Menu
Search
Samedi 02 Mars 2024
S'abonner
close
Samedi 02 Mars 2024
Menu
Search
Accueil next Société

Fibrose pulmonaire : Les traitements sont chers et non remboursables (AMRM)

La fibrose pulmonaire est une maladie rare incurable, dont on n’arrive toujours pas à définir les causes. Et même s’il existe des traitements pour atténuer les symptômes et ralentir sa progression, ces derniers restent inaccessibles pour les patients marocains, selon l’Alliance des maladies rares au Maroc.

Fibrose pulmonaire : Les traitements sont chers et non remboursables (AMRM)
La fibrose pulmonaire touche les hommes deux fois plus souvent que les femmes et survient en général après l’âge de 50 ans.

La fibrose pulmonaire idiopathique est une maladie rare des poumons qui se caractérise par une inflammation et la formation progressive, de façon diffuse, d’un tissu cicatriciel. Ce qui entraîne une diminution de la capacité des poumons à fonctionner correctement. À l’occasion de la Journée mondiale de la fibrose pulmonaire célébrée, mercredi 20 septembre, l’Alliance des maladies rares au Maroc (AMRM) se joint à la communauté médicale internationale pour alerter sur les risques de ce trouble particulièrement grave, car mortel.

>> Lire aussi : Covid-19 : la SCT, une option de traitement préventif et curatif prometteuse (chercheurs marocains)

«La fibrose pulmonaire idiopathique se manifeste généralement par une toux sèche et un essoufflement progressif évoluant vers l'insuffisance respiratoire. Elle touche trois millions de personnes dans le monde. Au Maroc, ce chiffre est inconnu, mais on estime qu’au moins 1.000 personnes en seraient atteintes. Elle touche les hommes deux fois plus souvent que les femmes et survient en général après l’âge de 50 ans», souligne Dr Khadija Moussayer, présidente de l’AMRM. Cette dernière souligne également que les causes de la fibrose pulmonaire sont inconnues dans la majorité des cas.

«On parle alors de fibrose pulmonaire idiopathique, laquelle est la forme la plus grave de la fibrose pulmonaire. Chez ce groupe, le système immunitaire réagit de façon excessive et attaque les poumons. D’ailleurs, elle peut être secondaire à certaines maladies auto-immunes tels la polyarthrite rhumatoïde, la sclérodermie ou le lupus ou encore à certains médicaments», explique Dr Moussayer. Et d’ajouter que d’autres facteurs peuvent causer des lésions pulmonaires tels que le tabac, le reflux gastro-œsophagien, les gaz industriels polluants tels que le chlore et le dioxyde de soufre, les particules minérales comme le charbon, le silicium ou l’amiante». La présidente de l’AMRM souligne, par ailleurs, que la fibrose pulmonaire est une maladie incurable.

Néanmoins, il existe des traitements qui peuvent atténuer les symptômes et ralentir la progression de la pathologie. «Malheureusement, au Maroc, l’accès à ces médicaments demeure problématique à cause de leur cherté et des difficultés de remboursement malgré leur disponibilité», regrette Dr Mousssayer. «Certes, il est difficile de prévenir cette maladie puisqu’on en ignore la cause. Toutefois, des mesures de protection doivent être prises par les personnes exerçant une activité qui fait augmenter le risque de fibrose pulmonaire tels les agriculteurs en contact avec le foin, les mineurs, les soudeurs, les sableurs et les démolisseurs».

Lisez nos e-Papers