Menu
Search
Mardi 28 Mai 2024
S'abonner
close

Présentation à Rabat des membres du comité consultatif pour la réforme

Le ministère de la Communication a organisé, lundi soir à Rabat, une cérémonie pour la présentation des membres du comité consultatif pour la réforme du Code de la presse et de l'édition.

No Image

Le comité est placé sous la présidence de l'ancien ministre de la Communication, Mohamed Larbi Messari, et comporte 13 autres membres, notamment Mohamed Machichi Idrissi Alami, ancien ministre de la Justice, Younès Moujahid, président du Syndicat national de la presse marocaine (SNPM), et Noureddine Miftah, président de la Fédération marocaine des éditeurs de journaux (FMEJ).
La mission du comité sera d'initier un processus de dialogue national institutionnel sur la réforme des codes de la presse et de l'édition à travers l'élaboration d'un code moderne de la presse à même de garantir la liberté d'exercice de la profession et d'instaurer les règles de la responsabilité. Il s'agira également de recueillir les propositions de réforme et d'en assurer l'examen.

Le ministre de la Communication, porte-parole du gouvernement, Mustapha El Khalfi, a affirmé que la finalité de ce chantier reste la mise en œuvre des dispositions de la Constitution se rapportant à la liberté de la presse et d'expression (article 28) et la traduction dans les faits des engagements du programme gouvernemental en matière de promotion de la profession, de modernisation de l'arsenal législatif y afférent, d'instauration des mécanismes d'autogestion à travers la création du Conseil supérieur de la presse et de développement du rendement du service public des médias.

M. El Khalfi n'a pas manqué de rappeler les efforts accomplis, au cours des dernières années, en vue de l'amélioration du cadre législatif dans le sillage des mutations dans ce domaine, notant que le défi est de faire du secteur des médias une locomotive de développement sociétal, un moyen de rayonnement du Royaume aux plans régional et international ainsi qu'un instrument de confirmation du modèle national de démocratisation et de pluralisme. Le projet de réforme du secteur, a-t-il dit, doit se fonder sur le renforcement des garanties de la liberté de presse et d'expression - en harmonie avec la Constitution et les engagements internationaux du Royaume -, la suppression des peines privatives de liberté, la mise en place des conditions d'indépendance et de bonne gouvernance, l'amélioration des conditions sociales des professionnels et l'élaboration de règles de déontologie bien ficelées.

Pour sa part, le ministre de la Justice et des libertés, Mustapha Ramid, a indiqué que l'installation de ce comité reflète la volonté d'aller de l'avant en matière d'ancrage des libertés, en phase avec les acquis apportés par la Constitution, souhaitant l'élaboration d'un nouveau Code consacrant la presse comme un pilier de la démocratie et encourageant l'éthique professionnelle. Tout en faisant part de la disposition du ministère d'accompagner les travaux du comité, il a rappelé la place qu'occupe la régulation du rapport entre la justice et la presse dans le dialogue national sur la réforme du système judiciaire.

Lisez nos e-Papers
Nous utilisons des cookies pour nous assurer que vous bénéficiez de la meilleure expérience sur notre site. En continuant, vous acceptez notre utilisation des cookies.