Menu
Search
Lundi 24 Juin 2024
S'abonner
close

Dialogue social : les indiscrétions de la première journée du round des négociations

C’est parti pour un deuxième round du dialogue social institutionnalisé entre le gouvernement et ses partenaires sociaux. Défilant, hier, au siège de la primature, les secrétaires généraux des centrales syndicales les plus représentatives ont présenté l’essentiel de leurs dossiers revendicatifs pour cette rentrée sociale. Hausse des salaires, réforme des retraites, droit de grève ainsi que le point sur les engagements pris par le gouvernement dans le cadre de l’accord du 30 avril étaient au menu de cette rencontre inaugurale.

Le deuxième round du dialogue social a démarré, hier, entre le gouvernement et les centrales syndicales les plus représentatives. Constituant l’occasion pour faire le point sur la réalisation des engagements pris par l’Exécutif lors de l’accord social conclu le 30 avril dernier, cette rencontre a permis également aux représentants des syndicats de présenter leurs revendications et leurs visions au Chef du gouvernement, Aziz Akhannouch. Dans une déclaration à la presse à l’issue de cette rencontre, le chef de file de l’Union marocaine du travail (UMT), Miloudi Moukharik, a affirmé que la question de la hausse des salaires a été fortement posée. Cette hausse doit concerner tous les salaires, a-t-il affirmé. Dans ce sens, le patron de la plus grande centrale syndicale nationale a rappelé que le taux de l’impôt sur le revenu (IR), qui peut atteindre jusqu’à 38%, doit être revu à la baisse. De son côté, la conseillère, chargée de mission au sein de l’Union générale des travailleurs au Maroc (UGTM), Khadija Zoumi, a affirmé que la délégation syndicale a évoqué la question de l’amélioration des revenus. Dans une déclaration accordée à «Assahraa Al Maghribia», quotidien arabophone du Groupe Le Matin, la militante a souligné que cette amélioration peut être réalisée grâce à une baisse des impôts ainsi qu’une révision des indemnités des responsables au sein des différents services.

Par ailleurs, les responsables syndicaux ont affirmé que l’Exécutif a insisté lors de cette première rencontre sur l’importance de la réforme des retraites. Sur ce point en particulier, les syndicats semblent unanimes. «Il ne faut pas que la prochaine réforme se fasse au détriment des travailleurs», ont-ils déclaré. La rencontre a été également l’occasion d’évoquer les projets de loi relatifs au droit de grève et aux syndicats. Trainant depuis plusieurs années, ces deux dossiers ont toujours fait l’objet de grandes divergences entre l’Exécutif et les partenaires sociaux. Insistant sur l’importance de la promulgation de ces textes, les centrales syndicales ont exigé de nouvelles versions respectant aussi bien les intérêts des travailleurs que ceux de la mouvance syndicale et des entreprises.

À rappeler que ce round de dialogue social, institutionnalisé en vertu de l’accord tripartite signé le 30 avril dernier entre le gouvernement et les syndicats, s’est poursuivi avec des rencontres entre le Chef du gouvernement et les représentants des centrales syndicales les plus représentatives, ainsi que les représentants de la Confédération marocaine de l’agriculture et du développement rural (Comader) et de la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM). Les deux entités avaient aussi, rappelons-le, signé l’accord du 30 avril avec l’Exécutif. 

Lisez nos e-Papers
Nous utilisons des cookies pour nous assurer que vous bénéficiez de la meilleure expérience sur notre site. En continuant, vous acceptez notre utilisation des cookies.