Menu
Search
Dimanche 03 Mars 2024
S'abonner
close
Dimanche 03 Mars 2024
Menu
Search
Accueil next Culture

Musée la Kasbah des cultures méditerranéennes :exposition «Route des empereurs romains à travers la Serbie, VIMINACIUM»

Musée la Kasbah des cultures méditerranéennes :exposition «Route des empereurs romains à travers la Serbie, VIMINACIUM»

Après Rabat, l’exposition «Route des empereurs romains à travers la Serbie, VIMINACIUM» arrive à Tanger. Le public a jusqu'au 27 février 2023 pour découvrir la richesse de la route des empereurs romains exposée au musée la Kasbah des cultures méditerranéennes.
Organisé par la Fondation nationale des musées (FNM) en partenariat avec l’ambassade de la République de Serbie au Maroc, cet événement représente l'importance de la diplomatie culturelle.
Il permet de rapprocher les visiteurs du musée des périodes historiques partagées par les deux pays qui entretiennent des relations d’amitié de longue date. L'exposition qui a fait presque la moitié du monde est d'une grande richesse culturelle, scientifique et archéologique. Elle présente différents objets historiques venant de Serbie et illustre l'importance de l'héritage de l'humanité. La Route des empereurs romains relie tous les lieux au riche patrimoine antique pour constituer un itinéraire culturel de plus de 600 km de long. L'exposition représente non seulement l’héritage de la Serbie, mais aussi celui de l’Europe et du monde.

Un peu d'histoire

Selon le site web de la Fondation nationale des musées (FNM), l’Empire romain a installé sa frontière – le limes loin de Rome, sur l’imprévisible Danube.
«Cette frontière établie s’étendait du nord de l’Angleterre, c’est-à-dire de la frontière avec l’Écosse, à travers l’Allemagne, l’Autriche, la Hongrie, la Serbie, la Roumanie et la Bulgarie jusqu’à l’Irak et l’Iran, y compris le Proche-Orient avec la Turquie et toute la partie sub-méditerranéenne de l’Afrique du Nord.
Une série de fortifications ont été construites de chaque côté de la route le long de laquelle les légions ont marché pendant les campagnes contre les tribus barbares à travers le Rhin et le Danube. Environ 40 camps de légion, les soi-disant castrums (castrum) ont été construits sur cette longue ligne de défense sillonnée de milliers de petits forts.» Ce qui est particulièrement important à noter, c’est que les troupes romaines ont été recrutées sur ce territoire. La même source indique que l’armée venant de provinces lointaines atteignait facilement les régions les plus reculées, suivie par les commerçants et les artisans. À partir du milieu du IIIe siècle de notre ère, les anciennes provinces frontalières marginales de la Haute-Mésie et de la Basse-Pannonie sont devenues le centre des événements dans l’Empire au cours des deux cents années suivantes.

La province romaine Illyricum et ses troupes ont donné naissance à dix-huit empereurs qui ont gouverné l’Empire pendant la période des crises les plus profondes. Il est révélateur que de la seconde moitié du IIIe au milieu du IVe siècle après JC, lorsque l’Empire romain traversait une crise, cette région a gagné en importance. Les explorations archéologiques les plus récentes sur le site de Viminacium, capitale de la province romaine de Haute-Mésie (Mésie Supérieure), plus tard Première Mésie (Mésie Prima), ont montré que cette grande ville et camp de légions était le point de transition entre l’Ouest et l’Orient. Ceci est attesté par l’abondance d’objets trouvés dans Viminacium, en particulier en ce qui concerne les premières décennies du quatrième siècle après JC. Les empereurs romains nés soit dans les villes riches sur le lime, soit dans l’arrière-pays accidenté, ont changé la face du monde qui existait jusque-là.
«Le projet intitulé “Itinerarium Romanum Serbiae” ou “Route des empereurs romains en Serbie” a été lancé pour relier tous leurs lieux de naissance, sites, d’une importance historique et archéologique incommensurable», souligne la FNM.
Cette exposition est organisée également en partenariat avec le ministère des Affaires étrangères, de la culture et de la communication de la République de Serbie et l’Institut archéologique de Belgrade.

Lisez nos e-Papers