Menu
Search
Mercredi 21 Février 2024
S'abonner
close
Mercredi 21 Février 2024
Menu
Search
S'abonner
Accueil next Culture

Les cimes de la pensée : nouvelle exposition de l'artiste sénégalais Aliou Diack

Les cimes de la pensée : nouvelle exposition de l'artiste sénégalais Aliou Diack

La galerie 38 à Casablanca abrite jusqu’au 28 avril l’exposition «Les cimes de la pensée» de Aliou Diack. L’artiste sénégalais s’inspire de ses souvenirs d’enfance bercée par son village rural de naissance, Sidi Bougou. Il laisse sa nostalgie d’une nature à la fois indomptable et mystérieuse s’exprimer sur ses toiles. L’artiste raconte, à travers la confrontation de blanc et de noir, d’ombre et de lumière, ponctuée de légères particules de couleur, toute sa fascination pour les bois qu’il n’a cessé de parcourir, de découvrir et de redécouvrir dès son plus jeune âge.

Aliou Diack exploite sa mémoire et révèle au spectateur l’amplitude des surprises offertes par la faune et la flore de son pays d’origine mais qui se révèle universelle, où chaque arbre, chaque feuillage semblent murmurer un secret, où chaque branchage paraît pouvoir cacher une énigmatique créature ailée. À ces évocations figuratives du passé, s’ajoute l’expérimentation de nouvelles formes plus abstraites favorisées par une période de recueillement imposé par la crise pandémique de Covid en 2020. C’est à cette période, en résidence à La Galerie 38, qu’Aliou Diack réalise l’ensemble des œuvres présentées à l’occasion de l’exposition «Les cimes de la pensée». La compréhension de l'art d'Aliou Diack va bien au-delà de la peinture elle-même. En s'exprimant à travers un langage visuel et en utilisant ses peintures comme support, il cherche un moyen de «partager» de manière durable et de refléter le système de l'art et sa circulation.

Parcours de l'artiste Aliou Diack

Diack développe très tôt une fascination pour son environnement et l'exploration de «mère Nature». Sa première rencontre avec l'art a lieu à l'âge de dix ans, lorsqu'il s'éloigne de sa famille pour aller étudier dans la capitale du Sénégal, Dakar. Pour assouvir sa nostalgie de la flore verte, de la faune sauvage - la nature de son village - il a commencé à reproduire et à créer son propre environnement par des dessins et des peintures. De 2009 à 2014, Diack étudie les beaux-arts à l'École nationale des arts de Dakar (ENA). Au cours de ces années, son style de dessin autodidacte et intuitif, combiné à la rigueur et au rythme de travail constant qu'il a appris à l'ENA, s'est développé en une méthode visuelle forte et identifiée pour s'exprimer. Son sujet principal et les motifs de ses peintures sont les animaux et la nature - souvent camouflés, parfois s'éveillant du sol ou même se dissolvant dans l'air. Il crée des paysages à plusieurs couches en combinant des taches de couleur avec des lignes concrètes et des dispersions de pigments. Des pigments qui sont faits de plantes et d'arbres morts, souvent utilisés à des fins médicales au Sénégal. À travers son art, Diack traite de la question de «ce que l'on peut donner et ce que l'on peut obtenir» en expérimentant diverses manières de coïncidences et d'interventions conscientes dans l'image pendant son processus de travail.