Emploi

Université Ibn Zohr d’Agadir

Une dynamique en faveur de la recherche

author Souad Badri, LE MATIN

L’Université Ibn Zohr d’Agadir (UIZ) a célébré la dixième édition des Prix Ibn Zohr, qui coïncide cette année avec le trentième anniversaire de sa création.

En marge de cette cérémonie, l’UIZ avait tenu les travaux de ses premières assises de la recherche scientifique et de l’innovation, qui se sont déclinés en trois ateliers thématiques ayant trait à la recherche, son avenir et ses orientations futures.

À l’occasion, des chercheurs et académiciens de l’UIZ ont été distingués pour la qualité de leurs travaux de recherche. Le Prix de la recherche scientifique a été remporté par Rachid Latif, de l’ENSA, alors que le Prix des lettres et sciences humaines a été attribué à Abderrahmane Amsidder, de la Faculté des lettres. Le Prix de la meilleure thèse de doctorat a été remporté ex aequo par Laila Oulahna et Najat Ettayfi (faculté des sciences), et le Prix de la structure de recherche la plus productive est revenu à Abdelhamid Mossadek, alors que le jury a décidé le report du Prix de distinction pour cette édition. En marge de cet événement, un hommage a été rendu à Mustapha Dkhissi, ancien président de l’UIZ, et à Mohamed Bouâyad, opérateur économique et président de «Haliopôle», le pôle de compétitivité de Souss-Massa-Drâa pour la pêche et l’industrie de transformation des produits de la mer. Par rapport aux Assises de la recherche scientifique et de l’innovation, le président de l’Université, Omar Halli, a indiqué que cette initiative a permis «d’enclencher une nouvelle dynamique entre les chercheurs, les laboratoires, les structures de l’université, son environnement et ses partenaires en vue de définir des stratégies précises de travail en commun sur des thématiques ayant un rapport direct avec le développement local, régional et national».

M. Halli a relevé que le nombre de thèses soutenues à l’UIZ, devenue en 30 ans une grande institution de par son dynamisme, ses espaces et l’effectif de ses étudiants et enseignants, est passé de 300 à 600 actuellement, alors que le nombre de doctorats s’élève à 80 par an contre 35 auparavant, tandis que le nombre de projets scientifiques est passé de 5 à 15.

Services

S'inscrire à la Newsletter