Menu
Search
Mercredi 21 Février 2024
S'abonner
close
Mercredi 21 Février 2024
Menu
Search
S'abonner
Accueil next Société

Vacances d’été : La noyade sèche des enfants, mythe ou réalité ?

La noyade sèche ou à retardement est devenue, depuis quelques années, la hantise des parents en été. Pourtant, les professionnels de la santé assurent que ce phénomène n’existe pas et appellent plutôt à prendre les précautions nécessaires pour éviter les vraies noyades qui touchent essentiellement les jeunes et les enfants.

Vacances d’été : La noyade sèche des enfants, mythe ou réalité ?
Le vrai problème qui devrait nous inquiéter est les noyades qui sont à l’origine de près de 1/4 de million de décès chaque année dans le monde.

Depuis quelques années, les mises en garde contre ce que l'on appelle la «noyade sèche des enfants» refont surface sur les réseaux sociaux chaque été. De nombreux parents s’inquiètent des risques de ce type de noyade qui consisteraient à avaler par mégarde une quantité d'eau en nageant, et qui entraîneraient la mort de l’enfant quelques heures, voire quelques jours plus tard sans pour autant avoir présenté de symptômes respiratoires ou autres signes annonciateurs.

>>Lire aussi : Eviter la noyade en mer : les conseils de la Protection civile

Il faut dire que le terme «noyade sèche» est apparu aux États-Unis en 2017, suite à un incident tragique survenu au Texas, au cours duquel un garçon de 4 ans décède une semaine après avoir joué dans la piscine. Les médias qui ont fait l’écho de ce drame ont commencé à alerter sur la possibilité de mourir subitement une baignade ordinaire. Et même si les résultats de l’autopsie avaient montré que la cause du décès n’était pas la noyade, mais une myocardite chronique, l’histoire de cet enfant continue de faire peur à de nombreux parents à travers le monde.

La noyade sèche n’est qu’une fake news

Mais rassurez-vous ! Les professionnels de la santé assurent que la noyade sèche n’est qu’une fake news. «Il faut arrêter de s’inquiéter d’un phénomène qui n’existe pas. Il n’y a pas de noyade sèche», déclare au «Matin» Dr Tayeb Hamdi, médecin, chercheur en Politiques et Systèmes de santé. «La noyade est une altération de la fonction respiratoire suite à une immersion ou une submersion dans l’eau. Il n’y a pas de noyade à retardement ; soit on s’en sort soit on succombe sur le champ. Le fait de boire un peu la tasse en mer ou à la piscine n’entraîne pas une noyade. L’eau ira instinctivement à l’œsophage. L’enfant ne peut pas garder cette eau dans les poumons pendant plusieurs heures ou jours et mourir par la suite. Cela est impossible», rassure le médecin.

Dr Hamdi appelle, par ailleurs, à faire attention au syndrome d’inhalation. «Celui-ci peut avoir lieu lorsqu’on boit en rigolant ou en toussant par exemple. Le réflexe ne réagit pas et l’eau arrive par erreur aux poumons au lieu de passer dans le tube digestif. Mais cela n’a rien à voir avec la noyade», souligne le médecin. Ce dernier insiste également sur l’importance de prendre les précautions nécessaires pour éviter les noyades notamment chez les enfants. «Le vrai problème qui devrait nous inquiéter est les noyades qui sont à l’origine de près de 1/4 de million de décès chaque année dans le monde. D’après l’Organisation mondiale de la santé (OMS), les taux de noyade les plus élevés sont enregistrés chez les enfants de 1 à 4 ans, suivis des 5-9 ans. C’est pourquoi il ne faut jamais laisser des enfants, surtout avant l’âge de 7 ans, sans surveillance à proximité d’un point d’eau, que ce soit la mer, la piscine, la rivière…»