Menu
Search
Lundi 26 Février 2024
S'abonner
close
Lundi 26 Février 2024
Menu
Search
S'abonner
Accueil next Économie

Paiement mobile : les ambitions de MoneyIn au Maroc et en Afrique

Paiement mobile : les ambitions de MoneyIn au Maroc et en Afrique

La Fintech marocaine MoneyIn a le vent en poupe, au point de commencer à baliser le chemin pour devenir une vraie licorne africaine. En attendant de décrocher l’agrément de Bank Al-Maghrib, la plateforme communautaire du paiement bancaire numérique tout-en-un, a accueilli à son tour de table «Laleli Milanello Investments South Africa». Une alliance de plus pour son fondateur marocain Arif Esa, élu d’ailleurs comme l'un des PDG les plus influents de 2022 par le magazine «Indian Business Touch». Esa est un homme d'affaires spécialisé dans divers secteurs, notamment les infrastructures, la transformation numérique, la Blockchain et les services financiers qui répondent à des besoins socio-économiques urgents. Et la startup MoneyIn (www.lematin.ma) est une Fintech qui veut fournir aux PME mal desservies du monde entier une plate-forme et des réseaux commerciaux, éducatifs et bancaires tout-en-un. Objectif : Aider ses utilisateurs à prendre de meilleures décisions commerciales et à améliorer leur santé financière. 

Questions à Arif Esa, fondateur de MoneyIn

«Nous souhaitons déployer MoneyIn dans tout le continent africain puis dans le monde»



Le Matin : Concernant la réglementation marocaine, quel est votre statut actuel avec Bank Al-Maghrib et quelles sont les prochaines étapes ?

Arif Esa : La demande a été soumise et nous travaillons sur la réglementation pour garantir aux organismes en charge que notre plateforme est conforme à toutes les lois et aux différents textes réglementaires qui s'appliquent à notre activité. Cela prend du temps, car le processus est complexe, mais nous ambitionnons de nous lancer cette année.

Quand prévoyez-vous donc de démarrer vos opérations au Maroc ?

Notre objectif est de nous lancer au Maroc en novembre 2022, bien entendu sous réserve de l’approbation de Bank Al-Maghrib.
Nous avons déjà commencé à travailler sur des concepts de centres d'éducation pour contribuer à former les citoyens. Ces centres permettront de mieux comprendre le marché numérique, d’apprendre à utiliser notre plateforme numérique, de gérer leur budget et de se constituer une épargne.
MoneyIn Platform est plus qu'un simple portefeuille numérique, c'est un outil éducatif qui non seulement va faciliter la vie de ses utilisateurs, mais également leur enseigner une meilleure gestion de leur argent. C’est comme un coach personnel qui peut vous aider à atteindre vos objectifs financiers, à apprendre à gagner de l'argent et à aider les entreprises à être plus efficaces.

Quels pays africains sont les plus intéressants pour votre entreprise ? Pourquoi ?

En plus du Maroc et de l'Afrique du Sud, nous souhaitons déployer MoneyIn dans tout le continent africain puis dans le monde. Nos utilisateurs, en utilisant notre écosystème Blockchain pourront effectuer des paiements transfrontaliers instantanés pour aider leurs proches tandis que d'autres utiliseront ce système pour à envoyer de l'argent chez eux instantanément et développer leurs activités commerciales sans les frais élevés. Nous croyons que l'Afrique devrait être Une. Nos prochaines conquêtes, après l'Afrique du Sud, seraient l'Égypte, le Nigeria, le Bénin, l'Inde et l'Europe. Nous nous sommes déjà en discussion pour ces destinations, à un stade peu avancé. Nous recherchons de nouveaux investissements pour faire de notre startup marocaine l'une des entreprises à la croissance la plus rapide en Afrique et potentiellement dans le monde.
MoneyIn est motivé pour faire du Maroc et de l'Afrique le premier hub numérique mondial de la fintech au monde.

Pensez-vous que les entreprises de téléphonie mobile pourraient aider votre développement en Afrique et au Maroc, avez-vous déjà des contacts avec eux (idéalement, lesquels, en Afrique et au Maroc), quelles sont vos prévisions ?

Oui, les entreprises de téléphonie mobile jouent un rôle clé dans notre métier. MoneyIn a développé ses propres menus USSD (messages textes bi-directionnels) et nous utilisons les dernières technologies disponibles. Nous avons également recours à l’intelligence artificielle pour apprendre de nos utilisateurs et apporter des améliorations à notre système pour qu’il soit plus facile à utiliser au quotidien.

Pour l’USSD, certains pensent que cette technologie est obsolète, mais elle fonctionne très bien et est parfaitement acceptée par les utilisateurs, nous l’avons surtout beaucoup améliorée. Ce système permet surtout de toujours avoir accès à son argent, même sans connexion Internet ni smartphone.
Mais cela ne peut être réalisé que si les compagnies de téléphonie mobile nous permettent d'avoir accès à notre propre code de numérotation unique (dial code) qui permettrait à nos utilisateurs d'accéder à notre menu USSD sans avoir besoin d'Internet, ce qui serait plus économique pour eux.
Nous sommes en cours de pourparlers avec certaines sociétés de télécommunications à travers l'Afrique et le Maroc, mais en raison de contrats confidentialité, nous ne pouvons pas en mentionner les noms. Nous communiquerons sur ce sujet ultérieurement.

Connaissant les frais bancaires pour les paiements par carte de débit au Maroc, combien de % un commerçant devrait-il économiser avec votre application de paiement ?

Notre plateforme réduirait considérablement le coût des paiements pour le consommateur et le commerçant. Notre objectif est de maintenir le coût le plus bas possible et, à l'occasion, nous pouvons même offrir jusqu'à 100% d'économies à nos utilisateurs dans tous les secteurs. La clé pour nous est de nous assurer que les gens aient accès à leur argent et n'aient pas à payer de frais élevés. Tout le monde devrait avoir le droit d'épargner le plus possible et de payer le moins possible de frais.
Notre application aidera non seulement les commerçants, mais aussi les consommateurs à économiser de l'argent. Nous prévoyons également de leur faire gagner de l'argent avec un système de récompenses qui seront annoncées ultérieurement.