Menu
Search
Mardi 16 Avril 2024
S'abonner
close
Mardi 16 Avril 2024
Menu
Search
Accueil next Économie

Comment le marocain Safety Experts Technologies veut réduire les accidents de la route

Au Maroc, les accidents de la circulation coûtent à l'économie nationale 19,5 milliards de dirhams par an, soit 2% du PIB. Un coût que des technologies d’assistance à la conduite (Smart ADAS) peuvent réduire, en contribuant d'une manière considérable à la sécurité des passagers et des conducteurs et en abaissant les risques d’accidents de la circulation. L'exemple est donné par l’entreprise Safety Experts Technologies, fournisseur de solutions technologiques liées aux problématiques de la sécurité routière. Explications avec son fondateur, Amine El Khettar.

Comment le marocain Safety Experts Technologies veut réduire les accidents de la route

Les accidents de la circulation font en moyenne près de 3.500 décès et 12.000 blessés graves par an au Maroc. Ce qui se traduit par un coût social et économique exorbitant. «Les coûts d'un accident de la route ne s'arrêtent pas au bord de la route ; ils créent des effets d'entraînement dans l'ensemble de l'économie. La perte de revenus, les dommages matériels, les primes d'assurance, la perte d'impôts et les charges pesant sur le secteur de la santé ne sont que quelques-uns des coûts considérables associés aux accidents de la route», explique au journal «Le Matin» Amine El Khettar, fondateur de l’entreprise Safety Experts Technologies, fournisseur de solutions technologiques liées aux problématiques de la sécurité routière.

En qualité de maître d’usage en solutions connectes IAE, la PME accompagne des leaders mondiaux technologiques internationaux (Solutions ADAS IAE et Vision artificielle, Road Map Expérience, Drones IAE, Data From Sky) à destination des collectivités, villes, gouvernements et grands comptes. Mais au-delà de proposer des solutions simples d’utilisation, dont l’objectif est la maîtrise des coûts, le gain de temps et l’amélioration de la prévention des risques (sauver des vies), Safety Experts Technologies essaie surtout d’apporter «une réponse technologique complémentaire à la mission de la Narsa (Agence nationale de la sécurité routière) : réduire la sinistralité et sauver des vies avec un impact humain, réduire les coûts de manière significative afin d’en impacter positivement le PIB sur la durée».

Accident de la route : 2% du PIB en moins chaque année

Au Maroc, la sécurité routière représente un coût socio-économique de 19,5 milliards de dirhams par an, soit 2% du PIB, selon notre expert : «Chaque blessé coûte 800.000 dirhams. 93% des accidents sont dus à des erreurs humaines et 80% de ces erreurs humaines font suite à 3 secondes d’inattention (…). Cependant, les technologies d’assistance à la conduite (Smart ADAS) contribuent de façon notoire à la sécurité des passagers et des conducteurs, et réduisent très considérablement les risques d’accident de la circulation et génèrent une baisse de consommation de carburant», décrypte l’expert en Smart Road Safety Technologies. Selon lui, des statistiques montrent que l’utilisation des technologies permet la réduction de l’accidentologie de 30%, des taux de mortalité de 50%, et d’une réduction des coûts liés à des sinistres (surtout chez les jeunes conducteurs) de 45%», développe El Khettar qui a une expérience technico-commerciale de plus de 30 ans dans le secteur des nouvelles technologies notamment au Maroc.

Les miracles de la digitalisation

Pour le marché marocain et africain, Safety Experts Technologies propose plusieurs types de solutions. D’abord, «ADAS Système». Cette solution permet d’identifier en temps réel des risques potentiels sur la route. À base d’intelligence artificielle, elle détecte les marquages au sol pour indiquer aux conducteurs lorsqu’ils sortent de leurs lignes de circulation et lit les panneaux de limitation de vitesse. «Lorsqu’un danger imminent est détecté, le système fournit en temps réel des alertes visuelles et sonores pour garantir la sécurité de tous. Le système offre ainsi aux conducteurs un temps critique pour prendre des mesures correctives et éventuellement éviter ou atténuer une collision)». Puis «Blind Spot Detection» (BDS), un système de sécurité, aide le conducteur à détecter le vélo/moto dans la zone des angles morts, en particulier du côté des gros camions/bus, et attire l'attention du conducteur sur leur présence.

Une autre solution semble également utile : «DMS» qui est un dispositif d'avertissement de somnolence et d'attention du conducteur basé sur une caméra : Il détecte la distraction, la somnolence, le bâillement, l'utilisation du téléphone et la situation de tabagisme et avertit le conducteur pour prévenir les accidents et avertir de la situation. Enfin, le fournisseur de solutions de conduite intelligente commercialise depuis peu un nouveau concept : «Baby Care». Le système est conçu pour tout conducteur qui transporte des enfants de moins de 4 ans dans un véhicule privé et est conçu pour aider à maintenir la sécurité des enfants.

-------------------------------------------

Questions à Amine El Khettar, fondateur de l’entreprise Safety Experts Technologies

«Nous recommandons la généralisation de solutions technologiques d’assistance à la conduite»

Le Matin : Le Maroc ambitionne de réduire de 50% le nombre des accidents de la route d’ici 2026. Comment les solutions ADAS pourraient-elles aider à l’atteinte de ces objectifs ?

Amine El Khettar : Les systèmes ADAS permettent l’analyse de l’historique de sinistralité, le benchmark en fonction du contexte et du secteur, sa généralisation et sa vulgarisation au Maroc. D’ailleurs, en vue de diminuer la sinistralité des conducteurs, piétons et cyclistes, dans certains pays, des subventions ont été mises en place par l'État et les compagnies d’assurances afin d’accompagner les entreprises, les particuliers et les organismes. Dans certains cas, les camions de plus de 3,5 tonnes et les transports scolaires ou encore de passagers sont obligés de s’équiper d’un système ADAS. Nous recommandons fortement la généralisation de solutions technologiques d’assistance à la conduite.

Travaillez-vous sur d’autres solutions que celles citées ?

Nous travaillons également avec des partenaires comme Drones Geostationnaires et Data Sky afin de proposer des solutions complémentaires : Gestion et Analyse du traffic routier, Prévenir les retards et l’effondrement de la circulation par réaction rapide ; Repérage d’un embouteillage émergent dès le début, permet de détecter immédiatement les pirates de la route lorsqu'il y a infraction au Code de la route. Pour présenter notre vision et les solutions que nous proposons à l’international, nous nous sommes inscrits à plusieurs forums de discussions africains (Africa Transport Policy Program (SSATP), et le Fonds mondial pour la sécurité routière (GRSF). Nous venons d’être accrédités pour participer au siège des Nations unies à New York à la conférence : High-Level Meeting on Improving Global Road Safety qui se tiendra le 30 juin 2022.

Comment les solutions ADAS peuvent-elles compenser le manque de signalétique et de traçage au sol que l’on remarque dans plusieurs zones ?

Il est vrai que le manque de signalétique et de marquage au sol peut diminuer l’efficacité du système ADAS classique notamment pour les dépassements de lignes sur certains tronçons. Maintenant avec l’arrivée de la voiture autonome dans quelques années et pour ne pas être pris de court (Fracture technologique) il est indispensable de prévoir progressivement des solutions de marquages au sol et signalétique durables et performantes afin de pouvoir de re-digitaliser la route pour être en phase avec l’évolution de la mobilité.
 

 

Lisez nos e-Papers