site. En continuant, vous acceptez notre utilisation des cookies.