Menu
Search
Vendredi 23 Février 2024
S'abonner
close
Vendredi 23 Février 2024
Menu
Search
S'abonner
Accueil next Économie

Exportations automobiles : grand vrombissement au premier semestre 2023

Evolution contrastée des échanges commerciaux au premier semestre. Alors que les exportations ont légèrement augmenté sur la période, les importations étaient orientées à la baisse. Le déficit commercial affiche un recul de 6,8% à 138,207 milliards de DH à la faveur notamment d'un allègement de la facture énergétique et d'une forte croissance des expéditions automobiles, de textile-cuir et d'électronique-électricité.

Exportations automobiles : grand vrombissement au premier semestre 2023
L'automobile signe la plus forte progression des secteurs exportateurs avec 34,3% à 70,976 milliards de DH.

Les échanges commerciaux du Maroc se portent bien. À fin juin, et avec des exportations en hausse et des importations en baisse, le déficit commercial affiche un recul de 6,8% à 138,207 milliards de DH. Le taux de couverture gagne du coup 2,2 points s’établissant à 61,6% contre 59,4% un an plus tôt.
Sur les six premiers mois de l’année, le Royaume a ainsi vu ses exportations augmenter de 1,9% à 217,127 milliards de DH. Une croissance qui concerne, principalement, les secteurs de l’automobile, du textile et cuir et de l’électronique et l’électricité.

>>Lire aussi : Le déficit commercial augmente de 1,7% à fin mai 2023

Dans le détail, les ventes automobiles signent la plus forte progression avec 34,3% à 70,976 milliards de DH. Cette performance est liée à la croissance des exportations de tous les segments du secteur, à savoir le câblage (+44,3%), la construction (+26,2%) et l’intérieur des véhicules et sièges (+34,1%).

Dans le textile et cuir, la hausse des expéditions a atteint 13,6% à 25,28 milliards de DH. «Cette évolution est attribuable à la hausse des exportations de vêtements confectionnés (+17,1%), des articles de bonneterie (+7,1%) et des chaussures (+7,9%)», indique l’Office des changes.

S’agissant du secteur de l’électronique et électricité, les exportations ont augmenté de 33,3% atteignant 11,619 milliards de DH, contre 8,719 milliards à fin juin 2022.

Les exportations des phosphates et du secteur aéronautique en baisse

A contrario, les ventes ont fortement chuté pour les phosphates et dérivés, se situant à 36,769 milliards de DH, contre 56,577 milliards un an plus tôt, soit un net déclin de 35%. «Cette évolution s’explique par la baisse des ventes des engrais naturels et chimiques (-32,9%), de celles de l’acide phosphorique (-38%) et de celles des phosphates (-43,2%)». À noter toutefois que le niveau enregistré reste supérieur à celui affiché à fin juin 2019.

Les exportations du secteur aéronautique ont elles aussi perdu de l'altitude, soit 4,5% sur la période. Concernant les exportations du secteur de l’agriculture et agroalimentaire, elles ont accusé une légère baisse au cours de la période. Une contre-performance essentiellement due au recul des ventes de l’industrie alimentaire (-2,5%) ainsi que de celui de l’agriculture, sylviculture et chasse (-1,2%).

Les importations orientées à la baisse

Côté importations, l'Office des changes fait état d'une contraction de 1,6%, suite au recul des importations des demi-produits, des produits énergétiques et des produits bruts. Ainsi, les achats de demi-produits ont baissé de 13,3% à 75,127 milliards de DH. Pour ce qui est des approvisionnements en produits énergétiques, ces derniers ont chuté de 14,8%, suite au recul des achats des gas-oil et fuel-oil de 22,8%, tirés par la baisse simultanée des prix (-15,5%) et des quantités (-8,6%).

Idem pour les importations des produits bruts qui baissent de 21,5% à 19,044 milliards de DH. A contrario, les achats de produits finis de consommation ont progressé de 12,5% à 78,893 milliards de DH, «suite principalement à la hausse conjointe des importations des parties et pièces pour voitures de tourisme de 29,9% et des voitures de tourisme de 29%».

S’agissant des biens d’équipements, le Maroc a vu ses importations augmenter de 19,2% à 79,595 milliards de DH, suite à l’augmentation des achats des moteurs à pistons (+23,5%) et ceux des fils et câbles (+26,7%), notamment.

Enfin, les importations de produits alimentaires sont restées quasi stables avec une légère baisse de 0,7% à 45,704 milliards de DH. Cette dynamique s’explique notamment par le fléchissement de 21,5% à 10,496 milliards de DH des approvisionnements en blé ainsi que celui de l’orge (-68,7% à 991 millions de DH).

Recettes Voyages et MRE : croissance à deux chiffres

Signe que la reprise touristique est bien là, les recettes Voyages ont réalisé un net bond de 68,9% à 47,857 milliards de DH. Ces recettes dépassent ainsi le niveau d’avant-crise qui était de 33,539 milliards de DH. Les dépenses Voyages ont, quant à elles, atteignent 11,583 milliards de DH, en hausse de 46,2%. Le solde excédentaire des voyages se situe ainsi à 36,274 milliards de DH, contre 20,407 milliards une année auparavant. Au terme du premier semestre, les transferts de fonds des Marocains résidant à l'étranger (MRE) se sont élevés à 55,329 milliards de DH, soit une nette progression de 13,9%.

En revanche, les recettes des investissements directs étrangers (IDE) ont reculé de 29,2% à 15,573 milliards de DH. Les dépenses ont, pour leur part, augmenté de 51% à 8,577 milliards de DH. «Le flux net des IDE passe de 16,33 milliards de DH à fin juin 2022 à 6,996 milliards à fin juin 2023, soit une baisse de 57,2%».
S’agissant des investissements directs marocains à l’étranger (IDME), ils se sont situés à 13,736 milliards de DH, contre 8,639 milliards en 2022. Parallèlement, les cessions de ces investissements ont porté sur un montant de 7,654 milliards de DH, en augmentation de 24% sur un an. En dehors des instruments de dette intragroupe et des bénéfices réinvestis, les prises de participation enregistrent une baisse de 1,7%.