Menu
Search
Mardi 16 Avril 2024
S'abonner
close
Mardi 16 Avril 2024
Menu
Search
Accueil next Nation

Prix des carburants : Les députés se soulèvent face à Leila Benali

La hausse des prix des carburants qui impacte les prix des produits alimentaires au Maroc a suscité un vif soulèvement des députés face à Leila Benali.

Prix des carburants : Les députés se soulèvent face à Leila Benali

La hausse des prix des carburants qui impacte directement ou indirectement les prix des produits alimentaires au Maroc a été le sujet d'un débat houleux à la Chambre des Représentants ce lundi. Répondant à la question de deux parlementaires sur la hausse des prix qui s'exacerbe au Maroc surtout à l'approche du Ramadan, la ministre de la Transition énergétique et du développement durable a répondu que ce n'est pas du ressort de son ministère. Leïla Benali s'est contenté de rappeler que son département, à l'instar du gouvernement, gère les augmentations des prix mondiaux à plusieurs niveaux pour alléger l'impact sur la population. Toutefois, pour la partie relative aux prix des carburants, Mme Benali a répondu que ce sujet ne rentre pas dans les prérogatives de son ministère.

En réponse à une autre question relative aux factures d'eau et d'électricité, la ministre a apporté des précisions sur le système de facturation mis en place par l'ONEE, sauf qu'elle a détaillé le volet "Electricité" notant qu'en ce qui concerne l'Eau, "ce n'est encore pas du ressort de mon ministère".

Des réponses qui ont provoqué de vives réactions de la part des parlementaires. Evoquant le règlement intérieur de la première chambre, les députés ont noté que le gouvernement est censé travailler en synergie dans le cadre d'une "solidarité". "Le gouvernement ne peut dénigrer les parlementaires en refusant de répondre à des questions d'ordre public. Lorsque Mme la ministre répond que la hausse des prix ou les factures d'eau potable ne sont pas du ressort de son département, cela nous mets face à un problème que le bureau du parlement doit traiter pour préserver les droits de cette institution. Les membres du gouvernement doivent de leur côté faire preuve de solidarité pour répondre aux questions des parlementaires", a indiqué un parlementaire.

Et un troisième parlementaire de commenter que les questions orales sont programmées à l'avance en coordination avec le gouvernement et sur validation du chef de l'Exécutif. "Cette attitude est méprisante pour les parlementaires", s'écrit-il.   

La présidente de la séance des questions orales à la Chambre des représentants a tenu en fin à noter que cette question n'est pas liée au règlement intérieur de l'institution et qu'elle sera supprimée du procès verbale de ladite séance. 

>> Lire aussi : Produits pétroliers : 2 MMDH d'investissements pour augmenter la capacité de stockage en 2023

Lisez nos e-Papers