Menu
Search
Samedi 18 Mai 2024
S'abonner
close

L'humanité aura consommé, ce 2 août, les ressources que la terre peut générer en un an

Ce mercredi 2 août, l'humanité aura consommé toutes les ressources que la Terre est capable de produire en un an, a affirmé la section belge du Fonds mondial pour la nature (WWF).

L'humanité aura consommé, ce 2 août, les ressources que la terre peut générer en un an

Pour pouvoir continuer à consommer à ce rythme après ce "Jour du dépassement", les capacités de 1,7 planète seraient nécessaires, a souligné l’organisation, notant qu’un tel dépassement des limites planétaires “n'est possible que pour une durée limitée".

>> Lire aussi : Banque mondiale : les subventions étatiques aggravent le changement climatique

Cette cadence de consommation n'est en effet pas sans conséquence et impacte gravement les écosystèmes, qui se dégradent, voire s'effondrent, en raison de leur surexploitation, a indiqué Koen Stuyck, responsable de la politique climatique et de l'empreinte écologique du WWF.

En parallèle à l'épuisement des ressources naturelles, la combustion des énergies fossiles et la pollution qu'elle génère, au travers du rejet du dioxyde de carbone dans l'atmosphère, contribuent également à la précocité du Jour du dépassement, la planète n'étant plus capable de les absorber correctement.

En Belgique, le Jour du dépassement a eu lieu le 26 mars cette année. Cela signifie que si le monde entier consommait de la même façon que les Belges, 4,1 planètes seraient nécessaires pour satisfaire ses besoins. Seuls le Qatar, le Luxembourg, le Canada, les Etats-Unis, les Emirats arabes unis et l'Australie ont enregistré de plus mauvais résultats en 2023.

Seul aspect positif, ces tendances se sont stabilisées à l’échelle mondiale au cours des cinq dernières années. Il est toutefois difficile de déterminer si cette stabilisation est due à un ralentissement de l'économie, notamment causé par la pandémie, ou à des efforts conscients pour décarboner la consommation mondiale.

"Pour atteindre l'objectif de réduction globale des émissions de carbone des Nations unies, soit une diminution de 43% d'ici 2030 par rapport à 2010, il serait nécessaire d'avancer le Jour du dépassement de 19 jours chaque année au cours des sept prochaines années", a précisé M. Stuyck.

Parmi les solutions visant à repousser le Jour du dépassement, figure l’augmentation de la part des sources d'électricité à faible teneur en carbone de 39% à 75% au niveau mondial, ce qui permettrait ainsi de repousser son échéance de 26 jours. De même, réduire de moitié le gaspillage alimentaire repoussera le Jour du dépassement de 13 jours supplémentaires.

Lisez nos e-Papers