Le chantier de réalisation de la nouvelle infrastructure portuaire de Safi avance. Le ministère de l’Équipement vient de lancer un appel d’offres pour confier à un opérateur spécialisé la réalisation de l’étude de balisage de la première phase du nouveau port. L’objectif est de sécuriser la navigation maritime et aider les navires en vue d’assurer leur atterrissage, engainement, entrée, accostage et appareillage dans de bonnes conditions de sécurité. Concrètement la prestation, objet de l’appel d’offres, consiste a réaliser un plan de balisage du port et de ses atterrissages tenant compte notamment du plan de masse de la phase I du port, son activité nautique et les types et tailles des navires qui vont l’utiliser.

Rappelons que le nouveau port de Safi figure parmi les grands projets de la stratégie portuaire à l’horizon 2030. Objectifs du projet : doter le pays d'un port capable de répondre, dans une première tranche, aux besoins de la première phase de la future centrale thermique de l’Office national de l’électricité et de l'eau potable (ONEE) en matière de trafic charbonnier et satisfaire ses besoins d’extension dans une deuxième tranche. Quant à l’accueil d’autres navires charbonniers et autres activités (OCP, minerais du port de Safi-ville, etc.) ainsi que d'autres trafics divers. Une fois achevé, le nouveau port de Safi marquera une nouvelle étape dans l’amélioration de la logistique d’approvisionnement de ces deux grandes entreprises nationales. Par ailleurs, le projet sera appelé à jouer un rôle socio-économique important sur le plan régional.

En effet, d’importants impacts socio-économiques positifs découlent de la construction de ce port. Listé dans une étude d’impact réalisée par le maître d’ouvrage, l’ensemble de ces impacts constituera un catalyseur fondamental pour la mise à niveau des infrastructures essentielles dont la région de Safi a besoin pour créer une nouvelle dynamique socio-économique. Ceci en fera, surtout dans le contexte de la régionalisation, un nouveau pôle économique de grande envergure qui émergera entre les trois pôles économiques historiques de Casablanca, Marrakech et Agadir.