Menu
Search
Samedi 25 Mai 2024
S'abonner
close

Plus de 161.000 véhicules vendus au Maroc en 2022, en baisse de 8%

Impactées par un contexte économique défavorable (crise en Ukraine, pénurie des semi-conducteurs et dérèglement de la logistique mondiale, sécheresse…), les immatriculations globales des véhicules neufs ont accusé une régression de 8% par rapport à 2021.

2022 était une année difficile pour le marché automobile marocain. A cause du contexte économique défavorable (crise en Ukraine, pénurie des semi-conducteurs et dérèglement de la logistique mondiale, sécheresse…), les ventes annuelles globales des véhicules neufs (voitures particulières et véhicules utilitaires légers) ont accusé une régression de 8% par rapport à 2021, et de 3% par rapport à 2019, une année référence (avant la crise sanitaire du Covid-19).  

Selon l’Association des importateurs des véhicules au Maroc (Aivam), qui a révélé ce matin du vendredi 06 janvier les statistiques du marché automobile lors d’une conférence de presse organisée à Casablanca, les immatriculations se sont élevées à 161.410 unités, contre 175.360 unités écoulées en 2021. Selon Adil Bennani, président de l’Aivam, la demande a été en berne surtout sur la deuxième partie de l’année.  

Impactée par les disponibilités des stocks, les ventes des véhicules particuliers (VP) se sont élevées à 143.186 unités, contre 154.123 unités écoulées en 2021, soit une baisse de 7%. Les marques asiatiques ont toutefois moins souffert des problématiques des semi-conducteurs que leurs concurrentes européennes. Dacia reste leader du marché avec 27,2% de parts de marché. Les ventes de la marque roumaine se sont établies à 38.885 véhicules, en baisse de 12% par rapport à 2021.  

De son côté, le marché des véhicules utilitaires (VUL) a connu une régression générale plus prononcée de 14% par rapport à 2021, à 18.224 immatriculations. La quasi-totalité des marques sont en baisse excepté Renault qui a repris la tête du classement avec 26,6% de parts de marché (4.840 immatriculations) grâce à l’effet Express qui a remplacé le Dacia Dokker. Selon l’Aivam, la baisse des ventes des VUL est due au manque de visibilité et à l’incertitude sur le contexte économique.  

L’année 2022 a été marquée par la confirmation de la dynamique des ventes des véhicules à motorisations alternatives, qui ont enregistré une croissance de 17% par rapport à 2021. En effet, 5.714 véhicules électrifiés ont été écoulés l’année dernière, dont 5.027 véhicules hybrides, 516 véhicules hybrides rechargeables et 171 véhicules 100% électriques. Plus d’opérateurs agissent actuellement dans le marché sous l’effet d’une offre de plus en plus fournie et compétitive. 18 marques et 71 modèles électrifiés sont désormais disponibles sur le marché marocain, contre 16 marques et 57 modèles en 2021.   

Toutefois, ce segment est loin d’atteindre sa vitesse de croisière et ne représente qu’un poids timide de 3,5% du marché global, contre 45% en Europe.    

Lisez nos e-Papers