Menu
Search
Samedi 25 Mai 2024
S'abonner
close

La flambée de grippe aviaire chez les animaux, un risque pour les humains (OMS)

Les épidémies actuelles de grippe aviaire, qui ont dévasté les populations animales, y compris la volaille, les oiseaux sauvages et certains mammifères, présentent des risques permanents pour les humains, a alerté, jeudi, l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

La flambée de grippe aviaire chez les animaux, un risque pour les humains (OMS)

"Les virus de la grippe aviaire se propagent normalement parmi les oiseaux, mais le nombre croissant de détections de la grippe aviaire H5N1 chez les mammifères - qui sont biologiquement plus proches des humains que les oiseaux - fait craindre que le virus ne s'adapte pour infecter les humains plus facilement", relève l'OMS dans un communiqué.

De plus, certains mammifères peuvent servir de récipients de mélange pour les virus de la grippe, entraînant l'émergence de nouveaux virus qui pourraient être plus nocifs pour les animaux et les humains, poursuit la même source.

En 2022, 67 pays sur cinq continents ont signalé à l'Organisation mondiale de la santé animale (WOAH) des épidémies de grippe aviaire à haute pathogénicité H5N1 chez les volailles et les oiseaux sauvages, avec plus de 131 millions de volailles domestiques perdues en raison de la mort ou de l'abattage dans les fermes et les villages touchés, fait savoir l'OMS.

Et d'ajouter qu'en 2023, 14 autres pays ont signalé des épidémies, principalement dans les Amériques, alors que la maladie continue de se propager.

L'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), l'OMS et la WOAH exhortent les pays à travailler ensemble dans tous les secteurs pour sauver autant d'animaux que possible et protéger les personnes.

Lire aussi : Vente des poules pondeuses : l’ANPC s’inquiète, la FISA rassure

Lisez nos e-Papers