Menu
Search
Samedi 02 Mars 2024
S'abonner
close
Samedi 02 Mars 2024
Menu
Search
Accueil next Fête du Trône 2006

S.M. le Roi inaugure à Ouirgane le barrage Yacoub El Mansour au coût de 630 MDH

• Avec une retenue de 70 millions de mètres cubes, le barrage améliorera la capacité de régulation de oued N'Fis au niveau du barrage de Lalla Takerkoust et aura un impact socio-économique certain sur la région

• Après avoir fait une entrée officielle à Benguérir où il reçut un accueil chaleureux de la population

S.M. le Roi inaugure à Ouirgane le barrage Yacoub El Mansour au coût de 630 MDH
Sa Majesté le Roi Mohammed VI, accompagné de S.A.R. le Prince Moulay Rachid et de S.A. le Prince Moulay Ismail, a inauguré, lundi à la commune rurale de Ouirgane relevant de la province d'El Haouz, le barrage Yacoub El Mansour, d'un coût global de 630 millions de dirhams. Après avoir dévoilé la plaque commémorative, des explications ont été présentées au Souverain sur cet ouvrage réalisé dans le cadre d'un partenariat entre l'Etat, le Fonds arabe de développement économique et social et le Fonds de l'OPEC pour le développement international.

D'une retenue de 70 millions de mètres cubes, ce barrage, situé sur l'oued N'fis à 65 km au sud de Marrakech et à environ 20 km à l'amont du barrage Lalla Takerkoust, permettra d'améliorer la capacité de régulation de l'oued N'fis au niveau du barrage Lalla Takerkoust. Il permettra également de diminuer les pertes d'eau vers l'aval et aura un impact socio-économique positif sur la région. De ce fait, ce barrage contribuera à la promotion de l'activité touristique rurale grâce à la qualité de son environnement et aux possibilités qu'il offre pour la pratique des loisirs de moyenne montagne (randonnée, circuit VTT, pêche…) et participera de par son attrait, au drainage de nouveaux types de touristes.

Mais aussi à l'accroissement des revenus liés à l'artisanat en raison de la facilité, et du coût réduit de l'écoulement du produit manufacturé localement. L'ouvrage hydraulique comprend le barrage principal, les ouvrages annexes constitués d'un évacuateur de crues, d'une vidange de fond, des prises d'eau et d'une dérivation provisoire, ainsi qu'une digue de col en rive droite. Il s'agit d'un barrage en béton compacté au rouleau (BCR) d'une hauteur de 70 mètres sur fondation et de 233 m de longueur en crête. Sa construction a nécessité la réalisation de 226 mille mètres cubes d'excavation et de mise en place de 330.000 mètres cubes de béton. Ce barrage permettra d'accroître le volume régularisé des apports de oued N'fis de 68 à 85 millions de mètres cubes par an.

Par la suite, S.M. le Roi s'est enquis du projet de renforcement de l'alimentation en eau potable de la ville de Marrakech à partir du barrage de Yacoub El Mansour, d'un coût global de 170 millions DH. Initié par l'ONEP, ce projet consiste en la réalisation d'une station de traitement d'un débit de 700 litres par seconde, la construction d'un réservoir de 20 mille mètres cubes et la réalisation d'ouvrages de recyclage d'eau de lavage et de traitement de boue.

Il permettra de porter le débit exploité de 2900 litres par seconde pour couvrir les bassins de la ville de Marrakech jusqu'à l'horizon 2015. A rappeler que la région d'El Haouz renferme des richesses culturelles et touristiques importantes, outre une activité agricole dynamique. Le développement croissant et rapide des activités économiques et sociales d'une part, et la poussée démographique conjuguée à l'amélioration des conditions de vie des habitants, d'autre part, engendrent une forte croissance de la demande en eau potable et industrielle de la région. Les besoins en eau potable de la ville de Marrakech qui s'élèvent actuellement à près de 62 millions m3 sont satisfaits à hauteur de 12 % par les eaux souterraines et pour le reste par les eaux de surface du bassin de l'Oum Er rbia, régularisées par le complexe Hassan 1er- Sidi Driss et transférées par le canal de Rocade. Ces ressources sont actuellement insuffisantes pour couvrir les besoins en eau actuels et futurs de la ville.

Pour faire face à ce déficit, le plan directeur d'aménagement intégré des ressources en eau du bassin de Tensift a recommandé la réalisation du barrage Yacoub El Mansour. Concernant le bassin du Tensift, qui couvre une superficie de l'ordre 19.800 km2, il est drainé par l'oued Tensift sur une longueur d'environ 250 km. Ce oued reçoit de nombreux affluents, notamment le long de sa rive gauche, et a son embouchure dans l'océan Atlantique (entre Safi et Essaouira). Les plus importants affluents prennent leurs sources dans le Haut Atlas. Il s'agit notamment des oueds R'dat, Zat, Ourika, Rheraya, N'fis, El Meleh, Saksaoua et Emintanout. Par la même occasion, des explications ont été présentées au Souverain sur le programme de lutte contre l'érosion et qui vise la valorisation des ressources en eau et en sol en amont des barrages. Initié par le Haut Commissariat aux eaux et forêts et à la lutte contre la désertification, ce programme porte sur l'aménagement du bassin versant dans le cadre d'une approche intersectorielle intégrée impliquant la population locale et sur la mise en oeuvre d'un projet intégré participatif visant la protection des barrages de Lalla Takerkoust et de Yacoub El Mansour en ciblant les zones productrices de sédiment.

Le Haut Commissariat supervise également un projet d'aménagement du bassin versant en amont du barrage Yacoub El Mansour, d'un coût global de 85,2 millions de DH. Ce projet vise la lutte contre l'érosion et la réduction du rythme d'envasement du barrage, la réhabilitation des écosystèmes forestiers et la contribution au développement humain.
Lisez nos e-Papers