Développement personnel et professionnel

Équicoaching : Quand le cheval joue le médiateur

,LE MATIN
27 Juin 2016
Developpement-personnel-et-professionnel-.jpg Pour réussir les exercices proposés, le coaché devra atteindre une totale cohérence entre ses intentions, ses actions et son état émotionnel.

En équicoaching, ceux qui s’attendent à monter en selle seront bien déçus. Il ne s’agit nullement d’équitation, car tout se fait à pied, comme nous l’explique François Dry, fondateur d'Equicoaching Maroc, consultant formateur en management, organisation et communication, et également enseignant à l’ESSEM Business School de Casablanca. Il s’agit en fait d'un coaching assisté par les chevaux qui, comme tous les autres types de coaching, s’intéresse au développement personnel et professionnel. Explications.

Éco-Conseil : Qu’est-ce que l’équicoaching et quel peut-être l’apport du cheval ?
François Dry : L’équicoaching est, comme son nom l'indique, une méthode de coaching qui utilise le cheval pour permettre au coaché une expérience directe, sans les filtres de communication habituels. Aucun rapport avec l'équitation, tout se fait à pied ! Le cheval joue un rôle essentiel, pour forcer à faire tomber nos filtres habituels : il perçoit en temps réel notre état émotionnel, nos intentions profondes, à partir de notre attitude, de nos mouvements, du son de notre voix. Ce ne sont pas les mots qui comptent, c'est ce que nous sommes. Par rapport à un coach humain, le cheval est un interlocuteur totalement neutre : il ne juge pas ! Il renvoie directement, tel un miroir, ce que vous êtes à l’instant T ! C'est ce que devrait faire tout bon coach, mais rien n'empêche le coaché de projeter sur son coach des intentions ou des interprétations (est-ce que je fais ce que mon coach attend de moi ?). Avec le cheval, ces filtres disparaissent, il n'y a plus de faux semblant, plus de mensonge possible.
Pour réussir les exercices proposés, le coaché devra atteindre une totale cohérence entre ses intentions, ses actions et son état émotionnel. Il arrive à s’extraire de ses préjugés, du jugement, de tous les filtres verbaux, et de tous les concepts et croyances préétablis qui l'empêchent d'agir pleinement pour réaliser ses objectifs. Nous travaillons alors directement dans l’intelligence émotionnelle et le ressenti, ce qui permet d’avoir une perception immédiate et réelle de la situation. Les exercices permettent donc, lors d’une même séance, de prendre conscience des causes profondes d’un «problème» ou, en tout cas, d’un point de progression et l’exploration des solutions directement par l’expérience. Les exercices sont soit collectifs (travail d’une dynamique de groupe), soit individuels.

Comment l’équicoaching permet-il l’accompagnement d’un individu ou d’un groupe de personnes, notamment dans la vie professionnelle ?
En équicoaching, on développe la communication non verbale, le leadership, la confiance en soi, etc. Ces points sont très souvent des sources d'un stress ou d'un mal-être qui peut être dévastateur au plan personnel et préjudiciable pour le fonctionnement harmonieux de l’entreprise. Le cheval expose alors «le problème» avec lequel on doit négocier et trouver les solutions pour le régler. L’énorme intérêt, c’est que tout se fait de manière globale et par l’expérience directe. On apprend un savoir-être, tout en faisant le lien avec des situations précises en entreprise. Pas de protocole tout fait, pas de méthode balisée, pas d’objectif prédéfini : la solution est personnelle et le chemin unique et adapté à chacun. Il faut essayer et oser se libérer du poids de nos habitudes et automatismes qui nous empoisonnent généralement la vie.

Quelles sont les compétences et connaissances requises pour accompagner les interactions cheval-individu ?
C’est surtout la compétence du cheval qui est importante ! L’équicoaching repose sur le couple cheval-coach. Cela demande évidemment une solide connaissance du comportement du cheval (l’éthologie), pour pouvoir «lire» et décoder la moindre de ses réactions. Cela permet de travailler en totale confiance et sécurité. Mais cela ne suffit pas. On pourrait travailler avec n’importe quel cheval, non formé à cette activité. Mais on perd alors une très grande partie de l’intérêt de l’équicoaching ! Connaitre le cheval est une chose, connaitre parfaitement ses partenaires d’équicoaching en est une autre ! Et cette formation est relativement longue. L’équicoach est un interprète du cheval (qui est en fait le coach principal), mais c’est aussi un coach humain : l’attitude, la posture de coach s’impose en toutes circonstances pour accompagner le coaché dans ses découvertes et la mise en place de ses nouvelles décisions. Il faut donc aussi bien connaitre la psychologie humaine. Cela permet d’avoir une perception et une compréhension complètes de la situation. Le lien avec le cheval permet alors de proposer le bon exercice, au bon moment, à la bonne personne. C’est d’ailleurs généralement le cheval qui décide de ce point, sa perception étant plus objective. 



Un véritable outil RH

L’équicoaching n’est pas exclusif dans une démarche de développement (personnel ou d’entreprise). Il s’insère dans un process global en lien avec le top management et la gestion des ressources humaines. Pour l’entreprise, une analyse préalable et un suivi sont nécessaires pour la mise en œuvre en interne des solutions expérimentées. Ce n’est pas un loisir ou un «incentive» ! C’est un véritable outil RH qui s’insère dans une approche plus globale de développement, et qui fait intervenir plusieurs approches, spécialistes et partenaires.

E-MATIN
Feuilletez LEMATIN
comme si vous le teniez
entre les mains

L'édition du
22 Septembre 2017
est maintenant disponible
pour les abonnés